Le Carnaval, et puis… le carême!

Edition numérique des abonnés

Elle ne résulte pas des saintes écritures, qui n’ont d’ailleurs plus guère d’impact. Aujourd’hui, on est chrétien comme on est européen, par naissance, en n’ayant plus besoin d’aller à la messe et à confesse, de se marier à l’église, même plus à la commune, de pécher des noms d’enfant dans le calendrier des saints ni de manger du poisson le vendredi. Autres temps, autres mœurs.

Aujourd’hui, de nouveaux croyants refusent la viande et tout ce qui tourne autour est perçu comme péché. Cela n’aide pas le BBB. C’est psychologique ou sociologique ?...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Lire la suite?


Enregistrez-vous gratuitement pour bénéficier de ces avantages :

  • 3 articles supplémentaires
  • Des services d’information exclusifs : les dossiers thématiques, les éditos, les archives…
  • L'accès aux prévisions météo complètes & géolocalisées
  • Un confort de lecture inédit sur PC, tablette et smartphone
  • Les newsletters : l’actualité triée par la rédaction
Lire gratuitement plus d'articles
J'en profite
Je suis abonné et je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris
 

Le direct

Le direct