La sécheresse causera des catastrophes financières pour les cultures contractuelles

Edition numérique des abonnés

« Même en cas de situation catastrophique comme nous le connaissons pour l’instant, la partie qui commande peut exiger que la quantité initiale soit livrée », explique l’ABS. « Dans la pratique, le client se fournit sur le libre marché, où les prix sont fortement à la hausse aujourd’hui, aux dépens du producteur puisque les contrats stipulent que celui-ci ne peut pas acheter de pommes de terre en cas de pénurie. Compte tenu des circonstances, il faut que ce fonctionnement soit adapté. »

L’ABS veut que le contrat standard pour les...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Lire la suite?


Enregistrez-vous gratuitement pour bénéficier de ces avantages :

  • 3 articles supplémentaires
  • Des services d’information exclusifs : les dossiers thématiques, les éditos, les archives…
  • L'accès aux prévisions météo complètes & géolocalisées
  • Un confort de lecture inédit sur PC, tablette et smartphone
  • Les newsletters : l’actualité triée par la rédaction
Lire gratuitement plus d'articles
J'en profite
Je suis abonné et je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris
 

Le direct

Le direct