Les bouchers français dans le viseur de militants radicaux

Edition numérique des abonnés

Les nuits sont d’ordinaire calmes à Saint-Arnoult-en-Yvelines, à 50 km au sud-ouest de Paris. Alors, quand Élisabeth Curé, qui habite au-dessus de son magasin, a entendu l’impact de pavés projetés sur la vitrine de sa boucherie à 3h la semaine dernière, « c’est sûr », elle a « été surprise ». Les inconnus ont aussi tagué « stop répression », « c’est comme ça que j’ai su que c’était des (militants) vegans radicaux », affirme Mme Curé. Sa mésaventure est le dernier avatar en date de la vague de dégradations et de destructions de vitrines qui vise les...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Lire la suite?


Enregistrez-vous gratuitement pour bénéficier de ces avantages :

  • 3 articles supplémentaires
  • Des services d’information exclusifs : les dossiers thématiques, les éditos, les archives…
  • L'accès aux prévisions météo complètes & géolocalisées
  • Un confort de lecture inédit sur PC, tablette et smartphone
  • Les newsletters : l’actualité triée par la rédaction
Lire gratuitement plus d'articles
J'en profite
Je suis abonné et je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris
 

Le direct

Le direct