Edition numérique des abonnés

Tant va la cruche à l’eau

Voix de la terre

Edition numérique des abonnés

Promesses sexennales et réalités peu sexy

Marc Assin

Voix de la terre

Six ans, c’est long et court à la fois. Dimanche 14 octobre, nous reviennent déjà les élections communales, le seul scrutin dans nos campagnes où les électeurs connaissent au plus près les prétendants, puisqu’ils font partie de leur entité, de leur village, de leur famille. D’un candidat aux élections, on dit qu’il « se présente », qu’il se fait connaître sous son meilleur jour, afin de séduire un maximum de votants en faveur de sa liste et de lui-même. Maquillages, babillages, déballages, abordages et sabordages font partie du folklore électoral local, constellé d’un million de promesses, trop belles et parfois trop naïves pour être tenues.

Edition numérique des abonnés

Petite leçon de choses à l’attention des Végans

Voix de la terre

En lisant l’édito du Sillon du 5 octobre, on prend conscience d’une nouvelle dimension dans le radicalisme qui touche aujourd’hui les mouvements d’idées.

Edition numérique des abonnés

Danse avec les tsars: on achève bien les chevaux

Voix de la terre

Pas de place à l’ennui en ce début d’automne ! L’agriculture wallonne vit des heures rock’n roll, dans un climat d’été indien sec et frisquet, un vrai sale temps pour les cochons en tout cas, dans cette zone de 63.000 hectares située au sud du pays. Les autorités y sont occupées à cuisiner un pâté gaumais de plus de 4.000 porcs, pour sauver les millions de cochons flamands. Particulièrement indigeste, ce plat sera difficile à avaler et restera longtemps sur l’estomac des éleveurs wallons, obligés de mâcher et de marcher comme la musique joue…

Edition numérique des abonnés

Histoires cochonnes

Marc Assin

Voix de la terre

Sans doute n’ont-ils jamais entendu parler de la peste porcine africaine… Depuis une dizaine de jours, mon bosquet de chênes centenaires est devenu le « Bed & Breakfast » d’une famille de sangliers. Chaque matin, vers huit heures, je vais saluer mes copains et essayer de les compter. Ils sont au nombre de vingt ou vingt-cinq, environ : trois grosses laies hirsutes et toute une flopée de bêtes rousses et de marcassins. Museaux au sol, ils se bâfrent de glands en couinant et grognant. Cette année, ils ont le poil brillant d’animaux bien nourris, rien de comparable avec les sangliers anémiques, pelés et poussiéreux des parcs animaliers. Une laie monte la garde et m’observe ; elle a tracé un cercle virtuel d’environ trente mètres autour de sa tribu. Si je le franchis, même en douceur, elle donne l’alerte et la bande s’enfuit à une vitesse stupéfiante. Et la nuit suivante, ils reviennent se taper la cloche sous le couvert des arbres. Ceux-là ne sont pas malades, à n’en pas douter !

Edition numérique des abonnés

Utile, ou futile?

Marc Assin

Voix de la terre

Alice est fâchée sur son papa, révoltée comme on peut l'être à douze ans, sans limite ni concession. Il lui avait promis de l'accompagner pour sa rentrée scolaire en secondaire, afin de visiter avec elle son nouvel établissement et rencontrer ses professeurs. Promis, juré, craché! Seulement voilà, il n'a «pas eu le temps», car il lui fallait emballer 200 boules de préfané, avant «qu'il ne pleuve». Déjà en juin, il n'avait «pas eu le temps» d'assister à la remise de son CEB, car il devait presser du foin avant «qu'il ne pleuve». Il n'était pas arrivé à temps à la cérémonie, avant qu'elle ne pleure...

Edition numérique des abonnés

Il y a deux Monsanto!

Voix de la terre

Aujourd’hui, on fait des « city-trips » en Europe comme la génération précédente allait « à la mer du Nord » une fois par an. Ainsi, j’ai visité Lisbonne récemment et j’ai pu me rendre compte qu’un des plus grands parcs urbains boisés du monde, une merveille environnementale de 1.000 hectares représentant 10 % de la surface de la ville, s’appelle… Monsanto.

Edition numérique des abonnés

Feuilles mortes au vent mauvais

Marc Assin

Voix de la terre

Dans le Sillon Belge du 7 septembre dernier, il a été question de feuillages-fourrages destinés aux animaux en temps de disette. Une amie aux origines vietnamiennes m’a raconté une autre histoire de feuilles, beaucoup moins sympathique et vieille de cinquante ans, lorsque son pays s’est vu aspergé pendant dix ans par un défoliant célèbre, l’Agent Orange. Le grand frère malpropre du Roundup-glyphosate est revenu au-devant de l’actualité ces jours-ci et nous rappelle à quel point les pesticides peuvent constituer la face sombre et négative de notre profession d’agriculteurs.

Edition numérique des abonnés

Des feuilles pour tous les goûts: des blanches, des vertes et des pas mûres

Marc Assin

Voix de la terre

En septembre, les feuilles en voient de toutes les couleurs, c’est peu de le dire : feuilles d’arbre qui s’étiolent et jaunissent, feuilles de betteraves et de pommes de terre qui fanent et flétrissent, feuilles de papier qui se lisent ou s’emplissent. Ces feuilles-là, et toutes les autres méritent bien quelques lignes en leur honneur !

Edition numérique des abonnés

Libramont et le vilain petit canard

JMP

Voix de la terre

Quand on est attaché à l’agriculture, Libramont est incontournable. Il y a les objectifs précis et les retrouvailles au hasard des stands et des allées. Il y a aussi les rencontres fortuites. Ainsi, dans la surchauffe de cette édition 2018, Libramont en été m’a fait penser à Noël en hiver, mais avec un conte de fée à l’envers.

Edition numérique des abonnés

Le sourire de Mona Louisa

Marc Assin

Voix de la terre

Edition numérique des abonnés

Sapin bio, n’importe quoi!

Voix de la terre

Pour produire des sapins de Noël bio, la grosse condition est que ceux-ci ne reçoivent pas de pulvérisation et de fertilisant chimique durant les deux dernières années de leur vie.

Edition numérique des abonnés

On dirait le sud…

Voix de la terre

La planète se réchauffe. Avec ce beau printemps et cet été, on se croirait dans le sud de la France, en Corse, en Italie… en Nouvelle-Calédonie !

Edition numérique des abonnés

Du local?!

Voix de la terre

Le Ministre Di Antonio recommande de manger « local », de privilégier les circuits courts !

Edition numérique des abonnés

Bravo les diables, bravo les Belges

Voix de la terre

Une voix sur la coupe du monde ! Il est vrai qu’on est bien loin de l’agriculture !

Edition numérique des abonnés

Qui veut faire l’ange…

Marc Assin

Voix de la terre

Difficile d’y échapper ! Depuis quelques semaines, le football a envahi l’espace médiatique et focalise l’attention générale, quand les Diables s’en mêlent sans trop s’emmêler les crampons. La Coupe du Monde de foot, la plupart des gens en sont fous, mais quelques rares sujets se foutent complètement de regarder tous ces bipèdes ingambes courir dans tous les sens derrière un ballon. Ces illuminés-là préfèrent voir courir en toute liberté des quadrupèdes, leurs amis à quatre pattes, et tiennent absolument, déraisonnablement, à protéger les animaux domestiques. Contre qui ? Contre quoi ? Les abattoirs restent leurs cibles privilégiées, jusqu’à présent…

Edition numérique des abonnés

Voir plus loin que le bout de son nez!

Voix de la terre

La Côte d’Ivoire va détruire 100.000 ha de cacaoyers, rapportait récemment la presse internationale. En cause : la recrudescence d’un virus, le « swollen shoot », qui fait des ravages et détruit la culture. Et que peut faire « l’homme-médecine » ? Pas grand-chose. Pas de produits phyto. Pas de biotechnologie. Juste éradiquer. En espérant pouvoir un jour replanter des variétés plus résistantes, dédommager les agriculteurs : 50.000 CFA /ha, ce qui fait… 76 €/ha.

Edition numérique des abonnés

Votre cible doit être le consommateur, pas l’éleveur!

Voix de la terre

J’ai été chercheur, la remise en question fait partie intégrante de mon fonctionnement quotidien. Je suis père de famille, donc concerné par l’avenir. J’ai grandi et ai ma famille sur une île du pacifique, donc très concerné par le réchauffement.

Edition numérique des abonnés

Fenaison en saison close

Marc Assin

Voix de la terre

« C’est juin qui fait les foins ! ». Dans nos régions, ce dicton est aussi vieux que l’agriculture, et n’a pris aucune ride en dix siècles. Il nous rappelle, dans sa sagesse éternelle, l’importance majeure des dernières semaines de printemps. Mai et juin conditionnent de manière décisive la plupart des récoltes de l’été : fourrages, prairies, céréales, plantes sarclées… La météo de cette année, chaude et humide, est détestable par ses orages violents, mais particulièrement favorable à la croissance des herbes. La fenaison débute sous d’excellents auspices. Comme on dit : « Y’a plus qu’à… ».

Edition numérique des abonnés

Bio-fertilité, je vous aime!

JMP

Voix de la terre

L’autre jour, nous discutions entre amis sur le sens des mots… qui changent de sens ! Ainsi par exemple du mot « pesticide ». Quand il n’existait pas de PPP (ce nouvel acronyme qui signifie Produit de Protection des Plantes), les parasites qui détruisaient les cultures étaient perçus comme la peste, ce genre de fléau contre lequel on ne pouvait rien faire.

Edition numérique des abonnés

Un métier surtout essentiel

Marc Assin

Voix de la terre

Dans le cadre de la réforme des pensions, un cadastre des métiers pénibles est en pleine élaboration. La discussion fait rage ! Chaque profession semble revendiquer le droit, ou le privilège, de marquer des points afin d’être placé en bonne position pour bénéficier d’avantages sincèrement « mérités ». Pourtant, dans les rangs des parlementaires et des partenaires sociaux, quelques (trop rares) voix s’élèvent pour dénoncer ces tractations de marchands de tapis. Des critères plus constructifs, plus objectifs, mériteraient d’entrer en considération, par exemple le caractère indispensable d’un secteur d’activité, pour déterminer quels métiers mériteraient d’être vraiment protégés, depuis l’entrée en fonction du jeune aspirant, jusqu’à la retraite du vétéran.

Edition numérique des abonnés

Petit paysan

Marc Assin

Voix de la terre

Depuis quelques années, les films et émissions télé qui explorent la galaxie paysanne agricole font florès. « Demain », « Qu’est-ce qu’on attend », « Les liberterres », « L’amour est dans le pré »…, mènent une approche convenue, laquelle caresse le public dans le sens du poil, le gratte derrière les oreilles et lui fait des mamours en lui proposant précisément ce que toutes ces bonnes gens en quête de bonne conscience souhaitent voir et écouter. « Petit paysan », quant à lui, présente un profil beaucoup plus nuancé. Le film de Hubert Charuel instruit les spectateurs de la dure réalité agricole et de son profond décalage, au sein d’un monde moderne totalement ignorant des vérités paysannes, et impitoyable dans sa bureaucratie omnisciente.

Edition numérique des abonnés

Deux fois moins d’abeilles, c’est dramatique!

Voix de la terre

Mais à ces mots, dans le monde agricole, on se dit : « Dix fois moins d’agriculteurs et demain vingt fois moins, ce n’est pas grave ? Et nous serions « présumés coupables de tous les maux ». Pourtant, il existe des agriculteurs-apiculteurs. David Jonckheere, dans le Sillon du 9 mars dernier, a bien expliqué la compatibilité entre ces 2 passions. Le problème des abeilles est multifactoriel.

Le direct

Le direct