Une densité telle qu’elle pénalise aussi les chasseurs

Légalement, les chasseurs sont tenus d’indemniser les agriculteurs victimes de dégâts de sangliers mais aussi, sur décision de justice, les propriétaires de terrains privés. Or, certains territoires, tel le nord du sillon Sambre-et-Meuse, sont peu habitués à la présence de ces animaux. « Les terrains y sont moins bien protégés, ce qui se traduit par de plus importants dégâts. Cela pèse sur la trésorerie… Dans pareilles zones, la présence de sangliers ne semble pas compatible avec le milieu naturel, ni avec l’homme », juge Benoît Petit. De plus, ces zones ne font pas partie de l’...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite

Je suis abonné au journal Le Sillon Belge:


j'ai déjà d'un compte en ligne
Je me connecte

Je n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct