Accueil Agrofourniture

Agrofourniture

Agrofourniture

1.000 hectares de betteraves à détruire du fait du gel de décembre

Betteraves Le gel sévère qui a frappé les campagnes autour du 10 décembre a été lourd de conséquences pour les sucreries et certains agriculteurs. Gel et dégel rapide ont fait pourrir les betteraves. Selon la Confédération betteravière belge (CBB), environ 1.000 hectares de betteraves devraient être détruits.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez chaque semaine votre journal Le Sillon Belge, accès 24h/24 à l'édition numérique et des avantages exclusifs.

Je m'abonne

Biowanze investit 50 millions€ dans une 2nde chaudière biomasse

Grâce à cette nouvelle chaudière alimentée en biomasses, le site devrait fonctionner dès 2023 à 90 % grâce aux énergies vertes, tout en soutenant les filières wallonnes. C’est un pas de plus vers la neutralité carbone du site qui devrait être atteinte à 100 % d’ici 2029. Le ministre du climat et de l’énergie, Philippe Henry, a souligné cette approche volontariste qui participe activement à l’objectif wallon de réduction des émissions de GES de 55 % à l’horizon 2030.

Avec la reprise de l’entreprise de râpage Kaasbrik, Milcobel renforce sa position dans le secteur de la mozzarella

La coopérative laitière Milcobel a annoncé mi-juin la reprise de l’entreprise de râpage et de conditionnement Kaasbrik, située à Halen dans le Limbourg. Cette reprise s’inscrit dans la stratégie de la laiterie, axée sur un renforcement de l’orientation client et sur la réalisation d’une plus grande valeur ajoutée afin d’obtenir un meilleur prix du lait pour ses producteurs laitiers membres.

Des évolutions contrastées pours les différents marchés des ingrédients laitiers

Très bien orientés sur le 1er trimestre, les cours des ingrédients laitiers évoluent de manière contrastée depuis le mois d’avril. Si les prix restent élevés, on observe cependant quelques inflexions, notamment, en Océanie. Face à une demande internationale toujours ferme, le rétablissement progressif de la production laitière européenne améliore l’équilibre offre/demande d’autant que la production laitière demeure dynamique aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande.

Le choix des lecteurs

Maïs sous plastique: une technique rentable… dans certains cas uniquement

Afin de faire le point sur les évolutions de la culture de maïs sous plastique, le Centre Pilote Maïs a mis en place pas moins de 15 essais en maïs fourrage et maïs grain entre 2018 et 2020. La technique de semis sous paillis plastique a été comparée à la technique d’implantation classique avec prises de rendements au champ, analyses des valeurs alimentaires et calcul des paramètres économiques et ce, en Ardenne et Haute Ardenne mais aussi dans les régions plus favorables du centre du pays.

Vos engrais de ferme ont de la valeur!

Pour 2021, Agra-Ost observe des différences dans le contenu en nutriments des différents engrais de ferme par rapport aux années précédentes. La base de référence a été mise à jour. Afin de connaître exactement les teneurs en nutriments de ses engrais de ferme, une analyse de matière organique est vivement conseillée.

Bonne tenue des cours de part et d’autre du globe

Les marchés des produits laitiers tiennent bon, l’optimisme transparaît dans certaines régions, mais de nombreux opérateurs se montrent prudents face l’incertitude de la demande internationale pour l’instant solide.

Une campagne européenne contre l’utilisation abusive des dénominations de viande

Le débat sur l’utilisation de dénominations de viande et produits laitiers pour des imitations végétales est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Si le Parlement européen décide dans le mois à venir de cautionner l’exploitation du vide juridique en matière de dénomination de denrées alimentaires, cela reviendra à ouvrir une boîte de Pandore qui aura un impact à long terme sur les consommateurs ainsi que sur les éleveurs. Le secteur européen de l’élevage a donc lancé la campagne « Ceci n’est pas un steak ».

Le Parlement européen s’oppose au Mercosur : un signal positif

Lors d’un vote ce mercredi 7 octobre, la majorité du Parlement européen s’est opposé à la ratification de l’actuel accord UE-Mercosur. Un signal positif pour la Fugea qui dénonce depuis de nombreuses années les impacts d’un tel accord sur l’agriculture et l’environnement. Il s’agira maintenant de suivre l’évolution de ce dossier et les modifications qui y seront apportées.