Le réseau ovin-caprin est avant tout une démarche collaborative.

Le réseau ovin-caprin, un portail unique au service des éleveur.euse.s

Ovins, caprins

Un budget de 100.000 euros a été débloqué pour la réalisation d’une étude portant sur la faisabilité de développement de l’abattage à la ferme.

Abattage à la ferme: recensement des besoins des éleveurs wallons

Elevage

Deux ministres wallons, Céline Tellier, en charge du bien-être animal, et Willy Borsus, en charge de l’agriculture, ont débloqué un budget de 100.000 euros pour la réalisation d’une étude de six mois portant sur la faisabilité de développement de l’abattage à la ferme. La Faculté de Médecine vétérinaire de l’Université de Liège a démarré ces recherches début mai.

La France mettra fin au broyage des poussins courant 2022

Volailles

Le gouvernement français promet «la fin du broyage des poussins» mâles pour 2022, un projet de décret attendu «à la fin de l’été» devant imposer aux couvoirs de poules d’avoir «installé ou commandé» au 1er janvier prochain un appareil permettant de détecter le sexe des poussins dans l’oeuf.

Un des projets vise à développer un cadre de mesures objectif pour la détermination  du bien-être dans l’élevage ovin, aussi bien viandeux que laitier.

Un regard sur la filière ovine française: soutenir les progrès en élevage grâce à la recherche scientifique

Ovins, caprins

Le 4 mai, l’Institut de l’élevage (Idele) a présenté sa biennale Grand Angle Ovin, à Paris. Cette journée d’étude a permis de passer en revue tous les travaux de recherche français sur ledit élevage. Douze sujets y ont été largement abordés. Nous vous en avions présenté six dans une précédente édition, voici les six derniers sujets du webinaire.

Le service  génomique est aujourd’hui  disponible pour toutes les femelles B-BB.

Un nouveau service génomique pour les femelles en race Blanc-Bleu Belge

Bovins

Déjà utilisée depuis de nombreuses années en race Holstein, la génomique fait son apparition dans l’élevage Blanc-Bleu Belge. Après quelques années de mise au point et grâce à la collaboration de près de 50 fermes pilotes et des équipes de recherche de l’awé groupe et de l’Université de Liège, le service génomique est à présent disponible pour toutes les femelles en race Blanc-Bleu Belge.

Entre 2019 et 2020, les éleveurs ont pris en moyenne 21 des 45 initiatives proposées  au sein de leur exploitation.

Des données objectives pour déconstruire les clichés sur l’élevage bovin

Bovins

Le secteur de l’élevage bovin partage les premiers résultats qui ressortent d’un observatoire de la durabilité pour la période 2019-20. Plus de la moitié des éleveurs belges (53 %) utilisent des sources d’eau alternatives, 44 % utilisent des produits dérivés de l’industrie alimentaire pour nourrir leurs animaux ; 67 % maintiennent les populations d’hirondelles, de chauves-souris et/ou de hiboux ; plus d’une exploitation bovine sur cinq (22 %) investit dans ses propres énergies renouvelables.

Complicité et communication sereines.

Plaidoyer pour l’utilisation du Cheval de trait

Chevaux

Un soir, au journal télévisé, le responsable de « Carriage Tour » à Bruxelles, expliquait ses difficultés de concilier son activité de visites touristiques en calèches avec une opposition politico-philosophique antispéciste du parti « Dieranimal ». Plus récemment, ce parti politique a contesté le ramassage scolaire par hippobus dans une commune bruxelloise.

Derrière le veau de boucherie, le porc sevré est la  catégorie animale à consommer le plus d’antibiotiques.

Lutte contre l’antibiorésistance en médecine vétérinaire: tenir bon la barre malgré un bilan mitigé

Elevage

Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, l’Amcra a annoncé le 22 juin les résultats de la convention antibiotiques 2016-2020. Celle-ci est marquée par la réalisation et le dépassement de l’objectif de réduction concernant les aliments médicamenteux. Malgré une forte réduction entre 2011 et 2020 obtenue pour les deux autres objectifs, ceux-ci n’ont pas été atteints. Explications.

La production belge d’aliments pour animaux a augmenté de + 5,7% en 2020 par rapport à 2019.

Selon la BFA, les résultats sont bons malgré un contexte très difficile

Elevage

Malgré une situation très difficile sur le marché, le secteur belge de l’alimentation animale est tout de même parvenu à enregistrer de bons résultats en 2020. Après avoir diminué en 2018 et 2019, la production belge d’aliments pour animaux a augmenté de + 5,7 % en 2020. En dépit d’un contexte compliqué, le secteur continue à mettre l’accent sur sa responsabilité sociale. Des sujets comme la durabilité, le climat, la réduction des émissions… figurent en bonne place sur l’ordre du jour.

Dans les salles de traite européennes, l’humeur n’est pas au beau fixe  avec des coûts de production évalués, en moyenne, à 45,35 ct/kg  pour un prix du lait payé aux producteurs estimé à 34,52 ct/kg.

Dépenses en hausse et recettes minimales –voire inexistantes! – pour les éleveurs laitiers

Animaux

En 2019, les frais inhérents à la production de lait, y compris une rémunération adéquate des éleveurs, étaient supérieurs au prix payé aux producteurs dans les huit principaux pays européens producteurs de lait. « Et ce, sans même qu’il soit tenu compte des investissements nets moyens », commente l’EMB, commanditaire de l’étude. Les coûts oscillent entre 34,21 ct/kg en Irlande et 58,63 ct/kg en Lituanie, pour une moyenne dans l’UE atteignant 45,35 ct/kg. Ces chiffres attestent d’une part non-couverte des coûts entre 9 % (Irlande) et 51 % (Lituanie) ; l’écart moyen dans l’UE étant de 24 %.

Animal ou plante, à partir de 24 degrés, le bien-être s’effondre

Elevage

L’EMB récompense les agriculteurs européens d’une Faironika en or

Bovins

À l’occasion de la Conférence internationale du lait équitable de l’European Milk Board (EMB) et des pays du Lait équitable, qui s’est tenue à Ettelbruck la semaine dernière, plusieurs Faironika en or ont été décernées.

Poussins d’un jour vaccinés contre la coccidiose.

Lutte contre l’antibiorésistance: vers des élevages de volailles utilisant moins d’antibiotiques

Volailles

La réduction de l’utilisation d’antibiotiques chez les poulets de chair représente un réel défi. Elle demande l’adaptation de la gestion de l’exploitation et l’adoption à différents niveaux d’autres méthodes de travail. Mais avec des mesures assez simples relatives au fonctionnement quotidien de l’exploitation, l’utilisation d’antibiotiques peut diminuer progressivement et significativement.

Un nouveau cahier des charges ne reprenant que les normes légales en matièrede bien-être animal a été rédigé. Il se nomme «Codiplan Bien-être animal».

Vegaplan et Codiplan assurent la qualité de la production primaire et l’accès aux marchés internationaux

Législation

Lors de leurs assemblées générales, Vegaplan et Codiplan ont présenté le 15 juin les derniers développements de leurs Standards de qualité.

La vaccination contre les mammites a permis une belle amélioration de la santé mammaire, toutefois son utilisation ne doit pas faire négliger les bases de l’élevage.

Elever un grand troupeau? C’est une gestion et la mise en place de nombreux protocoles à respecter

Bovins

L’exploitation laitière Vital Laschet, située à Hombourg, c’est près de 400 laitières, près de 3,6millions de litres de lait produits par an, 5 salariés, des saisonniers… « C’est une gestion et la mise en place de protocoles à respecter pour le bien-être et la santé des animaux. Mais la gestion d’un grand troupeau ne va pas de soi », avoue Arnaud Beckers, gérant de l’exploitation. Rencontre

L’équipe belge s’est particulièrement distinguée fin mai, à Rome.

Longines FEI Nations Cup Jumping: Tous les chemins mènent à Rome

Chevaux

Jérôme Guéry, Grégory Wathelet, Olivier Philippaerts et Yves Vanderhasselt ont raflé la victoire de l’étape italienne de la Coupe des Nations à Rome le 28 mai dernier.

Si la journée du vendredi est annulée, les organisateurs du Space y prévoient  tout de même une animation numérique.

Du 14 au 17 septembre: focus sur le bien-être animal au Space

Elevage

« The place to be pour l’élevage sera en septembre au Space à Rennes », s’est réjoui lors d’une conférence de presse le 2 juin Marcel Denieul, président du salon, confirmant, sauf aléas sanitaires majeurs, le maintien du Space du 14 au 17 septembre.

La fermeture de l’abattoir de Charleroi sera synonyme  de grandes difficultés pour les éleveurs.

La fermeture de l’abattoir de Charleroi est aussi soudaine que dommageable

Elevage

La semaine dernière, le groupe De Cock, propriétaire de l’outil, annonçait la mise à l’arrêt de l’abattoir de Charleroi dès le 30 juin prochain. Une mauvaise nouvelle pour les travailleurs concernés, mais aussi pour les éleveurs qui perdent à nouveau un service de proximité.

Les eurodéputés souhaitent notamment que la future législation tienne compte  de l’état physiologique et spécifique de l’animal, ainsi que de la variation  des races au sein des espèces et de l’âge des animaux.

Les eurodéputés veulent une révision de la législation sur le transport des animaux

Elevage

Le constat est clair : la réglementation de l’Union européenne en matière de transport des animaux n’est pas suffisante. La commission d’enquête du Parlement européen sur cette question est en train de finaliser ses conclusions qui recommandent une révision de la législation, basée sur le renforcement des contrôles et la définition de normes pour chaque espèce et selon l’âge des animaux.

Le parcours, un outil au service de l’autonomie alimentaire en élevage de volailles plein air

Volailles

Le nouveau règlement européen sur l’agriculture biologique qui entrera en vigueur le 1er janvier 2022 prévoit que l’alimentation pour les monogastriques sera à 100 % d’origine biologique à l’exception des jeunes animaux, pour lesquels la dérogation de 5 % d’alimentation d’origine conventionnelle sera maintenue jusqu’au 31 décembre 2026.

Les produits issus de cette nouvelle filière sont d’ores et déjà disponibles en magasin et sont identifiables par le logo vert « Le cochon bien-être ».

«Le cochon bien-être»: un label pour une viande locale, produite dans le respect du bien-être animal

J.V.

Porcs

Connue de bien des amateurs de salaisons, la société Marcassou s’est longtemps battue pour que le jambon et le saucisson d’Ardenne puissent bénéficier de l’appellation « Indication géographique protégée ». Aujourd’hui, l’entreprise souhaite garantir aux consommateurs que ses produits sont fabriqués à partir d’une viande locale issue de porcs élevés dans le strict respect du bien-être animal. Ces deux engagements se traduisent par la création du label « Le cochon bien-être ».

Bien-être animal: le Parlement européen soutient l’interdiction progressive des cages

Elevage

Le Parlement européen a adopté à une large majorité (558 voix contre 37 et 85 abstentions) le 10 juin une résolution en réponse à l’initiative citoyenne européenne End the Cage Age en faveur de l’interdiction progressive, d’ici 2027, de l’élevage en cage d’animaux d’élevage, après la publication par la Commission européenne d’une évaluation d’impact.

Les chiffres clés de l’industrie laitière belge en 2020.

Une confiance renouvelée en l’avenir pour l’Industrie laitière

Elevage

En dépit de toutes les perturbations induites par la Covid-19, l’industrie laitière maintient son rythme d’investissements en investissant en 2020 davantage qu’en 2019. Les transformateurs laitiers confirment ainsi leur confiance en l’avenir.

Un foyer de grippe aviaire hautement pathogène confirmé chez un détenteur particulier à Le Roeulx

Volailles

Suite à cette découverte, une zone tampon temporaire avec des mesures supplémentaires est mise en place autour du foyer.

« Été comme hiver, l’herbe constitue la base de la ration. Les vaches rejoignent les prairies dès que le sol le permet  et reviennent à l’étable le plus tard possible », explique Julien.

A la ferme du Bairy, à Sinsin: «Les sécheresses répétées nous ont conduits à revoir notre manière de travailler»

Bovins

Située à Sinsin, à cheval entre les provinces de Namur et du Luxembourg, la Ferme du Bairy a connu de nombreux changements durant ces vingt dernières années. Arrivée d’une nouvelle génération, aménagement d’un atelier de transformation, conversion à l’agriculture biologique, construction d’un poulailler… ont quelque peu métamorphosé la ferme familiale. Julien Dawagne, associé à sa maman, Marielle Leboutte, depuis 2015 nous fait faire le tour du propriétaire.