Des solutions pour maîtriser son coût alimentaire en élevage allaitant

Bovins

Gauthier Bossut fait autant attention au bien-être de ses animaux qu’à celui de ses sols.

Objectif préventif chez les Bossut à Chapelle-à-oie: bien-être et hygiène, tant au niveau des sols, des animaux que de l’humain

Bovins

C’est à Chappelle-à-Oie que sont installés Aurore et Gauthier Bossut-Decuypere. Très vite, le couple a développé la vente directe en attachant une grande importance au bien-être des animaux de leurs sols, mais aussi de leur famille. Et pour y parvenir, ils se sont entourés, remis en question pour toujours s’améliorer dans leurs pratiques et trouver leur équilibre. Rencontre !

Le maïs grain humide est un concentré énergétique, économique  et avec un bon bilan environnemental.

Maïs grain humide: maîtriser les coûts en élevage bovin

Elevage

Hausse du coût de l’aliment, augmentation du coût de production du maïs grain lié notamment à la hausse du prix des énergies et donc du coût de séchage… le contexte actuel invite les éleveurs à s’intéresser de près au maïs grain humide (MGH). D’autant que ce produit est très bien valorisé par les animaux. Très utilisé dans les exploitations porcines, où il constitue souvent plus de 50 % de la ration des porcs charcutiers, il a aussi de nombreux atouts pour l’alimentation des bovins.

L’herbe pâturée est l’aliment le plus adapté pour la vache et est en lien  avec des bénéfices importants au niveau du bien-être animal, de la qualité  des aliments produits et de la fourniture de nombreux services écosystémiques.

Une première calibration pour adapter l’herbomètre aux conditions wallonnes

Bovins

Pour permettre d’estimer avec plus de précision les stocks d’herbe disponibles et ainsi mieux prévoir le pâturage du cheptel, un outil fait parler de lui dans plusieurs pays : l’herbomètre à plateau. Cependant, les équations de calibration couplées à cet outil sont réalisées dans des situations pédoclimatiques parfois bien distantes de la Wallonie. Développer une équation adaptée à nos conditions était donc nécessaire. C’est désormais chose faite !

Le projet HappyMoo vise à quantifier le bien-être des vaches laitières  via l’analyse spectrale du lait.

Le bien-être animal, au centre des préoccupations des éleveurs et chercheurs wallons

Bovins

Du 27 au 29 avril s’est tenu à Namur le Dair’Innov Congress : un congrès international accueillant une centaine de scientifiques de haut vol venus des quatre coins du monde.

De gauche à droite: François Godefroid (éleveur), Pierre Mailleux (Sobemax), Bernard Gotta (maître chevilleur), Vincent Rabeux (Dumoulin), et Cédric Bilocq (éleveur).

C’est élevé «Pré de chez nous», le label qui alliedurabilité et bien-être animal

Bovins

C’est une histoire bien belge, une première dans notre assiette qui devrait susciter l’engouement ! « Pré de chez nous » – un label destiné à une viande bovine, locale, qui allie qualité, bien-être animal et durabilité – est une collaboration entre trois acteurs clés : Bernard Gotta, maître chevilleur, Sobemax, sélectionneur d’animaux, et Dumoulin, producteur d’aliments. Si la réflexion du projet a pris quelques années, une fois lancé, le label semble déjà faire l’unanimité auprès des bouchers.

L’année dernière, la production moyenne par éleveur laitier s’élevait à 479.927l, en léger progrès de 0,7% par rapport à 2020.

Le lait wallon se distingue par sa qualité constante

Bovins

Le Comité du Lait a publié, voici quelques jours, le rapport de ses activités conduites en 2021. Parmi les nombreuses informations qu’il recèle, on y lit que les éleveurs laitiers ont fait un travail remarquable, comme de coutume. En effet, bien que certains indicateurs accusent un léger recul, le lait wallon demeure d’une excellente qualité, à l’image de ce qui a pu être observé les années précédentes.

Royal A-ware rachète Olympia

Echo des entreprises

Les entreprises familiales laitières belge Olympia et néerlandaise Royal A-ware ont annoncé, ce 19 avril, avoir conclu un accord permettant la reprise de la première par la seconde.

Près de 50% des fermes wallonnes pourraient déjà adhérer à une stratégie de tarissement sélectif

Bovins

Dans le cadre d’un webinaire sur la thématique des antibiotiques organisé par l’Amcra et l’Afsca, Léonard Théron portait sa casquette de vétérinaire pour le compte de l’Union professionnelle vétérinaire. Son objectif du jour : présenter la complexité du tarissement sélectif. « Comme toute stratégie en ferme, cela se réfléchit, se prépare… avant de se lancer avec des filets de sécurité. »

Maïs fourrage: bien utilisés, les engrais de ferme permettent de réduire la facture

Bovins

Les mises à jour concernent notamment le bien-être animal, l’enregistrement  des antibiotiques ou encore la traçabilité.

Une nouvelle version pour le cahier CodiplanPlus Bovin

Bovins

Le cahier des charges CodiplanPlus Bovin, partie intégrante du Standard Belbeef, a été actualisé et sa nouvelle version 4.0 est maintenant disponible. Sa dernière mise à jour datait de décembre 2019.

Qualité sanitaire du maïs fourrage: gérer les mycotoxines en élevage bovin

Bovins

La présence de mycotoxines dans la ration des bovins, à base de maïs fourrage, est souvent suspectée d’être responsable de troubles divers : chute de production, problèmes de fertilité… Toutefois, l’identification des causes réelles est complexe car la diversité des composés toxiques possibles, en lien avec la ration, est importante et les références scientifiques sont parfois insuffisantes. La première recommandation est de se rapprocher de son vétérinaire pour déterminer précisément le problème et envisager toutes les origines possibles.

En élevage laitier, c’est principalement pour éviter une hypocalcémie subclinique voire une fièvre de lait post-partum qu’il est intéressant de surveiller la BACA de la ration chez les vaches taries.

La balance alimentaire cations-anions, un indicateur à prendre en compte au tarissement

Bovins

Prise en compte depuis plusieurs dizaines d’années dans les élevages principalement laitiers, la balance (ou le bilan) alimentaire cations-anions (Baca) est un indicateur important en alimentation animale, notamment pour les vaches laitières en tarissement.

Mathieu Rabeux ou la passion de l’élevage.

A la Ferme de Way : «j’ai choisi ce métier par passion de l’élevage et des animaux»

Bovins

La Famenne ce paysage aux mille visages, ils se font et se défont aussi aisément que les nuages dans le ciel puis cette lumière d’hiver qui brûle, comme une branche basse giflant le visage. À Beauraing, collée à la route, dégagée, his Way…

Malgré cette augmentation significative, le prix moyen du lait en 2021 reste inférieur au coût de production.

MIG: un prix du lait encore trop bas mais un plan stratégique PAC qui va dans le bon sens

Bovins

En ce début d’année 2022, le MIG – association de producteurs laitiers wallons –, pointe quelques actualités importantes pour son secteur.

Pour préserver l’élevage européen, toute importation de viandes bovines issues de pays  « à haut risque » au regard de l’enjeu de déforestation devra être interdite si les importateurs ne sont pas en mesure de fournir toutes les informations relatives à l’identification  et au suivi des animaux dont elles proviennent, tout au long de leur vie.

Les enjeux du Pacte Vert: «On fait tout pour que le secteur de la viande bovine disparaisse»

Bovins

Des interrogations. Des incertitudes. Qu’adviendra-t-il du secteur de l’élevage dans les toutes prochaines années à la lumière des exigences que dessine le Pacte Vert. Mais aussi comment faire coexister sur la même partition commerce et climat.

La cotisation des producteurs laitiers est en baisse en raison de la diminution du nombre de cas de botulisme grave.

La cotisation MilkBE moins élevée pour les producteurs laitiers

Bovins

La baisse de la cotisation des producteurs laitiers peut être justifiée par la diminution des cas graves de botulisme

Optimiser l’utilisation des fourrages herbagers permet d’améliorer de nombreux aspects de la durabilité : autonomie, rentabilité ou encore réduction de la compétition avec l’alimentation humaine.

Les Outils d’Aide à la Décision pour optimiser la valorisation des ressources fourragères en élevage laitier

Bovins

Depuis 3 ans, le projet Effort, mené par le Centre wallon de Recherches agronomiques (Cra-w), vise à améliorer la valorisation des ressources fourragères dans les exploitations laitières. Un enjeu de taille puisque les fourrages, ne serait-ce qu’au sein d’une même exploitation, présentent une qualité fort variable.

Pour soigner un troupeau contaminé par la mycoplasmose bovine,  le recours à un autovaccin semble s’avérer la solution la plus efficace.

Mycoplasmose bovine: l’autovaccin, une solution quand l’ensembledes traitements sont vains?

Bovins

Soigner un troupeau contaminé par la mycoplasmose bovine est très souvent un défi de taille pour l’éleveur et son vétérinaire. Mycoplasma bovis est en effet une bactérie souvent résistante envers de nombreux antibiotiques. Et face aux quelques molécules encore efficaces, elle mute aisément pour mieux résister encore. Le seul recours aux antibiotiques pour la maîtriser n’est pas envisageable, sous peine de voir rapidement se multiplier les résistances et les échecs thérapeutiques. Quant aux vaccins commerciaux, il n’en existe pas à ce jour.

En B-BB: retoursur la sélection Meat+

Bovins

Pour Christel et Pascal, l’arrivée de la génomique leur a permis d’accélérer la démarche d’amélioration du cheptel. C’est un investissement limité qui nous assure une meilleure rentabilité.

A Charneux: la génomique pour élever un cheptel qui vieillit mieux

Bovins

Nous sommes allés à la rencontre de Pascal Jennes et de son épouse Christel Levaux, tous deux éleveurs laitiers à Charneux, dans le Pays de Herve. Amateur de bonne génétique, le couple s’est tourné il y a trois ans vers le génotypage de toutes leurs femelles. L’objectif ? N’élever que les bonnes laitières pour avoir un cheptel de meilleure qualité. Le pari à peine lancé et peut-être déjà en passe d’être gagné !

Depuis le 1 er  décembre 2021, les règles concernant le commerce d’animaux  vers d’autres États membres doivent être strictement appliquées.

A partir de ce mois de décembre: quelle organisation du commerce de bovins lié à l’IBR?

Bovins

À partir du 1er décembre 2021, les règles concernant le commerce d’animaux vers d’autres États membres et telles que prévues par la loi européenne sur la santé animale (l’Animal Health Law – AHL) doivent être strictement appliquées (la période de transition qui a débuté le 21 avril 2021 est finie). L’impact en ce qui concerne l’IBR est le plus grand.

Valentine Courtain: «Les femmes sont un peu le moteur d’une exploitation familiale»

Bovins

À Loupoigne sous le ciel calme tellement clair que les nuages viendraient à son secours, l’automne y rayonne plus fortement dans l’invisible qu’un soleil à son apogée. Lovée au cœur du village, la Ferme de la Goyette, sur les pavés dans la cour, la vie s’y précipite et se maintient, immense. Valentine Courtain nous en a ouvert le chemin, du temps passé et futur.

Au vu du rayonnement qu’ils provoquent, les translucides en toiture sont à raisonner au maximum. Ici, la ventilation  naturelle, aidée par une mécanique permet d’amener une bonne vitesse d’air sur les animaux et d’éviter ainsi qu’ils  entrent en stress thermique, lors des fortes chaleurs.

Pour l’adaptation des bâtiments d’élevage face au stress thermique des vaches laitières

Bovins

Dans le cadre du Space 2021, qui s’est tenu mi-septembre à Rennes, un large panel de conférences était organisé. Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL) y a notamment abordé la problématique du stress thermique des vaches laitières en bâtiment. Bertrand Fagoo, de l’Institut de l’élevage, était invité à venir y présenter les résultats du projet « bâtiments d’élevage laitier de demain », financé par le CNIEL.