Actuellement, peu d’éleveurs laitiers manifestent une envie de se convertir  à l’agriculture bio. Cela s’explique, notamment, par la similitude  de prix observée entre lait bio et lait conventionnel.

La hausse des coûts impacte, de l’étable à la table

Animaux

Reprise de l’abattoir de Bastogne: 16 millions d’euros pour le redéploiement du site

Animaux

Bernard Gotta (Viande Liège) et Marcel Peters (PEMA Group) investissent 16 millions d’euros dans la reprise de l’abattoir de Bastogne, ont-ils annoncé mercredi matin lors d’une présentation du projet en présence des autorités bastognardes et wallonnes. Le début des travaux est prévu pour 2024. Le projet comprend notamment le doublement de la surface des étables et la modernisation de la chaîne d’abattage.

Le programme Securimilk, mis en place depuis peu par la Laiterie des Ardennes,  permet aux éleveurs qui le souhaitent de sécuriser une partie de leur production  sur les marchés à terme à un prix fixe et défini plusieurs mois à l’avance.

Securimilk rend le marché à terme accessible aux éleveurs laitiers de la Laiterie des Ardennes

Animaux

Pour la première fois en Belgique, des éleveurs laitiers ont accès à un marché à terme leur permettant de se prémunir des fluctuations de prix tout en sécurisant leur marge. Tels sont, en l’effet, les objectifs du programme Securimilk lancé en juillet dernier par la Laiterie des Ardennes.

En avril, la collecte s’est rétractée en Europe, malgré des prix records, qui surcompensent le plus souvent la flambée des charges.

Les prix du lait records ne relancent pas la production laitière en Europe

Animaux

En avril, la collecte s’est rétractée en Europe, malgré des prix records, qui surcompensent le plus souvent la flambée des charges.

Hendrik Dierendonck: «À quatre ans, j’ai décidé de devenir boucher»

Animaux

La voix est rocailleuse, l’accent roule comme dans le nord où le vent s’affaire dans le ressac gris des nuages moutonnant. Ils racontent les pas lourds des animaux, insinuent les effluves de l’élevage, résonnent du couperet et de la feuille sur le billot.

La Belgique est l’un des rares pays à avoir réussi à éradiquer  la peste porcine africaine de son territoire.

La Belgique a pu réexporter de la viande de porc vers 21 pays

Animaux

Si les élevages porcins belges ont pu être préservés de la peste porcine africaine, la contamination a eu un impact sur leurs possibilités d’exportation. Pas moins de 29 pays ont imposé des restrictions à l’importation de viande de porc belge sur leur territoire. Aujourd’hui, le travail de l’Afsca et de son ministre de tutelle a permis la réouverture de la plupart des marchés fin de l’année 2021.

Enfin des repreneurs pour l’abattoir de Bastogne!

Animaux

Au terme de plusieurs mois de négociations, Idelux a reçu une offre ferme de reprise du site de l’abattoir de Bastogne, d’une superficie de plus de 6 ha, comprenant des bâtiments sur plus 17.500 m².

Dirk Van Thielen et Katrien D'hooghe, respectivement président et managing director  de la BFA, estiment que les prix des matières premières ont plus ou moins atteint  leur maximum, mais que ce n’est pas encore le cas des prix des aliments pour animaux.

Le secteur de l’alimentation animale résiste et anticipe les défis à venir

Elevage

Comme les agriculteurs, les fabricants d’aliments composés pour animaux ont rencontré quelques turbulences en 2021. Néanmoins, ils ont pu maintenir leur production à un niveau similaire à celui atteint en 2020. Une bonne nouvelle qui ne doit pas occulter les défis auxquels ils devront faire face dans les prochaines années.

Benoît Cassart: «Nous sommes dans un marché hyper volatile où l’actualité peut avoir  des effets directs (et indirects) sur l’une ou l’autre catégorie d’animaux. Une crise  en chassant une autre, la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain.»

Benoît Cassart, secrétaire général de la FCBV: «On a vécu en deux ans tout et son contraire!»

Elevage

Avec la crise de la Covid-19 et la guerre en Ukraine, les marchés ont clairement été impactés. Et celui de la viande notamment qui a vu deux grandes tendances se dessiner ! Benoît Cassart, secrétaire général de la Fédération du commerce de bétail et viande, revient sur ces mouvements de fonds qui font évoluer le visage de l’élevage wallon.

Collecte laitière: reprise compromise dans l’UE-27 ?

Animaux

En janvier, le prix du lait dans l’UE-27 a atteint des niveaux inédits, dans le sillage de la flambée des cours des ingrédients laitiers. Cette envolée n’a pas encore permis de relancer la collecte, qui a de nouveau reculé en janvier. Le conflit en Ukraine pourrait entraver le redressement attendu de la production, en renchérissant le prix de l’aliment acheté.

L’année 2022 commence avec un manque d’offre et les prix restent orientés à la hausse.

Les prix des jeunes bovins ont repris leur hausse en Europe

Animaux

En Europe, l’offre en vaches est à nouveau modérée.

Viande bovine (femelle) en Europe: la raréfaction de l’offre soutient les cours

Animaux

Après des réformes un peu plus abondantes à la fin de l’automne, l’offre en vaches est à nouveau modérée. Les cours des réformes sont de nouveau orientées à la hausse.

L’offre européenne en JB est de plus de plus limitée alors que la demande reste vive. Les prix ont atteint des niveaux jamais vus et continuent de grimper.

En Europe, l’offre en jeunes bovins vient clairement à manquer!

Animaux

En Europe, l’offre de JB est de plus de plus limitée alors que la demande reste vive à l’approche des fêtes de fin d’année. Les prix ont atteint des niveaux jamais vus et continuent de grimper.

Le repli de la collecte en UE-27 pourrait s’être accentué en octobre (-1% par rapport à 2020), après une légère baisse en septembre de -0,7%.

Le repli s’accentue dans l’UE-27

Animaux

En France, la collecte décroche fortement depuis septembre. En plus de la réduction tendancielle du cheptel, la productivité laitière diminue, en raison notamment de la hausse du prix des aliments qui conduit à un rationnement de la complémentation. La tendance est encore plus prononcée aux Pays-Bas et en Allemagne. Les faibles disponibilités se traduisent par une hausse conséquente des prix dans ces deux pays et par une stabilisation en France, qui tranche avec la baisse habituelle en cette saison.

La croissance de la production laitière s’est effondrée dans l’ensemble  des grands bassins laitiers au troisième trimestre.

Croissance laitière ralentie dans les grands bassins exportateurs

Animaux

La croissance de la production laitière s’est effondrée dans l’ensemble des grands bassins laitiers au troisième trimestre. Malgré un prix du lait bien orienté, les éleveurs sont dans l’ensemble confrontés à la hausse des aliments achetés et dans certains pays à des conditions climatiques moins favorables.

La collecte piétine en Europe malgré la bonne année fourragère.

Une collecte laitière peu dynamique dans l’UE27 malgré la remontée du prix du lait

Animaux

La collecte piétine en Europe (fléchissement en juillet d’après AMI), malgré la bonne année fourragère. Le prix du lait se redresse, mais l’impact paraît neutralisé, au moins en France, par la hausse des prix des intrants. La collecte française est en retrait sur le premier semestre malgré l’embellie du printemps.

L'arrêt provisoire de la sortie de la coopérative Milcobel a été suspendu.

Chez Milcobel: une prime de fidélité pour stopper l’hémorragie?

Bovins

C’est une annonce qui interpelle. La semaine passée, Milcobel a augmenté le prix payé au producteur de 0,20 euro par 100 l. Cette nouvelle hausse des prix, qui se traduit par un prix de 33,95 €/100 l de lait, s’accompagne d’une prime de fidélité de 30 cents/100 l pour les membres permanents. La méthode pose question quand on sait que la plus grande laiterie de Belgique a longtemps été une des structures en Europe qui rémunéraient le moins ses producteurs.

Partout en Europe, les cotations des réformes ont poursuivi  une hausse saisonnière très dynamique.

Viande bovine: les cours européens des réformes toujours fortement en hausse

Animaux

Partout en Europe, les cotations des réformes ont poursuivi une hausse saisonnière très dynamique. Les disponibilités restent limitées.

La production laitière poursuit sa tendance haussière  dans les principaux bassins exportateurs.

Toujours plus de lait dans les bassins exportateurs

Animaux

Alors que la production laitière européenne rebondit, elle poursuit sa tendance haussière dans les autres principaux bassins exportateurs. Aux Etats-Unis, elle bat des records tandis qu’elle affiche en Océanie des progressions importantes en fin de campagne.

Avec moins de mâles à sortir cette année, le marché européen du jeune bovin est nettement plus fluide qu’il y a un an.

Le marché des jeunes bovins est fluide, avec des prix en hausse

Animaux

Avec moins de mâles à sortir cette année, le marché européen du jeune bovin (JB) est nettement plus fluide qu’il y a un an. Les prix se sont stabilisés à des niveaux historiquement élevés pour une saison estivale, et même record en Allemagne et en Pologne. Il n’y a qu’en Italie que les prix des mâles restent atones, alors que ceux des femelles caracolent toujours à un niveau record.

La création d’outil de proximité permet de répondre à une demande des éleveurs, sans pour autant concurrencer les plus grandes structures, nécessaires pour le travail de grande ampleur et les produits destinés notamment à la grande distribution et à l’exportation.

Un abattoir bientôt de retour à Beaumont?

Animaux

Fermé depuis plusieurs années, l’abattoir de Beaumont reprendra-t-il bientôt du service ? Une étude de faisabilité, lancée avec le soutien des autorités locales, permettra de le savoir. Les éleveurs, eux, espèrent une réponse positive.

Les conséquences d’un accord avec les pays du Mercosur  se feraient lourdement sentir sur les revenus des producteurs

Mercosur: une perte jusqu’à 55 millions pour le bœuf irlandais

Bovins

Si l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur devait un jour entrer en vigueur, la valeur de la production de viande bovine irlandaise connaîtrait une baisse comprise entre 44 et 55 millions €.

Le commissaire Wojciechowski annonce des perspectives positives pour les nouvelles récoltes de blé, d’orge et de maïs.

Coût des aliments pour animaux: les charges devraient s’alléger

Animaux

Malgré des demandes de soutien du secteur de l’élevage en raison de l’augmentation importante des coûts des aliments pour animaux dans le contexte du Covid-19, le commissaire à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, a estimé qu’il n’était pas nécessaire d’intervenir compte tenu des perspectives positives pour les nouvelles récoltes de blé, d’orge et de maïs.

Dans les salles de traite européennes, l’humeur n’est pas au beau fixe  avec des coûts de production évalués, en moyenne, à 45,35 ct/kg  pour un prix du lait payé aux producteurs estimé à 34,52 ct/kg.

Dépenses en hausse et recettes minimales –voire inexistantes! – pour les éleveurs laitiers

Animaux

En 2019, les frais inhérents à la production de lait, y compris une rémunération adéquate des éleveurs, étaient supérieurs au prix payé aux producteurs dans les huit principaux pays européens producteurs de lait. « Et ce, sans même qu’il soit tenu compte des investissements nets moyens », commente l’EMB, commanditaire de l’étude. Les coûts oscillent entre 34,21 ct/kg en Irlande et 58,63 ct/kg en Lituanie, pour une moyenne dans l’UE atteignant 45,35 ct/kg. Ces chiffres attestent d’une part non-couverte des coûts entre 9 % (Irlande) et 51 % (Lituanie) ; l’écart moyen dans l’UE étant de 24 %.

En Europe continentale, la poursuite de la hausse saisonnière des cours des réformes est corrélée à une offre plutôt contenue.

Viande bovine: les cours des réformes restent soutenus en Europe

Animaux

En Europe continentale, la poursuite de la hausse saisonnière des cours des réformes est corrélée à une offre plutôt contenue. Si les cours sont toujours relativement élevés en Irlande et au Royaume-Uni, la météo maussade les a pénalisés en mai.