Pour 2022, la  production mondiale de blé devrait  atteindre 782 mt.

Les échanges de céréales devraient diminuer

Végétaux

Les vols de grains sont constatés partout dans le territoire occupé.

Guerre en Ukraine: des «centaines de milliers de tonnes de grains» volées

Végétaux

Les forces russes ont volé « plusieurs centaines de milliers de tonnes de grains » dans les régions occupées d’Ukraine, a dénoncé le 30 avril le vice-ministre ukrainien de l’Agriculture, Taras Vysotskiy, à la télévision nationale, rapporte l’agence Reuters.

Depuis la campagne 2020-2021, les prix du sucre s’affichent en progression.

Le marché du sucre est reparti à la hausse

Betteraves

Déficit mondial de matières premières et prix du pétrole élevé tirent les cours mondiaux du sucre vers le haut.

L’Union européenne apparaît comme un des plus gros exportateurs de blé mis à contribution suite au conflit russo-ukrainien.

«Les prix des céréales se maintiendront à des niveaux élevés»

Végétaux

L’impact de la guerre en Ukraine sur les marchés céréaliers est important depuis le début de l’invasion russe. L’Union européenne apparaît comme un des plus gros exportateurs mis à contribution pour suppléer les blés russes et ukrainiens. Côté prix, tout dépend de l’évolution de la demande, prévue en baisse par le cabinet d’études agro-économiques Tallage, bien que celui-ci estime que leurs niveaux resteront élevés jusqu’en 2022-2023.

Utilisation et échanges de céréales s’intensifient

Végétaux

La Fao a mis à jour, ce 3 février, ses prévisions concernant la production mondiale de céréales en 2021, qui s’établissent à présent à 2.793 millions de tonnes, soit une hausse de 0,8 % par rapport à l’année précédente.

Le dernier trimestre a été source de volatilité sur le marché des céréales.

Marchés des grains: la hausse des cours se poursuit

Végétaux

Durant le dernier trimestre 2021, les prix de l’ensemble des matières premières ont continué leur dynamique haussière dans un climat de forte volatilité. Face à des bilans mondiaux qui se tendent les marchés sont très réactifs à chaque nouveau facteur d’incertitudes (climatiques, douanières, sanitaires…).

Les récoltes de céréales dans l’hémisphère Nord ont accusé de sérieux retards. La fermeté des cours est toujours de mise  dans le contexte de forte demande mondiale, de prix des énergies élevés et de nervosité des marchés.

Marché des grains: pas de baisse en perspective!

Végétaux

Les récoltes de céréales dans l’hémisphère Nord ont accusé de sérieux retards. Si celles de blé tendre sont désormais achevées, celles de maïs ne sont pas toutes terminées. La fermeté des cours est toujours de mise dans le contexte de forte demande mondiale, de prix des énergies élevés et de nervosité des marchés.

Actuellement, la demande en fertilisants azotés est supérieure à l’offre,  et cela pourrait perdurer jusqu’au printemps 2022.

Comment expliquer la hausse de prix des engrais azotés?

Cultures

« Le marché des engrais devient fou… », entend-on dans les campagnes. Et c’est vrai : les entrepôts se vident, les prix augmentent, les livraisons sont retardées… Comment expliquer cette situation ? Va-t-elle se prolonger dans le temps ?

La production mondiale se situe néanmoins à niveau record.  Seuls les stocks des principaux exportateurs reculent.

Les stocks de blé au plus bas chez les grands exportateurs

Céréales

Le Conseil international des céréales (CIC), qui a révisé le 18 novembre la production mondiale de grains à la baisse, prévoit en blé des stocks au plus bas sur neuf ans chez les grands exportateurs.

Selon Marc Ballekens, le niveau des prix actuels des céréales est exceptionnel. «C’est la deuxième fois que cela se produit au cours des 30 dernières années», affirme-t-il.

Combien de temps les prix des céréales resteront-ils aussi élevés?

Céréales

Alors que les prix des céréales tutoient des sommets encore jamais atteints, nombreux sont les agriculteurs à s’interroger sur les raisons de cette hausse et sur sa durée dans le temps.

La production de blé a été revue à la baisse et passe de 145,8 Mio t à 143 Mio t.

Le Coceral revoit à la baisse les récoltes européennes de céréales

Céréales

La production européenne de céréales est en hausse mais quelque peu décevante  par rapport aux estimations de début de l’été.

Un automne sous haute tension sur le marché des grains

Végétaux

Les marchés des grains ont été très animés cet été : aléas climatiques, retard des chantiers de récoltes, retour des achats à l’export. Les cours ont atteint de hauts niveaux. Cet automne, de nouvelles incertitudes planent, comme la menace du variant delta en Asie et l’augmentation du prix du fret, propice à de grandes incertitudes sur l’évolution des cours.

L’utilisation mondiale de céréales devrait progresser de 1,4% en 2021-2022, par rapport à la campagne de commercialisation précédente.

L’offre mondiale de céréales reste satisfaisante, estime la Fao

Végétaux

La production mondiale de céréales en 2021 devrait atteindre 2.788 millions de tonnes (mt), un niveau en hausse de 0,7 % par rapport à l’année dernière, mais inférieur aux prévisions de juillet, a estimé la Fao le 2 septembre.

La production totale de pommes de terre dans la zone NEPG devrait être d’environ  22,4 millions de tonnes produites sur une superficie de 497.700 ha.

Seule la variété Fontane sera cotée par Belgapom durant la saison 2021-2022

pommes de terre

Pour cette saison, la cotation Belgapom ne reposera plus que sur la variété Fontane. Pour Bintje et Challenger, seules une observation et une ambiance de marché seront proposées.

La Belgique s’attend à une hausse des récoltes de pommes, mais à une baisse des récoltes de poires

Végétaux

Une hausse des récoltes de pommes et une baisse des récoltes de poires sont attendues en Belgique et en Europe. C’est ce qui ressort des premières estimations établies par la fédération belge des coopératives horticoles (VBT) pour la saison 2021-2022, rapportent nos confrères de Belga.

La production mondiale de blé en 2021 a, elle, été abaissée de 1mt et s’établit maintenant à 784,7mt.

Les stocks mondiaux de céréales devraient s’accroître pour la première fois depuis 2017-2018

Céréales

Les prévisions de la Fao concernant la production mondiale de céréales en 2021 ont été légèrement revues à la baisse et s’établissent à présent à 2.817 millions de tonnes (mt), selon le dernier Bulletin sur l’offre et la demande de céréales paru le 8 juillet.

Fegra envisage l'avenir positivement !

Végétaux

Fegra, la fédération sectorielle du commerce des grains et de l’agro-fourniture, a tenu son Assemblée Générale le 11 juin dernier. Elle a renouvelé pour la première fois la composition des organes statutaires. Elle représente plus de 95% du commerce des grains au niveau national, avec une production nationale de 2,3 millions de tonnes (2020) et un chiffre d'affaires de 6,5 milliards d'euros.

La production mondiale de riz sera haussière lors des 5 prochaines années

Le commerce des grandes cultures en expansion, malgré la crise

Végétaux

Le CIC estime que le commerce des céréales devrait connaître une hausse de 2 % par an jusqu’à 2025/2026. Un taux de croissance néanmoins plus faible que celui enregistré au cours des dernières années

Des réactions relatives aux objectifs sur les produits phytosanitaires de la stratégie « De la ferme à la table »

Végétaux

Suite au premier anniversaire de la stratégie « De la ferme à la table » le 20 mai, aujourd'hui, plusieurs membres de la table ronde de la chaîne agro-alimentaire pour la protection des végétaux publient une lettre ouverte cosignée concernant l’importance de mener une analyse holistique avant toute décision concernant la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, y compris pour l’objectif de réduction de 50 % du recours aux produits chimiques, défini dans la stratégie « De la ferme à la table ».

Avec des cotations supérieures à l’an dernier, les prix des céréales à paille  ont connu une érosion ces dernières semaines.

Marché des grains: vers la fin de la hausse des prix ?

Végétaux

Après la très forte hausse des prix des céréales et des tourteaux enregistrée fin 2020 – début 2021, les marchés des matières premières connaissent une accalmie. Bien que les cotations restent significativement supérieures à l’an dernier, les prix des tourteaux et des céréales à paille (blé, orge) ont connu une érosion ces dernières semaines. Les cours du maïs, quant à eux, restent fermes.

Le Gouvernement wallon en est bien conscient : l’accord UE-Mercosur  ne sera pas bénéfique pour la filière agricole bovine wallonne !

La Wallonie rappelle sa ferme opposition à l’accord UE-Mercosur

Economie

Pour le Gouvernement wallon, l’accord UE-Mercosur est, en l’état, totalement inacceptable. Il est d’ailleurs bien déterminé à faire entendre sa position aux niveaux belge et européen. Plusieurs États membres partagent d’ailleurs les préoccupations exprimées par la Wallonie.

Concernant la culture de colza en Europe, dont les prix se sont envolés la semaine dernière, le service Mars vient de réviser à la baisse ses estimations de rendements à 3,19 t/ha, contre 3,26 t/ha.

Le gel printanier en Europe: les grandes cultures peu affectées…

Colza

Les récentes vagues de froid en Europe ont eu des « impacts limités sur les cultures annuelles », indiquait le 26 avril le service de prévisions Mars de la Commission européenne.

La filière «pommes de terre» sous l’œil de l’Autorité de la concurrence

pommes de terre

L’émission « Investigation », diffusée le 3 mars par nos confrères de la Rtbf, a levé le voile sur certaines pratiques en vigueur dans la filière de la pomme de terre. Interpellé, le ministre Clarinval a déposé une requête auprès de l’Autorité belge de la Concurrence afin de faire la lumière sur cette situation.

Constituant la partie nord de l'Asie, la Sibérie, qui représente près de 80% de la superficie de la Russie, pourrait devenir, en raison du changement climatique, un poids lourd de la production céréalière à l’échelle de la planète, d’ici 60 ans.

La Sibérie, vaste territoire, potentiel grenier du monde à l’horizon 2080

Végétaux

Le Demeter 2021, qui est paru le 11 février dans sa 27e édition, présente la Sibérie comme possible grenier du monde, à la faveur du réchauffement climatique.

L’Interprofession céréalière française a décidé d’enrayer le manque d’attractivité que traverse actuellement la filière «blé dur»; un «coup de mou» qui se traduit également au niveau des prix, comparativement à l’évolution des marchés des autres céréales.

L’interprofession française étudie des pistes

Céréales

Face au déclin jugé préoccupant du blé dur en France, Intercéréales étudie les pistes pour « améliorer la compétitivité de la filière et relancer la production et la transformation ».