Et Après?

Voix de la terre

La bergeronnette printanière, une des espèces les plus courantes de nos plaines agricoles  et pourtant, c’est un oiseau exclusivement insectivore!

Voulez-vous un peu de positif?

Voix de la terre

Chaque fois qu’on nous parle d’oiseaux, c’est toujours très négatif et surtout très culpabilisant pour les agriculteurs. On nous dit par exemple que l’hirondelle a perdu 80 % de ses effectifs… Ce qui lui manque : de la boue et des insectes. De la boue et des insectes, voilà bien deux choses que les citadins et néoruraux ne supportent pas, ils font d’ailleurs tout pour s’en débarrasser. Voilà bien deux choses qu’on ne trouve plus guère qu’aux alentours des fermes. Donc si 20 % des hirondelles ont survécu, c’est grâce aux agriculteurs et surtout aux éleveurs tant critiqués. Il y a de quoi être fier…

Prom’nons-nous dans les champs…

Marc Assin

Voix de la terre

« Loup, y es-tu ? Covid-19, que fais-tu ? Prom’nons-nous dans les bois, là-bas pas de corona ; prom’nons-nous dans les champs, ici pas de virus méchant ».

Privés sans doute de vacances à l’étranger, -ô mon dieu, quel drame pour d’aucuns!! –, les Belges déconfinés déconfits n’auront d’autre choix cet été que les frontières intérieures du pays. Où est le problème ? Notre Wallonie propose à elle seule toute une rivière de diamants naturels et patrimoniaux, ce que nos gens ignorent fort probablement, car l’herbe paraît toujours plus verte ailleurs aux yeux des touristes. Plus loin c’est, mieux c’est, et l’empreinte carbone, on pose ses fesses dessus sur son siège d’avion… Pourtant, du Condroz à la Gaume, de la Hesbaye à l’Ardenne, du Pays de Herve au Tournaisis, nos campagnes offrent de vastes espaces à explorer, de milliers de kilomètres de chemins et sentiers où se balader sans souci, en pleine nature et sans trop se soucier d’y rencontrer le grand méchant loup-virus.

L’exportation d’animaux vivants relève de la responsabilité de tous, dans le respect des lois et des accords bilatéraux

Voix de la terre

Les entreprises qui s’engagent dans la voie de l’exportation attendent un soutien des politiques mais aussi des autorités. Soutenir ces exportations fait donc aussi partie des missions de l’Afsca.

Un rayon de soleil

Voix de la terre

Vivant dans l’insouciance, nous croyons que la surconsommation tous azimuts nous procurerait le bonheur. Faisant fi du climat, nous dépensions plus pour nos voyages, notre habillement que pour notre nourriture. Soudain, un minuscule virus est venu nous faire réfléchir tout en nous rappelant ce vieil adage romain « primum vivere ».

Bonne conscience

Marc Assin

Voix de la terre

Difficile de trouver plus sympathique qu’une Miss Météo ! Pétillante, affable, bienveillante… Inoffensive ? Dépourvue de la plus petite capacité de nuisance ? J’en étais persuadé jusqu’il y a peu, jusqu’à cette soirée mémorable où Miss Caroline a conseillé vivement de manger moins de viande, dans le cadre des mesures quotidiennes à prendre pour lutter contre le réchauffement climatique. Et là, j’ai eu mauvaise conscience d’élever des bovins viandeux, tant son affirmation, sucre et miel, était persuasive.

Au bal masqué, ohé ohé

Marc Assin

Voix de la terre

« Pour vivre mieux, vivons cachés ; pour vivre vieux, sortons masqués ! ». Qui l’eût cru voici trois mois à peine ? On trouve aujourd’hui tout à fait normal de se présenter à la caisse d’un magasin ou au guichet d’une banque, le visage caché par un masque ! C’est même devenu obligatoire. Après des semaines de tergiversations et d’annonces contradictoires, nos autorités publiques ont enfin reconnu l’intérêt primordial de porter en public des protections faciales, comme en Asie. Les médecins le recommandaient vivement depuis le début de l’épidémie, mais rien n’est simple en Belgique, quand il s’agit de prendre des décisions politiques : les débats tournent rapidement à la mascarade, pouvoirs spéciaux ou pas. Dans nos gouvernements, c’est carnaval toute l’année, « coronaval » depuis le 1er mars 2020… Cependant, -alléluia ! –, on nous promet, la main sur le cœur, -croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ! –, un « après corona » avec une revalorisation des métiers essentiels, dont celui d’agriculteur, cela va de soi. « Paroles, paroles, encore des paroles ! » . Au bal masqué du CoViD 19, les politiciens se déguisent tous en Dalida.

Comme des hamsters

Marc Assin

Voix de la terre

De quoi parlerions-nous, si le Covid-19 n’avait pas existé et n’était venu déglinguer notre monde familier, bouleverser nos petites habitudes et susciter chez nous des interrogations inimaginables ? Nos préoccupations seraient tout autres. La sécheresse de mars et avril serait sur les lèvres de tous les fermiers, laquelle a transformé nos prairies et nos champs inondés en boulevards de béton bosselés. Mon épouse causerait sans fin de football, des play-off de la Pro-League et de l’Euro, au lieu d’observer comme un animal étrange prête à la mordre sa vieille machine à coudre, exhumée du grenier pour confectionner des masques de protection… Comme un torchon dégoulinant et crasseux, le coronavirus a salopé, d’un coup d’un seul, notre vie naïvement colorée par nos soucis quotidiens et les banales actualités. Mais sous la couche des misères d’aujourd’hui, le fond des problèmes récurrents est toujours bien présent, en agriculture et partout ailleurs, dans tous les domaines de la vie… Semblable à une immense roue-cage bourrées d’hamsters affairés, notre société a ralenti pour un temps sa course folle. Pour bientôt la reprendre de plus belle ?

Coup de gueule d’un exportateur de bovins furieux!

Voix de la terre

Exportation d’animaux vivants : quel jeu joue l’Afsca ? Nos politiques ont-ils encore le contrôle ?

Corne à virus

Marc Assin

Voix de la terre

La pandémie au Covid-19 a complètement bouleversé nos points de repères. Tous les superlatifs sont bons pour qualifier une situation tout à fait surréaliste, inédite, inconcevable, où il faut se réinventer et s’adapter. Le confinement et la distanciation sociale exacerbent le besoin de contacts, de dialogues, de conversations, et les commentaires fusent dans toutes les directions. C’est une période très riche en émotions, une sorte de laboratoire des pensées où les ressentis des uns et des autres se mélangent et réagissent de manière fascinante. J’ai retenu pour vous quelques témoignages édifiants.

Les paradoxes de l’actualité

Voix de la terre

...aujourd’hui!

Image d’Epinal, solution optimale?

Voix de la terre

Le mouton fait partie de notre patrimoine culturel: le bon berger et ses brebis, la bergère de Lourdes, jouer à saute-mouton, l’agneau pascal. Nos amis musulmans sont sur la même longueur d’ondes: la fête de l’Aïd, le couscous, etc… Seuls les végans sont sans doute plus réticents. Et pourtant, ce n’est pas notre quotidien de voir de grands troupeaux pâturant tranquillement près de chez nous. Ce sont des clichés qu’on imagine davantage en période de vacances, dans les alpages, ou dans des émissions comme «Echappées belles» ou «Le jardin extraordinaire».

«Le Coro et le Conard»

Voix de la terre

Parodie de la fable « Le Corbeau et le Renard » de Jean de la Fontaine

Un métier essentiel

Marc Assin

Voix de la terre

« En avril, ne te déconfine pas d’un fil ! ». Il faut faire gaffe, vraiment gaffe ! Afin de contrer les viles ruses d’un virus vicieux, invisible autant qu’invasif, les pouvoirs publics ont décrété un « Chacun chez soi, et Dieu pour tous ! » particulièrement contraignant. Seules les personnes actives dans des métiers dits « essentiels » sont autorisées à poursuivre leurs activités, moyennant le respect d’un comportement adéquat. Les métiers de la santé, de la sécurité, de l’alimentation, restent sur le pont, forts sollicités en ces temps singuliers. L’agriculture -transparente, inodore, insipide, oubliée, absente des grands débats actuels- fait bien entendu partie de ces professions indispensables à la survie de notre civilisation. Pour nous, rien n’a changé, ce qui étonne beaucoup de gens, stupéfaits de nous voir vaquer à nos besognes, travailler dans les champs, comme si nous n’étions pas du tout au courant du grand désastre actuel !

Un cygne noir et ses cygnes blancs

Marc Assin

Voix de la terre

On nous a dit : « Plus de bisous ! ». Pourtant, le vent de mars nous a fait sa bise du Nord-Est pendant trois semaines, depuis l’arrivée du Covid-19, comme par hasard. Les grandes et méchantes invasions viennent le plus souvent de l’Est ! Celle qui nous occupe nous a confinés chez nous, confus et déconfits, mais confiants dans l’issue d’un combat qui risque de faire pas mal de victimes. Chaque jour apporte son lot de (mauvaises) nouvelles. La télé et les journaux sont devenus des plus déprimants… Des plus déroutants aussi, quand on veut suivre le flot tourbillonnant des informations. Politiciens, journalistes, scientifiques, médecins, économistes, sociologues, philosophes, altermondialistes, etc : ça parle dans tous les sens ! Chacun y va de ses conseils, de ses commentaires, de sa vision de l’avenir, de ses leçons à tirer. En pleine crise, l’émotionnel semble parfois prendre le pas sur le rationnel. Une expression cristallise pour moi la situation actuelle : nous vivons, paraît-il, un « cygne noir », lequel est suivi de ses « cygnes blancs ».

Le Devoir de Mémoire

Voix de la terre

Comme à chaque printemps, nous sommes de retour dans les champs. Nous retrouvons nos cultures dont les plantes sont affaiblies par la période hivernale, notre devoir « primaire » est alors de les aider à se nourrir et de les protéger contre diverses infections (virales et autres…).

Fatigue mentale

Marc Assin

Voix de la terre

L’agriculture a changé de visage au cours des cinquante dernières années, du tout au tout, je ne vous apprends rien. Les agriculteurs eux-mêmes présentent des apparences bien différentes de leurs parents et de leurs aïeux !

Quel corps on a?

Marc Assin

Voix de la terre

Une épidémie, ça va ’co vite ! Il n’a pas fallu longtemps à un bête petit virus pour mettre sur le flanc notre glorieux et invincible monde capitaliste ! L’ensemble de la population est maintenant invité à rester chez elle, obligée quasiment, puisque tous les lieux de rassemblement sont fermés. Le confinement ne nous effraie guère, nous autres agriculteurs, c’est plutôt notre lot quotidien. Du 1er janvier au 31 décembre, année après année, nous sommes coincés dans nos exploitations, à soigner et surveiller notre cheptel. Pour tous les autres, ces interdictions résonnent un peu comme un emprisonnement, une restriction drastique des libertés. Le Coronavirus, c’est un fameux cor au pied, et notre société boite bas !

«Il vous faudrait une guerre!»

Marc Assin

Voix de la terre

Quand j’étais enfant, j’ai entendu cette réflexion des dizaines de fois dans la bouche des adultes, excédés de nous voir chipoter avec la nourriture quand celle-ci nous semblait trop monotone ou trop rustique. À midi, nous mangions des patates à l’eau, et le soir, des patates au lard, du lundi au samedi, mais le dimanche, – quelle chance ! –, nous avions… des pommes de terre ! Par chez nous, c’était le menu de la plupart des gens, voici cinquante ans. Que dire des aliments d’aujourd’hui, deux fois plus abondants et cent fois plus variés ! Très vite pourtant, les consommateurs se lassent. Ils s’habituent aux bonnes choses, et ne les estiment pas à leur juste valeur, à quel point il est précieux de ne manquer de rien. Mais à la première crise sérieuse, comme celle que nous vivons actuellement, les vieilles peurs reviennent à la surface, et certains se précipitent vers les magasins pour stocker des vivres de première nécessité, au cas où ils devraient rester confinés chez eux.

Virus &Cie

Marc Assin

Voix de la terre

Atchoum ! ¡Achú ! Atchim ! Achoo ! Hatsjoe ! Hatchi ! Etciú ! Apchkhi ! Apsiu ! Apchixa !… Le monde éternue dans toutes les langues, mais on ne répond plus guère « À vos souhaits ! », « Salud », « Jesus », « Gezondheid », « God bless you », « À tes amours, et que les tiens durent toujours » , etc. Fini de rire ! Le Covid-19 a mis le port des masques au goût du jour, et les enrhumés larmoyants sont regardés de travers, pestiférés des temps modernes qui font trembler ceux qui les croisent et les fuient. Le coronavirus chinois nous a bien eus ! Les médias alimentent la psychose et nous offrent une vue imprenable sur un chaos provoqué par une toute petite chose, d’autant plus redoutable qu’elle est invisible à l’œil nu, détectable uniquement par de puissants microscopes, ou par des analyses spécifiques.

Le Climat s’invite au Carnaval

Voix de la terre

Dimanche gras à Binche: la bruine s’est installée pour la journée. C’est le jour des costumes de fantaisie qui regroupent les cagnottes à l’intérieur des sociétés de gilles. L’une d’elle est mieux équipée pour affronter la pluviosité du jour. Elle est plus politique aussi. Elle représente Greta Thunberg. Elle rappelle avec humour les grèves scolaires et les contradictions du moment. En suédois: «Grève pour le Carnaval», il y a mieux à faire que le gille quand il y a urgence climatique. En français: «La fonte des glaces, je ne la veux que dans mon jet 27». Est-ce une invitation à mettre de l’eau dans son apéro ou à éviter les longs courriers? A quoi bon manifester si c’est pour faire ensuite du tourisme éthique, écologique et durable du style safari photo en vélo électrique en Afrique du Sud? Ou manger BIO si les fruits et légumes ont fait le tour du monde en avion pour arriver bien frais dans nos assiettes?

Une autre manière de manifester…

Voix de la terre

Merci et félicitations aux agriculteurs qui se sont rendus aux dernières manifestations afin d’exprimer leurs inquiétudes concernant leur avenir. Ils doivent être doublement félicités car ils se sont comportés comme des chefs d’entreprise responsables. Leur présence était bien nécessaire afin d’occuper l’espace médiatique. En plus de ces manifestations, il est indispensable de nous faire entendre par d’autres moyens.

Écoute dans le vent

Marc Assin

Voix de la terre

Oufti, ça décoiffe ! Les dimanches de ce mois de février se suivent et se ressemblent, balayés par des tempêtes aux prénoms pourtant innocents : Ciara, Dennis, Ellen… En attendant peut-être Francis et d’autres garnements à sa suite ? Comparés aux ouragans de 1990, ce ne sont là que brises légères. Voici trente ans, ces événements climatiques majeurs avaient ouvert le bal d’une décennie particulièrement chahutée pour notre agriculture. Ciara et ses copains présagent-ils d’années 2020 aussi difficiles que les années ’90 ? « Écoute, mon ami, écoute dans le vent ; écoute, la réponse est dans le vent ! » (Bob Dylan, 1963).

Anticipation: Foire aux Vins 2100

Marc Assin

Voix de la terre

Communiqué de Presse du 20 février 2100. La désormais traditionnelle Foire aux Vins de Libramont (FVL) ouvrira ses portes ce 1er mars. Elle fêtera cette année son cinquantième anniversaire – déjà ! –, et accueillera les amateurs de vins venus du monde entier, attirés par la renommée internationale des vignobles wallons. Confirmation du communiqué précédent : la Grand-Messe des œnologues se déroulera cette année sur le site des Caves, aménagé spécialement pour assurer un confort et une sécurité maximale en cas de tempête, éventualité fort probable en cette saison des Vents, qui dure habituellement de décembre à avril, afin d’éviter les incidents désagréables des deux éditions précédentes.

La maison en pain d’épice

Marc Assin

Voix de la terre

« C’est un beau roman, c’est une belle histoire. C’est une romance d’aujourd’hui… ». Donatienne et Valentin étaient faits pour vivre ensemble, c’était inscrit quelque part dans les astres. Mais rien n’est jamais acquis, ni gagné d’avance, dans la construction d’un couple et son épanouissement…