Marc Assin votre rêve est réalité… La COBT l’a réalisé!

Voix de la terre

Blanche neige et gel aux mains

Marc Assin

Voix de la terre

Selon l’expression consacrée, chaque an nouveau s’ouvre sur une page blanche à écrire ! La métaphore a rejoint la réalité et en effet, janvier 2021 est très blanc à plus de 500 m d’altitude, drapé d’une épaisse couche de neige immaculée tombée à partir du 26 décembre. Un manteau d’hermine couvre les champs depuis plus de trois semaines, une durée exceptionnelle en ces temps de réchauffement climatique. Tant de jours d’affilée sous la neige, ce n’était plus arrivé chez nous depuis vingt ans ! Au cahier des actualités, la première page est restée blanche très peu de temps ; déjà, toutes sortes de faits s’y sont inscrits, barbouillés sur fond de Covid et de vaccination.

Fabroca veut être partie prenante du projet génomique quand il s’agira de travailler sur  les critères fonctionnels tels que la vitalité, la fécondité ou la qualité de la viande.

Sur le fond, Fabroca yest favorable; sur la forme…

Voix de la terre

L’arrivée de la génomique dans la sélection la race B-BB est-elle une révolution ? Comment est-elle perçue par les centres d’insémination privés ? Fabroca, centre de distribution de semences B-BB, nous donne son point de vue.

Money, money, money…

Marc Assin

Voix de la terre

J’aime affectueusement les pommes de terre, mais je sais depuis longtemps qu’elles ne m’aiment pas ! Ces diablesses de patates me jouent mille tours de cochonnes quand je me risque à en planter sur un bout de champ, au potager ou même chez un ami. Les miennes dépérissent toujours, d’une façon ou d’une autre : gel tardif en juin, doryphores et mildiou en juillet, grêle en août, sangliers en septembre. Elles le font exprès, histoire de m’humilier et de bien me faire comprendre qu’il n’est pas question pour elles de se fatiguer pour moi. J’ai rendu les armes depuis longtemps, et me fournis chez un artisan-patatier de première force, 8 € le sac de 10 kg. À 72 ans, il fait tout le travail à la houe et au croc à fumier, sauf labourer et herser bien entendu, et n’utilise que son fumier de moutons pour engraisser son lopin de 10 ares, lequel change d’endroit chaque année dans sa prairie. Comment fait-il, sans fongicides ni produits chimiques d’aucune sorte ? Mystère… Je l’appelle « l’homme qui murmure aux oreilles des patates » !

50 fois plus cher, écœurés par cette triste réalité!

Voix de la terre

En ouvrant les publicités toutes boîtes récemment, nous avons bondi, écœurés par l’annonce d’une promo fraîcheur d’une grande chaîne de magasin !

Le vaccin… Bien sûr!

Voix de la terre

La pandémie du coronavirus aurait démarré en Chine dans la seconde moitié de 2019. Amusant, c’est juste 225 ans après la première vaccination, effectuée par le médecin Jenner sur un jeune garçon. Il utilisa le pus d’une trayeuse atteinte par une infection des vaches. Cette infection s’appelait la vaccine. Car on avait remarqué que les trayeurs et trayeuses échappaient à la variole, une épidémie très contagieuse due à un virus.

V comme…?

Marc Assin

Voix de la terre

Index et majeur écartés, tendus vers le haut, tandis que les autres doigts de la main restaient serrés dans sa paume : Winston Churchill a immortalisé ce geste lors de la Seconde Guerre Mondiale. V comme « victory » ! Puissions-nous agir de même au cours de 2021, pour célébrer la victoire contre la Covid-19… Le 1er janvier 2020, les joyeux fêtards tendaient même les deux mains, pour former les deux V de « vingt-vingt » ! Puis en mars, un V seulement, on faisait moins les malins : V comme virus, comme première vague, un V tendu à l’horizontale comme une paire de ciseaux, ceux de la Parque Morta qui s’apprêtait à couper les fils de milliers de vies. Ce V-là nous a accompagnés depuis lors ; puis aux premiers jours de 2021, un autre V nous apparaît timidement : V comme Vaccin ! V1, V2, etc, comme ces fusées allemandes qui tombaient du ciel sans crier gare, en ’44 et ’45. En « vingt-vingt et un », quels V recevrons-nous sur la tête ?

Nous voilà à un tournant de l’Histoire

Voix de la terre

L’un des êtres les plus petits et les plus anciens de la Terre nous emmène vers une récession sans précédent en temps de paix. Ce phénomène médiéval, qu’on n’eut cru plus jamais vivre, fait trembler les médecins, chercheurs et économistes.

Par les champs et par les bois

Marc Assin

Voix de la terre

Dans une autre vie, je fus sans doute homme des bois, tellement la forêt et les arbres me sont sympathiques ! C’est loin d’être le cas chez la plupart des agriculteurs… Les fermiers planteurs de haies vives font souvent l’objet d’articles élogieux dans les journaux ou à la télé, mais ils sont peu représentatifs de notre profession, c’est le moins qu’on puisse dire ! Ce désamour n’a-t-il pas été induit par l’intensification progressive de l’agriculture depuis 200 ans ? Pourquoi a-t-on séparé les champs de leurs bonnes amies les forêts ? Ils étaient autrefois mariés pour le meilleur, et pas du tout pour le pire. N’est-il pas temps de se réconcilier avec nos arbres ?

Une vache nommée Blossom

Voix de la terre

Le feuilleton « Covid-19 » est bien parti pour durer, vague après vague… Mais ces dernières semaines marquent pourtant un tournant décisif, avec la mise au point et l’arrivée prochaine de vaccins ! « Vaccin » : d’où vient ce mot ? Comment cette nouvelle phase sera-t-elle négociée par les responsables sanitaires et politiques » ? Sans doute ceux-ci vont-ils encore nous surprendre ! La gestion de la pandémie ne cesse de nous étonner depuis le mois de mars, nous autres agriculteurs ! La médecine humaine gère les maladies virales différemment de la médecine vétérinaire, c’est le moins qu’on puisse dire… La biosécurité dans les exploitations d’élevage est infiniment plus stricte, et davantage efficace. Mais à quel prix pour les fermiers !

Les fabriques d’ignorance

Marc Assin

Voix de la terre

Gloire à la viande 100% d’origine végétale

Voix de la terre

Grande victoire pour les végétariens et les végans ; les députés européens ont rejeté toutes les propositions visant à réserver les dénominations utilisées pour les viandes exclusivement aux produits contenant de la viande. Rien ne changera donc pour les produits d’origine végétale et pour les dénominations ambiguës actuellement utilisées pour leur vente.

L’horloge tourne

Marc Assin

Voix de la terre

Comme on dit dans notre petit coin d’Ardenne : « Le mois de novembre s’ra co’vite passé ! ». Le sable du temps glisse entre nos doigts à une vitesse ahurissante, en cette année de disgrâce 2020 placée sous le signe de la Covid-19, de la « co’vite » tout court. Aux horloges, les aiguilles tournent fou et nous piquent nos instants et nos heures. À peine lundi entamé, on est déjà samedi. Hier, c’était le printemps confiné ; aujourd’hui, c’est déjà l’automne, encore confiné ; même les poules ne peuvent plus sortir… Ce temps, quel taon ! Toujours à nous harceler, à sucer notre bon sang de bonsoir, du matin jusqu’au soir !

Biocarburants et blé dur: des alternatives crédibles?

Voix de la terre

Dans le Sillon Belge du 24 septembre 2020, deux articles ont plus particulièrement retenu mon attention. Tout d’abord, les ambitions climatiques de la Commission Européenne qui voit dans les biocarburants faits à partir de déchets, de résidus et de cultures énergétiques, la solution à notre approvisionnement en énergie. Autrement dit, elle compte sur la biométhanisation.

Sauce américaine

Marc Assin

Voix de la terre

Tous les quatre ans, les élections aux USA nous gratifient d’un spectacle en bichromie rouge et bleue, truculent et fantasque, époustouflant dans sa démesure ! Cette édition a été particulièrement indécise, et le match entre Biden et Trump a tenu en haleine les médias du monde entier.

Un sursaut d’intelligence pourrait faire des miracles

Voix de la terre

Bravo encore à Marc Assin pour sa voix du 22 octobre sur la vague de coronavirus et merci pour son message d’espoir à la fin de son texte. Personnellement, j’ai observé, le mercredi 14 octobre passé, de drôles de cas sur le quai des bus (à Visé) vers midi.

Quelles agricultures?

Voix de la terre

Mon épouse a failli faire une attaque, quand elle a découvert le sort « artistique » réservé aux deux beaux potirons donnés à une amie… Confinement oblige, celle-ci lui a envoyé sur WattsAp la photo, non pas d’une bonne soupe appétissante parsemée de croûtons, mais plutôt de deux « Jack-o’-lantern » illuminés de l’intérieur par des bougies chauffe-plats. De si délicieux légumes, poussés naturellement sur un tas de compost, et arrosés avec amour tout au long de l’été !

Poème de Toussaint: une autre émotion et des souvenirs à foison

Voix de la terre

Les feuilles jaunissent, rougissent, prennent des teintes d’or puis tombent, tourbillonnent au vent. Tout en cet automne me ramène à toi.

Sur la paille

Marc Assin

Voix de la terre

L’hiver nous transit ; le printemps nous ravit ; l’été nous éblouit ; l’automne aujourd’hui nous saisit, et nous donne cette année bien des soucis. La saison des feuilles mortes présente deux faces : l’une scintillante sous la lumière oblique, parsemée d’ors et de couleurs fauves ; l’autre déprimante sous un ciel d’étain, giflée de bourrasques et de pluie. Les jours sont courts et parmi nous la Covid court, court, court… Pour garder le moral, il faut pas mal d’imagination ! La Toussaint, il est vrai, n’a rien d’une fête réjouissante, décoiffante, hilarante. Elle nous engage à être sérieux, à faire le bilan, à compter nos points, à calculer par exemple nos stocks de fourrage engrangé. Nos réserves de foin et d’ensilage entendront-elles chanter le coucou en avril ? Nos trésoreries passeront-elles le cap de l’hiver ?

La vague en vogue

Marc Assin

Voix de la terre

Dit-on « le » ou « la » Covid-19 ? Quel genre est-il le bon ? Masculin, comme LE coronavirus, LE choléra, LE tsunami, LE confinement, LE masque, LE désastre, LE grand bazar ? Féminin, comme LA COronaVIrusDesease, LA grippe, LA peste, LA peur, LA mort, LA dictature sanitaire, LA bulle, LA distanciation ? Du genre féminin comme LA première vague, puis LA seconde aujourd’hui, et de vagues rochers pour arrêter les vagues ? Qui l’eût cru voici sept mois à peine ? Pour une fois qu’un machin chinois ne tombe pas en panne au bout de quinze jours, il s’agit d’un virus du genre méchant, féminin ou masculin, et qui n’en finit pas d’accaparer l’actualité. Le système de lutte collective a failli, entend-on dire à la télé. À qui la faute ?

Ô H2O

Marc Assin

Voix de la terre

« Flitch, flitch, plic, ploc ! », chantonnent les bottes dans les flaques d’eau. Cette fois, ça y est, la pluie est revenue en force et désaltère les prairies. Les gazons reverdissent et les champignons pointent leurs petits nez blancs, de-ci de-là. Le retour de l’eau a lavé les poussières et ravivé les couleurs, après six mois d’abstinence, d’abonnée absente à notre quotidien. Le manque crée l’envie, puis le besoin s’installe et nous fait mesurer la valeur de notre or bleu, lequel pourrait bien, à terme, devenir un précieux objet de convoitises, de spéculations, d’enjeux financiers et politiques.

Le pain, essentiel pour notre santé, même s’il est industriel?

Voix de la terre

Quoi de plus boostant le matin pour commencer la journée qu’une bonne tartine de pain avec sa couche de beurre de ferme, de maquée, de confiture maison ou de miel ? Et pourtant, ce pain que nous croyons « bon pour notre santé », l’est-il toujours en réalité ?

La forêt wallonne en danger… sauf le peuplier!

Voix de la terre

Depuis une vingtaine d’années, la forêt wallonne connaît une crise sanitaire généralisée : hêtres, chênes, frênes et surtout les épicéas sont ravagés par des champignons, des insectes quand ce n’est pas la sécheresse liée au réchauffement climatique. Des groupes d’experts se réunissent afin de déterminer les causes de cette situation et d’envisager des solutions pérennes. De ces constats il semble se dégager une cause principale : l’élévation régulière de la température durant la période de végétation, ce qui amène à envisager le remplacement des espèces indigènes par des arbres d’origine plus méridionale. Les premiers essais démarrent. Il faudra attendre de plusieurs années pour obtenir des confirmations quant à l’intérêt de ces nouvelles origines.

Le temps des seigneurs

Marc Assin

Voix de la terre

« En achetant nous-mêmes des terres agricoles, nous nous assurons qu’elles restent protégées de l’agriculture ». Directeur général de Colruyt Fine Food et responsable de la politique agricole de Colruyt Group, Stefan Goethaert n’y va pas par quatre chemins, de quoi crisper et enfin réveiller les syndicats agricoles ! Ceux-ci semblent découvrir, tels des vierges outragées, le processus déjà avancé de phagocytose de notre activité, entamé par des entités financières et industrielles. La chaîne flamande d’hypermarchés entend désormais gérer les terres qu’elle possède autour de ses centres de distribution ; de plus, elle souhaite maintenant acquérir d’autres surfaces, afin de cultiver elle-même des produits alimentaires « en collaboration avec des agriculteurs locaux », en leur confiant le travail et l’expertise. Auréole au-dessus de la tête et main sur le cœur, Colruyt Group affirme désirer tout simplement que les végétaux produits sur SES parcelles aboutissent dans SES magasins.

Nouveau gouvernement et perspective betteravière: la raison va-t-elle triompher?

Voix de la terre

Enfin, après presque 500 jours d’attente, nous avons un gouvernement fédéral à part entière. Bien sûr, il devra traiter un très large éventail de domaines politiques, mais en tant que Confédération des Betteraviers belges (CBB), nous attendions bien sûr avec impatience ce qui serait décidé sur l’agriculture, l’environnement et la biodiversité, et ceci d’une perspective betteravière.