Accueil pommes de terre

pommes de terre

pommes de terre

Pommes de terre dans la zone NEPG: des prix plus élevés, une demande en hausse, mais attentions aux déséquilibres!

pommes de terre La baisse de la production de pommes de terre (saison 2022) dans l’ensemble de la zone NEPG et le faible effet de l’inflation ont jusqu’à présent conduit à des prix sur le marché libre raisonnablement bons pour les producteurs. La hausse des prix des contrats et les risques supplémentaires liés à la production de pommes de terre ont déjà entraîné et entraîneront différentes conséquences pour l’ensemble du secteur de la pomme de terre, des producteurs de plants jusqu’à la grande distribution et les consommateurs.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez chaque semaine votre journal Le Sillon Belge, accès 24h/24 à l'édition numérique et des avantages exclusifs.

Je m'abonne

Un rendement brut autour de 40 t/ha pour les variétés de pommes de terre de conservation

Les rendements bruts finaux des principales variétés de conservation en Belgique sont inférieurs aux valeurs normales, les baisses variant de 14 % en Bintje à 24 % en Challenger. Innovator présente une diminution encore plus marquée. Combinés à une légère hausse des surfaces, ces rendements vont mener à une diminution de la production belge de l’ordre de 15 % par rapport à 2021. Les kilos manquent donc, par contre la qualité est bien présente, tant technologique (hormis le calibre) que sanitaire.

Suivi rendement pomme de terre: -20% en Fontane, -30% en Challenger!

Si un sprint tardif du rendement a été observé pour Fontane grâce au retour des pluies en septembre, ce fut moins le cas pour Challenger. Les rendements finaux restent donc largement inférieurs à l’an passé, et de 13 % (Fontane) à 22 % (Challenger) plus bas que la moyenne pluriannuelle. Le calibre est satisfaisant en Fontane, et trop faible en Challenger. Les PSE ont pu baisser grâce à la pluie mais restent élevés pour les 2 variétés. Les derniers prélèvements ont confirmé la (quasi) absence de tare pomme de terre, la faible occurrence du rejet, et une très bonne qualité de friture.

Le choix des lecteurs

Rendement et qualité pomme de terre: une croissance tardive et un rendement empêchés par la sécheresse

La sécheresse persistante a réduit à néant les espoirs de croissance tardive que l’on pouvait encore avoir en Fontane et Challenger. Les courbes de rendement actuelles se situent ainsi entre 15 et 25 % plus bas que les normales pluriannuelles, avec globalement un moindre calibre, surtout en Challenger, et des PSE qui restent (trop) élevés, entraînant ainsi des risques élevés de coups bleus à la récolte. La tare pomme de terre est par contre très faible. Le rejet n’est apparu que sur un faible nombre de parcelles.

Mécanique, électrique, thermique… le défanage se réinvente!

Pour la troisième année consécutive, la Fiwap et le Groupement wallon des producteurs de plants de pommes de terre organisaient une démonstration de techniques alternatives de défanage en (plants de) pommes de terre. En effet, l’avenir étant à la réduction d’usage des défanants chimiques, il convient d’expérimenter et d’adopter progressivement de nouvelles techniques en vue de réussir cette étape cruciale, notamment pour la maîtrise des calibres et viroses.

Pommes de terres NEPG: la nouvelle saison commence avec beaucoup d’incertitudes

Le Groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen (NEPG) fait le point sur l’ancienne récolte de pommes de terre mais aussi et surtout sur la nouvelle récolte et les prévisions de production. Les emblavements 2023 et contrats s’y référant sont aussi envisagés avec quelques inquiétudes par rapport aux coûts de production et les conséquences de la réforme de la PAC.

Les coins de champs estivaux de la Fiwap

La Fiwap organise 4 coins de champs les mercredi 13, jeudi 14, vendredi 15 et lundi 18 juillet, en collaboration avec des producteurs Fiwap, le Cra-w, le Carah ainsi que différentes institutions ou firmes…

Doryphores: ne traitez qu’en cas de nécessité!

Sous peu, certains patatiers commenceront à pulvériser contre les doryphores. Néanmoins, n’oublions pas que la pomme de terre est programmée pour pouvoir perdre jusqu’à 25 % de ses feuilles (maladies foliaires, dégâts de grêle, brûlures d’ozone, dégâts de limaces ou de doryphores…) sans effet sur le rendement.