La Russie va battre son record de production céréalière

La Russie s’affirme depuis quelques années comme un acteur primordial sur le marché des céréales.
La Russie s’affirme depuis quelques années comme un acteur primordial sur le marché des céréales. - M. de N.

Fort d’une moisson record dans son pays, Alexandre Tkatchev, ministre de l'Agriculture russe, a précisé que cette récolte devrait permettre à la Russie d’exporter 30 millions de tonnes (Mt) de blé en 2017-2018, en conservant ainsi son premier rang mondial.

Jusqu’à présent, le gouvernement était resté très prudent dans ses prévisions, contrairement aux analystes dont les pronostics optimistes ont pesé sur les prix, ces dernières semaines. Il avait longtemps maintenu sa prévision à 110 Mt, avant de la porter le 22 septembre à 116-117 Mt. Le courtier dunkerquois Inter-Courtage notait alors que « les opérateurs sont au-dessus de 130 Mt ». Alexandre Tkatchev a expliqué cette retenue par « des conditions météorologiques défavorables dans toute une série de régions ».

Des exportations records

À 120 Mt en 2016, la récolte de la Russie, riche de fertiles « terres noires » autour de la mer Noire, était la plus élevée depuis 1978, quand l’Union soviétique disposait de surfaces cultivées bien plus vastes. Elle a permis au pays d’enregistrer un record d’exportations de 35 Mt (dont 27 Mt de blé) sur la campagne agricole 2016-2017, que Moscou espère battre sur la campagne actuelle.

« Avec une situation favorable sur le marché, nous prévoyons d’exporter 45 Mt dont 30 Mt de blé » sur la campagne 2017-2018, a indiqué Alexandre Tkatchev. Et de souligner que « La Russie sera de nouveau numéro un mondial en termes d’exportations de blé.» Sur la campagne 2015-2016, la Russie avait ravi aux États-Unis ce rang.

Le niveau de la récolte des dernières années « montre que la Russie va récolter plus de 100 Mt de céréales par an », avait souligné le 22 septembre le ministre de l'Agriculture, contre 70 M par exemple en 2010, une mauvaise année. Sur dix ans, la production russe de blé est quasiment passée du simple au double, entre un plancher autour de 40 Mt et le pic cette année à plus de 80 Mt.