Zones PPA: mesures assouplies pour les agriculteurs

Pour rappel, les productions agricoles et végétales des zones PPA doivent toujours  être séparées des productions agricoles venant des zones hors PPA.
Pour rappel, les productions agricoles et végétales des zones PPA doivent toujours être séparées des productions agricoles venant des zones hors PPA. - J.V.

Sur base de l’avis rendu en urgence le 11 juin par le Comité scientifique institué auprès de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), le Comité stratégique peste porcine africaine (PPA) ainsi que les ministres Denis Ducarme, Willy Borsus et Céline Tellier ont décidé d’assouplir les règles en vigueur pour le secteur agricole dans la zone PPA, en province de Luxembourg. Plusieurs mesures de biosécurité appliquées aux productions végétales produites dans la zone PPA sont ainsi levées.

En fonction de la zone

Premièrement, les mesures de biosécurité en zone I (correspondant aux zones de vigilance et d’observation renforcée) sont levées concernant la récolte des produits agricoles. Cela signifie donc le retour à des conditions « normales » de récolte.

Dans la zone II (correspondant à la zone infectée), l’ensemble des mesures de biosécurité prises pour les récoltes 2019 reste d’application. Il convient donc d’inspecter préalablement les parcelles à récolter pour vérifier l’absence de cadavre de sanglier mais aussi de désinfecter et nettoyer le matériel de récolte et de transport.

En outre, les récoltes des zones I et II peuvent à nouveau être valorisées dans la filière classique de transformation et/ou utilisées chez les porcs pour autant qu’elles aient été préalablement stockées au moins 30 jours. Les productions agricoles et végétales des zones PPA doivent toujours être séparées des productions agricoles venant des zones hors PPA lors du stockage. Cela implique dès lors que les stocks de production de l’année 2019 peuvent être libérés et valorisés dans les différentes chaînes de production.

Mesures révisables, si nécessaire

Cet assouplissement est permis suite à l’évolution très favorable de la maladie dans la faune sauvage ces deux derniers mois, à la publication fin du mois de mai 2020 d’une étude scientifique allemande portant sur la persistance du virus dans les produits de culture et de l’avis urgent du Comité scientifique indépendant instauré auprès de l’Afsca.

Les autorités attirent l’attention sur le fait que ces mesures sont révisables en cas de découvertes de nouveaux cas positifs au virus de la peste porcine africaine ou de tout signe de reprise d’infection par ce virus.

Le direct

Le direct