Colruyt et l’achat de terres agricoles: une atteinte au modèle agricole familial selon la Fwa

Colruyt et l’achat de terres agricoles: une atteinte au modèle agricole familial selon la Fwa

La Fwa tient d’abord à relever l’aspect peu cohérent de la stratégie annoncée par Colruyt en regard de la politique affichée par le groupe jusqu’ici de renforcer sa collaboration avec les agriculteurs pour proposer à la clientèle une offre locale de plus en plus étendue.

Même si l’enseigne précise que son objectif est de collaborer avec des producteurs indépendants, la Fwa estime que le modèle suggéré par la chaîne de distribution est en opposition avec le modèle d’agriculture familiale auquel nous sommes profondément attachés.

L’agriculture familiale est un modèle où l’agriculteur et sa famille sont indépendants économiquement, prennent les décisions, contrôlent la gestion et fournissent l’essentiel du travail et du capital. On est loin du compte avec le projet proposé par Colruyt ! En effet, le groupe se réserve ainsi le droit d’imposer à l’agriculteur exploitant les terres ses choix tant de la nature de la production que du mode de production.

Le bail à ferme, qui régit les relations entre un propriétaire de terre agricole et l’agriculteur qui les loue, consacre d’ailleurs pleinement cette liberté de culture, qui reste entièrement aux mains de l’exploitant. Le syndicat rappelle son attachement à ce principe de la liberté de culture qu’elle a fermement défendu lors des discussions sur la réforme du bail à ferme sous la précédente législature wallonne

Il y a, en Belgique, suffisamment d’agriculteurs motivés, respectueux des normes légales, et soucieux de conclure des partenariats équilibrés pour ne pas en arriver à ce modèle agricole qui bat en brèche le principe d’indépendance et d’autonomie de décision dont doit pouvoir bénéficier tout travailleur indépendant, et dans ce cas précis tout agriculteur.

La Fédération rappelle enfin qu’il est capital que dans cette politique de développement, l’enseigne mesure les conséquences pour les agriculteurs d’un éventuel rachat de terres occupées, et de reprise pour exploitation personnelle par Agripartners, la société filiale du groupe. Pour le syndicat, il ne peut en aucun cas être question !

Le direct

Le direct