Pucerons sur betteraves sucrières: les premiers champs ont atteint le seuil de traitement

Pucerons sur betteraves sucrières: les premiers champs ont atteint le seuil de traitement
Irbab

Des observations de pucerons et d’autres insectes ont été réalisées au total sur 142 parcelles par l’Irbab. Dans 2 parcelles, le seuil de traitement de 2 pucerons verts aptères par 10 plantes a été atteint. Après le temps légèrement plus chaud des derniers jours, les pucerons sont devenus plus actifs. L’Irbab recommande de continuer à observer les parcelles ! Suivez l’évolution des populations de pucerons verts via la carte de l’Irbab.

Quand intervenir ?

Il est activement recommandé d’effectuer des observations dès le stade cotylédonnaire-2 feuilles et d’intervenir avec Teppeki, Movento ou Closer dès que le seuil de 2 pucerons verts aptères par 10 plantes est atteint. Si le champ n’a pas encore atteint le seuil de traitement, le conseil est de ne pas traiter tout en continuant la surveillance chaque semaine (voire plus régulièrement).

Si le seuil de 2 pucerons verts aptères par 10 plantes est atteint, les points suivants sont importants :

– Traiter avec Movento 0,45 l/ha, Teppeki 0,14 kg/ha ou Closer 0,2 l/ha

– Eviter tout traitement avec une pyréthrinoïde, même en mélange. Il entraîne plus de mal que de bien.

– Utiliser suffisamment d’eau (200 l ou plus) et traiter quand l’humidité relative est suffisante.

– Teppeki, Movento et Closer peuvent être appliqués avec les herbicides betteraves.

– La rémanence des traitements peut être limitée si les betteraves sont encore petites.

L’avis de traitement ne concerne pas les champs semés avec des semences traitées avec Gaucho.

Les altises sont aussi présentes

Des altises ou des dégâts d’altises ont été signalés dans un quart des champs observés. La présence d’altises ou de morsures d’altises ne justifie pas un traitement insecticide. De plus, les traitements avec une pyréthrinoïde doivent être évités car les conséquences peuvent être néfastes sur la présence et le contrôle des pucerons.

Le direct

Le direct