À secoueurs ou hybrides? Au choix avec la Claas Trion

La gamme Trion se compose de 3 séries, pour un total de 20 modèles à secoueurs ou à rotors.
La gamme Trion se compose de 3 séries, pour un total de 20 modèles à secoueurs ou à rotors.

Et Claas ne s’arrête pas là. Le constructeur allemand décline encore la Trion en version Terra Trac (avec train de chenilles, 6 modèles au catalogue) et Montana (pour compenser le dévers, 6 modèles également), le tout assorti d’une vaste gamme de barres de coupe d’une largeur jusqu’à 12 m ou 12 rangs. Elle s’adapterait ainsi à tous les marchés et s’adresse aussi bien aux fermes familiales traditionnelles qu’aux entreprises de travaux agricoles à la pointe de la technologie, en passant par les grosses exploitations orientées performance.

L’ensemble de la gamme sera intégralement disponible à partir de la campagne 2022.

Trois séries et deux systèmes de séparation

La gamme Trion couvre une plage allant de 258 ch, avec les machines à cinq secoueurs, à 435 ch en version hybride à double rotor. Dans le catalogue, cela se traduit par l’apparition de trois séries. Ainsi, la Trion 500 est équipée d’un batteur de 1.420 mm et de cinq secoueurs alors que la série 600 embarque un batteur de 1.700 mm et six secoueurs.

Sur les modèles 700, on retrouve le système de battage APS Hybrid d’une largeur de 1.420 mm couplé au système de séparation Roto Plus à un rotor sur Trion 710, 720 et 730 et à double rotor sur Trion 750.

Sur tous les modèles, la séparation primaire est assurée par le système de battage APS avec un accélérateur de 450 mm de diamètre et un batteur de 600 mm de diamètre, en vue de fluidifier le flux de récolte. « Près de 90 % des grains sont séparés dès cette première étape », annonce la marque. Les régimes du système de battage sont modifiables de manière synchronisée depuis le terminal Cebis, en cabine, de même que le contre APS et le contre-batteur.

Sur les Trion 500 et 600, la séparation secondaire est assurée respectivement par cinq ou six rangées de secoueurs. La surface de séparation varie de 6,25 m² à 7,48 m² selon le modèle. Les machines sont également dotées du Multifinger Separation System (MSS) chargé d’aérer la paille de manière homogène en vue d’augmenter la capacité de séparation, quelles que soient les conditions de travail.

Le régime des organes de battage est également réglable en continu depuis la cabine sur les modèles à rotor et ce, indépendamment de ceux des organes de battage.

Enfin, selon le modèle et la version, la trémie a un volume de 8.000, 9.000, 10.500, 11.000 ou 12.000 l avec une capacité de déchargement allant de 90 à 130 l/sec.

La Trion reçoit une nouvelle cabine plus spacieuse et plus confortable pour le chauffeur.
La Trion reçoit une nouvelle cabine plus spacieuse et plus confortable pour le chauffeur.

Avec nettoyage Jet Stream

Face au débit de l’engin, l’ensemble de la gamme reçoit le système de nettoyage Jet Stream avec ventilateur à turbines, variateur de régime des vents à commande hydraulique et compartiment « première chute » à double ventilation pour le pré-nettoyage.

Les grilles supérieure et inférieure présentent une surface de séparation totale de 5,1 m² sur série 500 et 700, et de 5,8 m² sur les modèles 600. La compensation active de dévers 3D stabilise les performances de nettoyage dans les dévers jusqu’à 20 % tandis que la fonction Auto Slope adapte automatiquement le régime des vents en montée et en descente. De nombreuses fonctions d’automatisation viennent s’y ajouter.

À l’arrière, plusieurs broyeurs sont disponibles, de série ou en option : Standard Cut à 52 ou 64 couteaux ou Special Cut à 72 ou 88 couteaux, selon les modèles.

Des moteurs Cumins…

Sous le capot, cette nouvelle gamme embarque un moteur six cylindres Cumins de dernière génération. Les séries 500 et le modèle 640 sont équipées d’un moteur B6,7 (conforme Stage V) d’une cylindrée de 6,7 l. Les Trion 650, 660 et 700 reçoivent, elles, un moteur L9 (Stage V également) de 8,9 l de cylindrée. Le régime nominal de ces moteurs Common Rail est atteint dès 1.900 tours/minute. Le régime est abaissé à 1.650 tours/minute pour un niveau sonore réduit et des économies de carburant lors des déplacements sur route.

Tous les moteurs sont associés à une gestion Dynamic Power qui module automatiquement leur puissance. Dans les situations où la puissance moteur maximale n’est pas indispensable (mode andainage, par exemple), le calculateur de gestion réduit la puissance à fournir et, par conséquent, la quantité de diesel à injecter au niveau nécessaire. Ce système permettait, selon Claas, des économies de carburant allant jusqu’à 10 %.

… et quatre systèmes de guidage

La cabine attire également l’attention. Elle procure davantage d’espace au niveau de la tête et des pieds. Le pare-brise et les vitres latérales ont été agrandis et, en parallèle, les montants avant s’affinent. De quoi accroître la visibilité sur l’outil frontal et l’espace de travail.

Le terminal Cebis, avec écran de 12 pouces à fort contraste, propose trois zones d’affichage principales configurables individuellement. Tous les réglages des systèmes de battage et de nettoyage peuvent être opérés à l’aide de touches d’accès direct sur l’accoudoir.

Enfin, quatre systèmes de guidage automatique sont disponibles. Le système Laser Pilot s’oriente par rapport à la bordure de récolte gauche. Le Field Scanner, quant à lui, est installé sur le toit de la cabine et guide la machine par palpage optique des bordures de récolte gauche ou droite et des couloirs de passage du tracteur. Pour la récolte du maïs grain, le guidage à travers les rangs est assuré par l’Auto Pilot.

La dernière solution, le GPS Pilot, permet une navigation assistée par satellite. Il utilise pour cela le nouveau terminal Cemis 1200 à écran de 12 pouces. Ce dernier permet un affichage des informations en 2D ou 3D, une gestion des tâches en ligne et une fonction de documentation avec exportation des données via Telematics ou sur clé USB, une cartographie de rendement et un affichage des rendements en temps réel.