Un tiers des champs de betteraves a atteint le premier seuil pour les pucerons

Un tiers des champs de betteraves a atteint le premier seuil pour les pucerons
J.V.

Actuellement, 29 % des parcelles de betteraves ont atteint le seuil du premier traitement. L’Irbab recommande donc d’observer la présence des pucerons verts dans les champs, que ce soit avant ou après la première pulvérisation. En effet, sur les petites betteraves, les insecticides perdent leur efficacité au bout de 10 jours environ après la pulvérisation. L’observation reste donc très importante !

Si le seuil de 2 pucerons verts aptères par 10 plantes est atteint, les points suivants sont importants :

– traiter avec Movento 0,45 l/ha, Teppeki 0,14 kg/ha ou Closer 0.2l/ha

– éviter tout traitement avec une pyréthrinoïde, même en mélange. Il entraîne plus de mal que de bien.

– utiliser suffisamment d’eau (200 litres ou plus) et traiter quand l’humidité relative est suffisante.

– Teppeki, Movento et Closer peuvent être appliqués en mélange avec les herbicides betteraves.

– un traitement sur de petites betteraves entraînera une rémanence plus courte du produit.

L’avis de traitement ne concerne pas les champs semés avec des semences traitées avec Gaucho.

Un traitement contre les pucerons noirs de la fève n’est pas recommandé

À la mi-avril, les premiers pucerons noirs de la fève ont été observés. Le nombre de parcelles et le nombre de colonies ont augmenté chaque semaine. La présence de pucerons noirs de la fève a été signalée sur 80 % des 148 parcelles de betteraves observées. Les symptômes typiques sous forme de feuilles recroquevillées dues à la succion de la sève sont clairement visibles sur plusieurs parcelles.

Ces feuilles recroquevillées ne sont pas une raison de paniquer. Les pucerons noirs de la fève sont de mauvais vecteurs de la jaunisse virale. Par conséquent, l’Irbab ne recommande aucun traitement contre les pucerons noirs de la fève. Les traitements aux pyréthrinoïdes ne sont certainement pas recommandés car ils ont un effet néfaste sur la présence des auxiliaires et le contrôle des pucerons verts.

D’après un message de l’Irbab

le 5 mai

Le direct

Le direct