Entretenir sa mélangeuse, pour un travail facilité et une ration de qualité

Entretenir sa mélangeuse, pour un travail facilité et une ration de qualité

La ration alimentaire délivrée au bétail est au cœur de l’attention de tout éleveur soucieux de conduire au mieux son troupeau. Parmi les facteurs pouvant influencer la qualité de celle-ci figure le matériel utilisé pour la préparer et la distribuer.

La mélangeuse s’est à ce titre progressivement imposée dans bon nombre d’exploitations agricoles. Elle y est employée chaque jour et nécessite dès lors un minimum d’entretien, non seulement pour garantir un fonctionnement optimal et donc une ration qualitativement intéressante, mais aussi pour prévenir des immobilisations fortuites.

Le présent article a pour objectif de rappeler les principales opérations à prévoir pour anticiper tout dysfonctionnement ou avarie sur une mélangeuse à vis. Ce texte n’ayant pas vocation à se substituer au manuel d’utilisation de la machine, il est préconisé de se référer à ce dernier pour prendre connaissance des procédures édictées à cette intention par le constructeur.

Du nettoyage…

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est utile de rappeler que toute intervention sur ce type de matériel doit se faire avec le moteur du tracteur à l’arrêt. Le risque d’accident est en effet réel. Afin d’assurer un maximum de sécurité, par exemple lorsqu’une personne doit accéder à la cuve, il peut être opportun de retirer la clef de contact du tracteur.

Enfin, rappelons également que certaines opérations peuvent être à réserver à du personnel professionnel et qualifié ; ceci est d’autant plus vrai lorsque la machine est sous garantie, des interventions inappropriées ou non autorisées par le constructeur pouvant se solder par la perte totale de cette garantie. L’utilisation de pièces d’origine est également vivement recommandée.

La période actuelle, précédant l’hiver, est propice à la révision de la machine, avant que celle-ci ne rentre dans sa saison de fonctionnement la plus intense.

Dans un premier temps, un nettoyage complet et méticuleux de la mélangeuse est à entreprendre. Il est préférable de ne pas insister sur les éléments électriques et électroniques afin d’éviter d’y introduire de l’humidité. Lors du nettoyage à grandes eaux, la mélangeuse doit être positionnée sur un plan incliné de manière à permettre à l’eau de sortir de la cuve par la porte de déchargement laissée ouverte. Certains aliments, comme l’ensilage par exemple, pouvant se révéler corrosifs, il est nécessaire de répéter régulièrement cette opération de nettoyage pour préserver la machine.

Par ailleurs, les marches de l’échelle d’accès au bol doivent rester praticables et sûres en toutes circonstances pour éviter tout risque de glissement et de chute accidentelle.

… à l’inspection

Une fois la mélangeuse propre, son inspection peut débuter. L’état extérieur du matériel est ainsi parcouru afin de déceler toute anomalie. L’attention est à porter sur les différents mécanismes, les flexibles et raccords hydrauliques, les fils et branchements électriques, mais aussi sur la présence et l’état des différents dispositifs de sécurité.

Lorsque des indicateurs sont présents, comme une échelle graduée permettant de définir le degré d’ouverture de la porte de déchargement, il faut s’assurer de leur bonne lisibilité.

Des mélangeuses sont pourvues d’une bavette en caoutchouc guidant le mélange en sortie du tapis de déchargement ; il faut s’assurer de l’intégrité de celle-ci pour éviter que des lambeaux ne soient entraînés par les chaînes ou les barrettes du tapis.

La tension et l’état des différentes chaînes nécessitent d’être vérifiés. Le serrage et l’état des couteaux sont aussi à contrôler régulièrement, à une fréquence dépendant des matières incorporées dans les mélanges et de la quantité de ceux-ci. Le cas échéant, il sera nécessaire de les affûter, de les retourner pour exploiter le second tranchant ou de les remplacer.

Le bon fonctionnement du mécanisme des contre-couteaux, qu’il soit manuel ou hydraulique, est également à prendre en compte lors de l’inspection de la machine.

La révision de la mélangeuse est l'occasion de tester le mécanisme des contre-couteaux.
La révision de la mélangeuse est l'occasion de tester le mécanisme des contre-couteaux.

Périodiquement, l’utilisateur est invité à rechercher les fuites d’huile et à observer les niveaux d’huile des différents organes en contenant : réservoir d’huile hydraulique, éléments de transmission… Le contrôle de ces niveaux est à effectuer à froid et sur un sol horizontal. L’éventuelle obstruction d’un filtre par colmatage est à détecter.

En fonction de la périodicité définie par le constructeur dans le manuel d’instructions, la vidange des huiles et le remplacement des filtres sont à envisager. En cas d’appoint ou de renouvellement, il est impératif de se conformer aux huiles préconisées par le fabricant ; l’utilisation d’une huile inappropriée peut engendrer des dommages conséquents.

Comme pour toute intervention sur un système hydraulique, il faut veiller à la plus grande propreté de façon à éviter toute introduction dans celui-ci de saletés et autres particules indésirables.

Les différentes fonctions hydrauliques sont à activer pour détecter toute anomalie  et rechercher les fuites d'huile éventuelles.
Les différentes fonctions hydrauliques sont à activer pour détecter toute anomalie et rechercher les fuites d'huile éventuelles.

Le graissage complet de la machine est lui aussi impératif. Pour ce faire, le recours au plan de graissage figurant dans le manuel d’utilisation permet de ne pas omettre de points de graissage. Ici aussi, la graisse utilisée nécessite d’être conforme aux préconisations du constructeur.

Les pneumatiques de la mélangeuse sont un autre point d’attention important. Leur état général et leur pression de gonflage doivent faire l’objet d’une surveillance permanente. Si un corps étranger est présent sur la bande de roulement d’un pneu ou entre deux roues jumelées, il faut l’en ôter.

La plupart des mélangeuses sont aujourd’hui dotées d’un système de pesée permettant de contrôler l’incorporation des différents ingrédients du mélange pour confectionner exactement la ration souhaitée. Régulièrement, il est recommandé de vérifier l’état des pesons, de leurs supports et fixations, du câblage et des connexions électriques.

Si l’exactitude des données fournies par le système de pesée laisse à désirer, il y a lieu de s’en inquiéter et de procéder soit à sa recalibration, soit aux réparations nécessaires. Les coups portés aux pesons, notamment lors de la circulation de la machine sur des surfaces dégradées, peuvent être dommageables et altérer la qualité des mesures réalisées.

La précision des mesures réalisées par le système de pesée peut être évaluée.  Une recalibration de celui-ci peut se révéler nécessaire.
La précision des mesures réalisées par le système de pesée peut être évaluée. Une recalibration de celui-ci peut se révéler nécessaire.

Au niveau électrique, la présence et le fonctionnement de tous les éléments de signalisation et d’éclairage sont à contrôler, d’autant plus si la mélangeuse est amenée à emprunter la voie publique.

Une dernière vérification

La mélangeuse peut ensuite être démarrée de façon à pouvoir actionner toutes les fonctions de la machine. Cette phase est particulièrement importante car elle permet le cas échéant de repérer l’un ou l’autre bruit ou vibration anormal(e). En pareil cas, il faut arrêter la machine, déterminer l’origine de ce dysfonctionnement et y remédier.

Profitant du tracteur en fonctionnement, il est aussi utile d’effectuer un petit trajet au cours duquel des virages seront pris, tantôt à droite, tantôt à gauche, dans le but de ressentir tout comportement inhabituel de la machine, qui pourrait être révélateur d’un problème.

Enfin, quelques opérations sont à mettre en œuvre pour clore cette révision et démarrer la saison hivernale sereinement : positionner la commande de la mélangeuse et le siège du tracteur de la façon la plus ergonomique possible, ajuster les rétroviseurs du tracteur dans le but d’obtenir la meilleure visibilité possible, tant sur la machine elle-même et ses différents mécanismes que pour la conduite sur la route ou pour la sécurité autour de l’ensemble.

Un essai à faible charge peut aussi être envisagé afin de s’assurer de la circulation fluide de la matière dans le bol.

N.H.