Accueil Voix de la terre

Non, l’agriculture n’est pas responsable du changement climatique

Pourquoi ai-je créé la page facebook intitulée « Vachement stupide ! Non, l’agriculture n’est pas responsable du changement climatique » ?

Temps de lecture : 3 min

Lorsque j’ai appris, en décembre dernier, que le thème de la prochaine foire agricole de Libramont serait le changement climatique et que se tiendrait un sommet, le 30 mars en rapport avec ce dernier, la moutarde m’est montée au nez. En effet, je n’accepte pas le perpétuel battage médiatique selon lequel notre agriculture, et du coup nos ruminants, sont les principaux responsables du changement climatique. Cette affirmation relève de l’escroquerie intellectuelle. Oui l’agriculture émet des gaz à effet de serre… comme tout secteur économique. Vous seriez d’ailleurs surpris de la quantité de rejet de CO2 due à l’économie digitale.

Le but de tout ce battage est de réduire les émissions provenant de notre agriculture, élevages compris. Les groupes environnementalistes les plus radicaux voudraient même abolir notre production agricole et nous voir revenir au mode de vie de notre plus ancien et illustre ancêtre, l’Australopithèque (Lucy), qui grimpait aux arbres, se nourrissait principalement de la cueillette et était une proie facile.

Revenons-en plus particulièrement à l’objectif du sommet du 30 mars. Le but est de conscientiser les producteurs à produire différemment et donc, d’influencer leur comportement par des décisions politiques qui démontrent depuis plus de 50 ans (PAC notamment) que planifier l’agriculture mène à l’échec. En effet, il me semble crucial de laisser produire, fabriquer, transformer, commercer nos paysans de la manière la plus libre possible et donc, de déréglementer au maximum la production, la fabrication, la transformation, la commercialisation. L’offre crée la demande et si vous laissez faire les acteurs du marché, c’est tout le secteur qui s’épanouira et redeviendra vertueux. De la production la plus intensive à la plus locale, extensive et petite.

Diminuer les rejets de gaz à effet de serre de notre agriculture et de nos élevages sous prétexte de réchauffement climatique dont la cause n’est pas démontrée, c’est « ce que l’on voit ». « Ce que l’on ne voit pas », la face cachée de cette histoire, c’est l’enrichissement de certains individus que je nommerai « climato-opportunistes » et qui surfent sur cette escroquerie selon laquelle notre agriculture (souvent utile de le répéter) et nos ruminants d’élevage, sont les principaux responsables du changement/réchauffement/dérèglement climatique. Leur but est de faire de l’argent tels les promoteurs éoliens qui installent leurs moulins à vent dont la production d’électricité représente moins de 20 % de la capacité installée (ce qu’elles produiraient si elles tournaient en permanence de manière optimale), et cela avec la bénédiction des autorités et à coup de milliards de subventions qui proviennent obligatoirement des contribuables dont la facture d’électricité explose en parallèle.

Je me suis donc adressé aux syndicats agricoles en essayant de démontrer tout cela mais, pas si curieusement, aucun ne veut m’emboîter le pas afin d’exprimer le ras-le-bol face à ce perpétuel tapage médiatique destructeur. J’ai donc décidé d’y aller seul. La création de cette page en est la première étape qui je l’espère, va conscientiser tout un secteur professionnel.

Didier Vanderbiest

, vétérinaire à Bure

A lire aussi en Voix de la terre

L’agriculture dont je rêve

Voix de la terre Début février, les agriculteurs nous ont fait part de leurs revendications et la Commission Européenne a fait un beau rétropédalage au sujet des pesticides. Pendant ce temps, on ne donne aucune perspective aux agriculteurs. L’idéal ne serait-il pas qu’ils bénéficient de revenus décents tout en ne devant pas utiliser de pesticides ? Si cela se réalisait, ils ne devraient plus mettre leur santé en danger et auraient vraiment un beau métier.
Voir plus d'articles