«Au nom de la terre», un film implacable sur les affres de l’endettement

Transformé physiquement, Guillaume Canet met tout son coeur dans ce film qui voit un agriculteur sombrer, sous le poids des dettes et d’un système qui le dépasse et l’enferme.
Transformé physiquement, Guillaume Canet met tout son coeur dans ce film qui voit un agriculteur sombrer, sous le poids des dettes et d’un système qui le dépasse et l’enferme.

P lusieurs films ces dernières années ont abordé le thème des difficultés dans le monde agricole. « Au nom de la terre », le film du réalisateur Édouard Bergeon qui sortira au cinéma le 9 octobre, apparaît comme à part. Inspiré de sa propre histoire familiale, l’œuvre, sa première de fiction, retrace les étapes amenant à une issue dont on saisit vite qu’elle sera tragique. Face à un destin tracé, l’une des forces du récit...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct