Une essence sous-estimée en quête de reconnaissance: peuplier, réchauffement climatique et agriculture

Alignement de peupliers dans la campagne hutoise. Grande oubliée dans le concert médiatique, cette essence est pourtant très intéressante et performante dans le contexte du changement climatique.
Alignement de peupliers dans la campagne hutoise. Grande oubliée dans le concert médiatique, cette essence est pourtant très intéressante et performante dans le contexte du changement climatique. - G. Picron

Chaque jour la presse, la radio et la télévision évoquent les conséquences du changement climatique. Les revues spécialisées en sylviculture emboîtent le pas et s’alarment des scolytes des épicéas, de la chalarose du frêne, des mortalités des chênes et des hêtres en raison d’une excessive sécheresse. Curieusement, le peuplier passe inaperçu. Pourquoi ?

C’est probablement la seule essence à tirer profit des conditions climatiques des dernières années. Des mesures précises et répétées prouvent...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct