Accueil Auto

Jeep Gladiator V6 3.6: beau à tout faire

Plus d’un an après son introduction nord-américaine, le Jeep Gladiator, version pick-up du célèbre Wrangler, n’a toujours pas franchi l’Atlantique de manière officielle. Mais une entreprise liégeoise en propose déjà quelques versions importées, prêtes à rendre de fiers services dans nos campagnes !

Temps de lecture : 4 min

Située à Melen, près de Herve, Gentleman Cars est une entreprise spécialisée dans l’importation de véhicules américains bien connue en province de Liège. C’est à elle que l’on doit l’importation du Jeep Gladiator essayé ici, près d’un an avant sa commercialisation officielle chez nous. Tous les véhicules sont bien sûr mis aux normes européennes avant leur livraison au client. Cela passe notamment par une mise en conformité technique et technologique (radio et multimédia), mais aussi par le montage d’un attelage et de son faisceau électrique avec prise 13 broches européenne.

Ces Gladiator n’en conservent pas moins une authentique saveur américaine par la présence d’un moteur V6, le fameux 3.6 l Pentastar qui équipe de nombreux modèles Chrysler, Dodge et Jeep outre-Atlantique. Une spécificité unique sur un marché européen des pick-up où seul le diesel a droit de cité. Et contrairement aux RAM et autres Ford F150, le pick-up Jeep conserve des dimensions assez « compactes » pour un produit du pays de l’Oncle Sam : 5,53 m de long pour 1,88 m de large. Voilà qui n’est guère démesuré face aux Ford Ranger et autres Toyota Hilux.

Roi du tout-terrain

Cette compacité ne doit pas faire craindre des capacités tout-terrain amoindries, que du contraire. Puisqu’il n’est autre qu’une variante pick-up du Wrangler, le Gladiator en conserve les incroyables aptitudes de franchissement.

Il s’équipe bien sûr d’une transmission intégrale enclenchable et d’une gamme de vitesses courtes pour se sortir de toutes les situations. Un assistant de descente est également de la partie, et la suspension a été spécialement retravaillée pour offrir un excellent compromis entre comportement routier et facilité en hors-piste. Seuls les angles de fuite sont légèrement inférieurs à ceux du Wrangler à cause du porte-à-faux arrière allongé pour implanter la benne.

D’une contenance de 1.005 li, celle-ci peut embarquer jusqu’à 726 kg de matériel. Quant à la capacité de traction, elle avoisine les 3.500 kg, le maximum autorisé. Et à bord, non seulement les dossiers des sièges arrière sont rabattables, mais les assises sont également relevables, permettant une belle modularité.

Facteur « cool »

Vous l’aurez compris, le Gladiator sera sans doute parfait pour remplacer votre vénérable Defender, maintenant que ce dernier a renoncé à ses versions pick-up. Avec l’Anglais, le Gladiator partage une personnalité unique puisque toute sa partie avant est identique à celle du Wrangler, qui puise ses racines dans l’inaltérable Jeep Willys. Il en est de même à bord, où l’on retrouve avec beaucoup de bonheur cette position de conduite si caractéristique, avec un pare-brise (rabattable !) très vertical placé quelques centimètres seulement devant soi. Pourtant, comme son célèbre cousin, le pick-up sait prendre soin de ses passagers, notamment avec un système multimédia UConnect piloté par un écran tactile allant jusqu’à 7’’ et un espace aux jambes à l’arrière parmi les plus généreux du segment.

L’habitacle est identique à celui du Wrangler, et ne fait pas de concession  sur l’équipement ou le confort des passagers.
L’habitacle est identique à celui du Wrangler, et ne fait pas de concession sur l’équipement ou le confort des passagers. - © 2018 FCA US LLC

Mais qui dit Wrangler, dit surtout cabriolet. Et ce Gladiator conserve aussi cette caractéristique. Le toit peut donc être retiré en trois parties pour offrir une conduite au grand air. De quoi en faire l’unique pick-up cabriolet du marché !

Le charme du V6

En route, le V6 développe ses 285 ch et 353 Nm de façon très américaine, dans un souffle long et continu. Il est couplé à une boîte automatique à 8 rapports qui étonne par sa réactivité et sa douceur de fonctionnement. Lorsqu’on le titille un peu, le V6 flatte l’oreille et les sensations, mais son truc reste plutôt le cruising, sur un filet de gaz, le coude à la portière. Il se fait alors particulièrement discret, ce qui s’appréciera d’autant plus une fois le toit (voire les portières) retiré.

Bien sûr, le Gladiator conserve aussi la direction assez floue du Wrangler, et son confort reste celui d’un 4x4 pur et dur. Mais sur ce dernier point, rares sont les pick-up à faire mieux.

Nicolas Morlet

A lire aussi en Auto

Voir plus d'articles