Antibiorésistance: l’élevage reste une source d’inquiétude

Dans ce contexte de résistance, l’Amcra, en Belgique, veille au bon usage des antibiotiques en médecine vétérinaire et observe, chaque année, une baisse de leur utilisation.
Dans ce contexte de résistance, l’Amcra, en Belgique, veille au bon usage des antibiotiques en médecine vétérinaire et observe, chaque année, une baisse de leur utilisation. - J.V.

Une proportion non négligeable des bactéries Salmonella et Campylobacter est toujours résistante aux antibiotiques communément utilisés chez l’être humain et l’animal, préviennent le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies et l’Autorité européenne de sécurité des aliments dans leur rapport annuel sur la résistance des bactéries responsables d’infections d’origine alimentaire publié le 8 avril.

Ainsi, ces dernières années, un nombre croissant de cas de salmonelles résistantes à l’acide nalidixique, à la ciprofloxacine ou aux fluoroquinolones est observé. Même constat s’agissant de Campilobacter, chez qui la résistance à la ciprofloxacine est « désormais tellement courante dans la plupart des pays que cet antimicrobien est utilisé de façon limitée » pour le traitement des infections humaines.

Le taux de bactéries E. coli présentes dans des échantillons issus d’animaux producteurs d’aliments répondant à tous les antimicrobiens testés a également augmenté dans plusieurs États membres.

Quelques constats positifs néanmoins : une baisse de la résistance à l’ampicilline et aux tétracyclines a été observée chez des Salmonelles ainsi qu’une diminution de la prévalence d’E. coli produisant des bêta-lactamases à spectre étendu chez les animaux producteurs d’aliments, se félicitent les deux organisations.