Des parterres de fleurs pour analyser de la préférence des abeilles

Des parterres de fleurs pour analyser de la préférence des abeilles

Quatre-vingt-deux parterres de fleurs ont été aménagés à quatre endroits en Flandre. C’est une superficie totale de près de douze terrains de football qui est en cours d’analyse par les scientifiques. Notamment à Herzele, en Flandre orientale, où sept agriculteurs ont prévu dix-huit parterres de fleurs sur environ 5 hectares de terres agricoles. Ils sont semés avec un mélange de graines annuelles et vivaces spécialement développé pour les pollinisateurs. Le mélange de fleurs annuelles se compose de fleurs indigènes communes telles que les coquelicots et les bleuets, et de mauvaises herbes indigènes des champs qui disparaissent, telles que le pied d’alouette sauvage.

Les chercheurs de l’Université de Gand analysent actuellement quels types de pollinisateurs se produisent sur quelles plantes. S’il s’avère que certaines espèces à haut potentiel pollinisateur ont une préférence pour des plantes spécifiques, les mélanges de graines peuvent être ajustés en conséquence. Des recherches sont également en cours sur la meilleure façon de tondre les parterres de fleurs vivaces. Contrairement aux parterres semés annuellement, ils peuvent avoir un impact positif sur les populations d’abeilles sauvages, mais une gestion adaptée de la tonte semble nécessaire.

L’étude, qui se déroule également au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, au Danemark, en Allemagne et en Suède, dispose d’un budget de 4,1 millions d’euros pour une période de 3,5 ans (2019-2023). Environ 2 millions d’euros proviennent du Fonds européen de développement régional (FEDER).

(Belga)

Le direct

Le direct