Accueil Betteraves

Le marché du sucre est reparti à la hausse

Déficit mondial de matières premières et prix du pétrole élevé tirent les cours mondiaux du sucre vers le haut.

Temps de lecture : 2 min

Les voyants sont à la hausse concernant le prix du sucre. Observée depuis la campagne 2020-2021, cette tendance repart de plus belle avec la guerre en Ukraine, a expliqué fin avril Thimoté Masson, expert marché auprès de la Confédération générale des planteurs de betterave (France). Le sucre a bondi de 13 cts/lb à plus de 20 cts/lb à New York en un an et demi. En cause, un déficit mondial pour la troisième année de suite.

Les prix élevés du pétrole jouent également. Ils poussent le Brésil, premier producteur mondial de sucre, à orienter la canne vers plus d’éthanol. « 1 % de canne brésilienne ainsi déviée, c’est 0,8 million de tonnes (mt) de sucre en moins », souligne-t-il. Le chiffre est élevé par rapport aux quelque 3 mt de déficit. Si la guerre en Ukraine pèse très peu dans les échanges mondiaux de sucre, elle nourrit des craintes sur l’approvisionnement en engrais, le Brésil étant très dépendant des importations dont 15 à 26 % viennent de Russie. D’où un « regain d’intérêt pour le sucre chez les spéculateurs ».

Nécessaire revalorisation

Le prix européen reflète pour l’heure assez peu ces récentes tensions. « Des contrats annuels encadrent une majorité du sucre », rappelle Thimoté Masson. En février, les livraisons se sont effectuées à 426 €/t au départ des sucreries françaises. Le marché spot est, lui, à près de 800 €/t, ce qui donne une idée du potentiel de hausse.

Une revalorisation apparaît nécessaire, vu les coûts industriels de +35 à +45 % à cause des prix du gaz, les coûts agricoles de +15 à +20 % liés aux postes engrais et carburant. La betterave est, de plus, en concurrence avec d’autres cultures. Pour être aussi attractive que l’orge, le maïs, le blé ou le colza, son prix doit atteindre 33 €/t à 40 €/t, d’après les calculs de Thimoté Masson. Un important de coup de pouce par rapport aux 28 €/t versés en moyenne pour la récolte 2021, en France toujours.

A lire aussi en Betteraves

Toujours pas d’accord chez Iscal pour les contrats betteraves 2023

Betteraves Les négociations pour l’accord interprofessionnel 2023 et les contrats de betteraves 2023 entre Iscal et les représentants des planteurs sont en cours depuis fin juin. Le 4 octobre dernier s’est tenu une énième réunion. Les représentants des planteurs pensaient avoir trouvé un compromis et ils pensaient être à la fin des discussions mais…
Voir plus d'articles