Accueil Auto

Citroën C5 Aircross: rien que pour vos yeux

La première Citroën hybride rechargeable reçoit sa première mise à jour, qui est presque uniquement concentrée sur ce que l’on voit.

Temps de lecture : 4 min

À sa sortie en 2018, certains ont reproché au C5 Aircross d’avoir trop conservé le design « arrondi » – et pas assez statutaire – des monospaces compacts qui l’ont précédé, à savoir les Xsara et C4 Picasso, puis C4 Space Tourer. Mais au fond, peut-on en vouloir à Citroën d’avoir tenté de reconstruire son adn, après s’être contenté de rebadger des Mitsubishi pour entrer sans conviction dans le segment du suv (C Crosser et C4 Aircross) ?

Nous dirions que non, pourtant le fait est que les canons de beauté du genre « pseudo 4x4 » reposent au contraire sur des lignes horizontales, des volumes plus carrés aux angles mieux marqués, des calandres droites et hautes, des capots dont on voit les contours. Les succès du dernier Peugeot 3008 et de la plupart des concurrents parlent d’eux-mêmes.

Le constructeur semble donc vouloir s’adapter sans pour autant se trahir. Le nouveau C5 Aircross gagne visuellement en carrure et en présence, bien aidé en cela par une signature lumineuse originale qui, contrairement à d’autres, ne fait pas un usage exagéré des feux de jour LED risquant de nous flinguer les rétines en plein jour…

Grand confort, petit appétit

Derrière sa belle nouvelle gueule de suv, le C5 Aircross a eu l’intelligence de conserver la modularité d’un monospace grâce, entre autres, aux trois sièges individuels au rang 2, coulissants, inclinables et escamotables. Cela dans un volume intérieur plus généreux et exploitable que ses rivaux de taille comparable.

Qui dit Citroën dit confort, et c’est une des améliorations qui ne se voit pas, mais qui se sent. Les sièges profitent en effet d’un nouveau rembourrage, 15 mm plus épais qu’avant, comme on en trouve déjà dans les très accueillantes C4 et C5 X. On notera les nouvelles offres Alcantara et cuir perforé, ou encore les surpiqûres qui rehaussent la qualité perçue et l’atmosphère cosy chic de l’habitacle. Nous le mentionnons pour information, car pour peu que le véhicule soit utilisé de temps à autre dans le cadre de l’activité professionnelle, l’Alcantara n’est pas l’idéal pour résister aux salissures.

Enfin, n’oublions évidemment pas la nouvelle tablette tactile de 10 pouces, suspendue plus haut, mieux à portée des doigts et des yeux.

Douceur

Le confort d’assise cité plus haut est parfaitement complété par le confort de roulage et de la conduite. Inutile de rappeler tout le bien que l’on pense des suspensions à butées hydrauliques progressives, qui donnent aux Citroën ce toucher de route si feutré que la concurrence lui envie. Même en conduite dynamique, les mouvements de caisse restent bien maîtrisés.

La preuve : c’est dans l’arrière-pays niçois que le constructeur nous a invités à découvrir son C5 Aircross amélioré. Grimper le col de Vence, puis faire la boucle de la départementale et faire le retour via Grasse, ce n’est pas l’itinéraire qui valorise en principe le mieux un SUV de 1.800 kg, dont la garde au sol fait 230 mm… Pourtant, le véhicule s’y est révélé agile et efficace, aidé par une direction précise.

A l’intérieur, les sièges gagnent en confort tandis qu’une nouvelle tablette tactile,  mieux située à portée des doigts et des yeux, fait son apparition.
A l’intérieur, les sièges gagnent en confort tandis qu’une nouvelle tablette tactile, mieux située à portée des doigts et des yeux, fait son apparition.

Ah, et avec quel moteur ? C’est que depuis le dernier vote aberrant du Parlement Européen, fixant à 2035 l’éradication de tous les thermiques, hybrides inclus, les constructeurs n’osent plus parler de leurs moteurs ni engager de budget à les améliorer. Tout cela pour dire que Citroën n’a pas touché à son catalogue mécanique. Le C5 Aircross est toujours disponible avec le moteur essence 1,2 turbo 130 ch, avec le 1,5 diesel BlueHDI 130 ch également et avec la mécanique hybride plug-in, 225 ch. Hélas, contrairement au cousin Peugeot 3008 par exemple, le Citroën, même plug-in, n’est toujours pas proposé en version 4x4.

En valeur absolue, le diesel semble être le plus indiqué dans notre cas, puisqu’il est le plus balaise en remorquage : jusqu’à 1.450 kg. La version hybride se limite à 1.300 kg. Déjà pas mal, et puis il a cet avantage à ne pas oublier : grâce à ses 55 km d’autonomie électrique et ses 31 g CO2/km, il est 100 % déductible.

Partant de ce constat, c’est ce dernier que nous avons testé, ce qui nous a rappelé à quel point il est agréable. Car il est clair qu’en fonctionnement électrique, le silence est un argument supplémentaire pour le confort déjà au-dessus de la moyenne du véhicule. Enfin, le bilan énergétique : le C5 Aircross Hybrid a exigé 6 l/100 km d’essence et 12 kWh d’électricité à 51 km/h de moyenne sur un parcours de 120 km, dont un quart sur route embouteillée, et trois quarts dans les montagnes où… nous nous sommes fait plaisir.

Le C5 Aircross mis à jour démarre à 24.780 € HTVA en version essence 130 ch. Comptez 28.256 € HTVA pour le diesel, et 35.479 € HTVA pour l’hybride rechargeable.

Stéphane Lémeret

A lire aussi en Auto

Voir plus d'articles