Accueil Equipements

Aux Sima Innovation Awards: 17 matériels récompensés, au service de la qualité, du confort, de la sécurité… et de l’écologie

La 79ème  édition du Sima s’est tenue début novembre. À cette occasion, les lauréats des Sima Innovation Awards ont été dévoilés, au sein de cinq catégories. Du palmarès, il ressort trois orientations claires prises par les différents candidats, et mises en évidence par les membres du jury : la précision du travail au service de la qualité du travail et des produits ; l’optimisation et l’aide au service des réglages, du confort et de la sécurité ; et, enfin, la transition écologique.

Temps de lecture : 10 min

Depuis 1931, les Sima Innovation Awards mettent en lumière les solutions et technologies les plus innovantes présentées par les exposants du salon. À chaque édition, ce concours récompense les innovations qui dessinent les tendances de fond des transformations agricoles, en soulignant les évolutions des équipements agricoles, des préoccupations des utilisateurs et des solutions apportées par les constructeurs et fournisseurs.

Les lauréats de cette édition 2022 ont été sélectionnés parmi les 35 dossiers retenus cette année et ont été désignés sur le principe de la classification or, argent et bronze dans chaque catégorie. Celles-ci sont au nombre de cinq : de la récolte au stockage ; élevage, énergies renouvelables, biomasse et biomatériaux ; robotique et électronique embarquée ; services et logiciels ; et sols et cultures.

Sols et cultures : travailler plus vite et plus facilement

Trois constructeurs sont mis à l’honneur dans cette catégorie : Monosem, Väderstad et Hydrokit.

  Or : semoir ValoTerra Ultimate, de Monosem

Monosem lance un nouvel élément semeur ValoTerra Ultimate, conçu, selon le constructeur lui-même, pour maximiser la qualité d’émergence à un haut niveau de productivité. On y trouve, par exemple, les plus grands double-disques ouvreurs du marché (450 mm de diamètre). La vitesse opérationnelle du semoir en version goulotte peut atteindre 12 km/h, alors que le nouveau convoyeur ASG « Active Seed Guidance », qui permet au semoir de se distinguer, permet des vitesses de semis allant de 2 à 18 km/h.

Ce convoyeur ASG à brosse est développé sur un concept de gravité 0 : maîtrise de la trajectoire de la semence par accompagnement, depuis le disque de sélection, par la roue de chargement alvéolaire, jusqu’à sa sortie du convoyeur. Notons que dans un souci de polyvalence, les convoyeurs ASG peuvent être remplacés par des goulottes en moins d’une demi-heure sur un outil 8 rangs.

Pour ce qui est de la fertilisation, Monosem lance FertiSmart, un nouveau fertiliseur rang par rang, 100 % électrique sur une architecture 56 V, assurant des débits jusqu’à 450 kg/ha. Le nouveau micro-granulateur Micro-Smart, lui, se compose de 4 voies de localisation et de 2 trémies indépendantes par élément semeur pour optimiser la nutrition ainsi que la protection des semences, rang par rang.

  Argent : semoir Proceed, de Väderstad

Le constructeur suédois dévoile le Proceed, un semoir permettant selon lui, de « placer la plus petite des graines de blé à la profondeur parfaite avec une précision millimétrique ». Le résultat est une amélioration significative des rendements, une réduction de la densité de semis, une baisse des besoins en travail du sol et une réduction des traitements chimiques ainsi que l’utilisation des engrais.

  Bronze : attelage 4ème  point « 4PTH », d’Hydrokit

Le principe du « 4PTH » repose sur une déformation de l’attelage 3 points actuel. Le kit comprend une ferrure à installer sur la trompette du tracteur et une autre sur l’outil. Une barre avec un vérin dit « 4ème  point » lie les deux ferrures entre elle-elles. Lors d’une action sur le vérin, l’ensemble déplace l’outil vers la droite ou la gauche. L’intégration d’un capteur de position dans le vérin simplifie les branchements et la conduite (recentrage automatique de l’outil en bout de champs, gestion des butées de fin de course).

Le dispositif permet ainsi de se passer des traditionnelles interfaces de guidages que l’on retrouve sur certains outils, comme les bineuses. On s’affranchit ainsi des inconvénients de ladite interface : porte-à-faux supplémentaire, poids additionnel et gène lors des phases d’attelage et dételage.

De la récolte au stockage: l’économie au rendez-vous

Ici aussi, trois prix ont été décernés. Les heureux lauréats sont Klim’Top Controls, Krone et New Holland.

  Or : Klimanager, de Klim’Top Controls

Klim’Top Controls est une société de construction, de vente et d’installation de groupes froids et de systèmes de ventilation pour le domaine agroalimentaire, plus précisément des légumes racines à longue conservation. Elle a développé Klimanager, un logiciel de gestion d’énergie conçu pour superviser le fonctionnement de plusieurs cellules de stockages de légumes, en tenant compte de plusieurs paramètres comme la puissance électrique maximum admissible sur le site, la planification journalière de la puissance électrique, la sensibilité des produits stockés et la production d’électricité par des moyens d’énergies renouvelables.

L’objectif est ainsi de maximiser l’autoconsommation de l’électricité produite par un système photovoltaïque ou éolien, d’optimiser le fonctionnement du système de refroidissement durant les heures creuses et de maîtriser les dérives de températures.

Klimanager tient notamment compte de la production d’électricitépar un système photovoltaïque ou éolien  pour réguler le fonctionnement des unités de refroidissement et ainsi maximiser l’autoconsommation.
Klimanager tient notamment compte de la production d’électricitépar un système photovoltaïque ou éolien pour réguler le fonctionnement des unités de refroidissement et ainsi maximiser l’autoconsommation.

  Argent : système d’incorporation d’additif sur presse BiG Pack, de Krone

Suite à la demande des principaux pays producteurs de fourrages secs et l’attention portée à la qualité du fourrage, Krone a développé un nouveau système d’incorporation d’additif sur presse à balles cubiques. Celui-ci régule la dose d’additif par rapport au poids réel de la balle mais aussi au taux d’humidité réel du fourrage. Il est ainsi plus aisé de respecter la préconisation du fournisseur d’additif.

  Bronze : Grain Cam Mobile, de New Holland

L’application Grain Cam Grain Loss Calculator calcule de façon automatique le nombre de grains tombés au sol sur une photo prise à l’arrière de la moissonneuse-batteuse. Il s’agit là d’un système rapide pour estimer le niveau de perte durant la moisson.

Robotique et électronique : des capteurs à tout va

Cinq constructeurs figurent sur le podium dans cette catégorie, le bronze ayant été décerné à deux reprises tandis que l’argent est commun à deux constructeurs allemands.

  Or : Ara, d’Ecorobotix

Ara est pulvérisateur intelligent et ultraprécis qui utilise une technologie de ciblage plante par plante grâce à l’intelligence artificielle. Avec cet outil, la surface de pulvérisation au sol, à la vitesse de 7 km/h, est d’une précision allant jusqu’à 6x6 cm. Cette précision permet un large spectre d’applications, comme la pulvérisation d’herbicides sélectifs et non sélectifs, de fongicides, d’insecticides ou d’engrais. Cela facilite également le respect des réglementations environnementales et de réduire la quantité de produits utilisés jusqu’à 95 %, selon le constructeur suisse.

Au total, 13 traitements herbicides, fongicides ou insecticides ont actuellement été validés, pour les cultures en ligne et les cultures maraîchères (betterave, haricot, oignon, endive, salade, épinard, colza, maïs), ainsi que les prairies et le gazon (rumex et chardons).

Le pulvérisateur Ara permettrait, selon son constructeur, de réduire  la quantité de produits phytosanitaires utilisés jusqu’à 95 %.
Le pulvérisateur Ara permettrait, selon son constructeur, de réduire la quantité de produits phytosanitaires utilisés jusqu’à 95 %.

  Argent : Combined Powers, de Lemken et Krone

Le Combined Powers est un véhicule agricole autonome disposant d’une unité d’entraînement diesel-électricité de 230 ch. Il travaille en synergie totale avec son outil, grâce à son intelligence, et ce qu’il soit bleu (charrue, décompacteur, semoir…) ou vert (faucheuse, faneuse…). Pour ce faire, il est bardé de nombreux capteurs qui surveillent l’outil en question mais également l’environnement de travail.

  Bronze : ATMS, de Trelleborg Wheel Systems

Le nouveau système ATMS mis au point par Trelleborg est capable, grâce à ses capteurs, de détecter les conditions de travail des pneus en acquérant en temps réel la charge, la pression et la température. Les données ainsi obtenues permettent au système d’optimiser la configuration du tracteur et d’indiquer la pression la plus appropriée pour les pneumatiques, augmentant ainsi l’efficacité de l’opération.

  Bronze : RollControl Access-cible, de Rolland

Le RollControl Access-cible est un système d’automatisation des cycles d’épandage avec maîtrise du débit massique. Il consiste en une mise à jour informatique effectuée au niveau du système de régulation de l’épandeur. Celle-ci va contrôler le mouvement de la porte de l’épandeur et la vitesse du tapis par rapport à un certain nombre de données en vue d’améliorer la précision de l’épandage.

Elevage, énergies et biomasse : valoriser aux mieux les engrais de ferme

Dans cette catégorie, le jury s’est accordé pour remettre trois prix.

  Or : Opti-Sensor, de Pichon (Samson Group)

Pichon a mis au point le premier capteur NIR (proche infrarouge) pour épandeur à fumier. Autonome et compact, il est fixé sur la ridelle de l’épandeur et mesure en temps réel les taux de matières sèches, N, P et K d’un fumier ou compost durant l’épandage. Ce système permet de se passer de l’analyse en laboratoire qui était, jusque-là, la seule manière de mesurer les valeurs fertilisantes d’un fumier.

La mesure au champ de ces éléments grâce à l’Opti-Sensor permet à l’opérateur d’ajuster la quantité de fumier à épandre dans les cultures. Il en résulte également des économies significatives ainsi qu’une réduction de l’empreinte environnementale. Ce capteur devrait permettre, selon son constructeur, de passer du concept d’épandage sous forme de « t/ha » au concept « unité d’azote/ha ».

À terme, une régulation de l’épandage par rapport à l’un des composants au choix sera possible.

Fixé sur la ridelle de l’épandeur, l’Opti-Sensor mesure en temps réel les taux  de matières sèches, N, P et K d’un fumier ou compost durant l’épandage.
Fixé sur la ridelle de l’épandeur, l’Opti-Sensor mesure en temps réel les taux de matières sèches, N, P et K d’un fumier ou compost durant l’épandage.

  Argent : Delta-X Ferti’Soluce, de Bioret Agri

Delta-X est un séparateur d’effluents d’élevage laitier. Couplé au Ferti’Soluce, il permet de valoriser, d’une part, l’urine en biostimulant et, d’autre part, les matières solides en bio compost. Pour Bioret Agri, c’est une manière de fabriquer ses fertilisants à la ferme. La firme annonce également que son concept permettrait de réduire de 70 % les émissions d’ammoniac et de 25 % celles de CO2.

  Bronze : une économie circulaire pour une empreinte carbone négative, de New Holland et Bennamann

New Holland et Bennamann ont développé une solution modulaire et annoncée comme économiquement soutenable pour produire et utiliser du biométhane comprimé (GNC).

Bennamann commercialise des solutions pour capter le méthane fugitif des fosses à lisier, pour le purifier et pour distribuer ce carburant sur l’exploitation agricole. New Holland, de son côté, élargit sa gamme de tracteur GNC avec le T6 Methane Power avec transmission Dynamic Command.

Ainsi une économie circulaire peut être créée : le méthane fugitif polluant devient un carburant vertueux avec une empreinte carbone négative, l’exploitation agricole retrouve une autonomie énergétique et une grande stabilité sur les coûts de production.

Services et logiciels : prévoir, mesurer et simuler

Le jury a souhaité récompenser quatre acteurs dans cette catégorie, dont deux repartent avec le bronze.

  Or : Presto, d’ITK

Presto est un service de prévision hebdomadaire des blocs de production en fruits et légumes. L’outil réalise des prévisions automatiques pour les productions sur les deux semaines à venir en vue de permettre aux maraîchers de mieux anticiper leurs productions et ainsi leurs ventes.

  Argent : Beelive, de Beeguard

Beelive constitue une nouvelle génération de capteur embarquant l’analyse vidéo par intelligence artificielle pour compter les abeilles. La technologie permet ainsi de mesurer les flux d’abeilles de ruches témoins pour fournir des indicateurs clés chiffrés comme le suivi en continu de la mortalité journalière ainsi que les heures et l’effort de butinage.

À destination des agriculteurs, de façon transversale par rapport aux filières, ce service permet de mesurer et objectiver l’impact des pratiques vertueuses pour accélérer une agriculture favorable aux pollinisateurs.

 Bronze : MyEasyCarbon, de MyEasyFarm

MyEasyCarbon est une plateforme digitale destinée aux cultivateurs qui souhaitent réduire leur empreinte carbone en limitant leurs émissions de gaz à effet de serre et en stockant davantage de carbone dans les sols. Elle permet, notamment, d’établir le diagnostic carbone de l’exploitation, de simuler les gains potentiels des changements de pratiques culturales, ou encore de documenter en temps réel et sans saisie les interventions dans chaque parcelle pendant la durée d’un projet, grâce aux données satellites Sentinel et à la remontée automatique de données via les matériels agricoles ou les smartphones des chauffeurs.

  Bronze : Carbon Extract, d’Agrosolutions

Carbon Extract est un outil web, disponible en ligne, qui mesure la transition bas-carbone des exploitations agricoles afin de les accompagner dans ce processus. Il permet de mesurer leur bilan carbone mais intègre aussi un simulateur et permet de réaliser des suivis de projet.

A lire aussi en Equipements

Renouveler sa phytolicence, comment ça marche?

Cultures Réservée à un cadre professionnel, la phytolicence, en fonction de son type (P1, P2, P3 ou NP), permet aux agriculteurs de stocker, d’acheter, d’utiliser ou de conseiller des produits phytopharmaceutiques. Celle-ci expirée, il vous sera interdit d’en faire quoi que ce soit. Vous vous retrouvez dans ce cas de figure et souhaitez renouveler votre document arrivé à échéance ? Voici la marche à suivre.
Voir plus d'articles