Accueil Economie

Embarras de circulation attendus à Bruxelles lundi en raison d’une nouvelle manifestation

La circulation pourra être perturbée lundi sur le territoire de la Région bruxelloise, en raison d’une nouvelle manifestation des syndicats agricoles, avertit jeudi la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. Toute la journée dès 6h, la rue de la Loi, entre Schuman et le R20, le tunnel Reyers venant de l’E40 en direction du centre, ainsi que le tunnel du Cinquantenaire en direction de Loi, seront fermés à la circulation.

Temps de lecture : 2 min

La circulation pourra être perturbée lundi sur le territoire de la Région bruxelloise, en raison d’une nouvelle manifestation des syndicats agricoles, avertit jeudi la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. Toute la journée dès 6h, la rue de la Loi, entre Schuman et le R20, le tunnel Reyers venant de l’E40 en direction du centre, ainsi que le tunnel du Cinquantenaire en direction de Loi, seront fermés à la circulation.

À certains moments, la petite ceinture de Bruxelles pourrait aussi être inaccessible à la circulation, tout comme le carrefour Arts-Loi. Les rues avoisinantes de la rue de la Loi et le quartier européen pourraient également connaître des perturbations de circulation. Ces embarras risquent de persister jusqu’en fin d’après-midi.

La zone de police déconseille dès lors de se rendre à Bruxelles en voiture lundi et recommande de privilégier les transports en commun.

Les principales fédérations agricoles du sud du pays se mobiliseront une nouvelle fois à Bruxelles, en marge d’une réunion des ministres européens de l’Agriculture. Elles prévoient de se réunir dès 11h sur le rond-point Schuman, pour exprimer leur mécontentement face aux récentes décisions de la Commission européenne, prises en réaction à leurs actions de protestation de début février.

La Fugea, la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA), la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA) et la Coordination européenne Via Campesina (ECVC) ont notamment confirmé leur participation à la manifestation. Elles plaident pour la sortie des accords de libre-échange, l’arrêt des négociations pour l’accord UE-Mercosur, ou encore la garantie d’une Politique agricole commune (PAC) forte pour soutenir les pratiques agro-écologiques.

A lire aussi en Economie

Premier baromètre du moral des agriculteurs bio

Economie Marché en recul, chiffre d’affaires en baisse, prix de vente qui passent sous les prix conventionnels sont devenus courants en 2022 et 2023 dans les fermes bio. Le constat n’est pas favorable pour celles et ceux qui sont pourtant engagés dans des pratiques positives qui devraient être mieux valorisées : protection de la santé, de la biodiversité, des sols, de l’eau, du climat. L’Unab leur a donné la parole.
Voir plus d'articles