Accueil Economie

L’accord politique sur l’étiquetage du miel entériné

Les eurodéputés ont entériné l’accord politique issu des négociations interinstitutionnelles concernant la révision des directives dites « Petit-déjeuner », dont l’étiquetage du miel fait partie.

Temps de lecture : 2 min

Le texte doit à présent être formellement validé par le conseil avant qu’il ne soit publié au Journal officiel de l’UE, et qu’il puisse entrer en vigueur vingt jours plus tard.

Cette date passée, les États membres disposeront de deux ans pour appliquer les nouvelles règles. Celles-ci ont pour principal objectif d’améliorer la lutte contre les miels frelatés et de fournir de meilleures informations aux consommateurs.

Le compromis politique prévoit notamment qu’en cas de mélange, les pays d’origine des miels soient indiqués sur l’étiquette, dans le même champ de vision que le nom du produit, par ordre décroissant en fonction de la proportion qu’ils représentent. Cette disposition remplacera la formulation actuelle qui mentionne simplement si le mélange provient ou non de l’UE.

Lutte contre les miels frelatés

Cette validation du parlement européen a été largement saluée par le Copa-Cogeca, qui avait lancé une campagne d’information sur un « étiquetage honnête du miel » parallèlement à la négociation du texte.

Il estime notamment que cette nouvelle législation « ouvrira la voie à la lutte contre la fraude sur le miel et à l’amélioration de la traçabilité, de la qualité et de la transparence à l’égard des consommateurs de miel ». Et d’appeler « à une mise en œuvre rapide de ces dispositions ». Sentiment partagé par le rapporteur du parlement européen sur ce dossier, l’Autrichien Alexander Bernhuber (droite), qui souligne que « les consommateurs comme les apiculteurs seront mieux protégés contre le miel frelaté ».

A lire aussi en Economie

Du bœuf wallon à la cantine de l’Epasc!

Conso Manger de la viande provenant directement des élevages ? C’est le pari réussi de l’école provinciale d’agronomie et des sciences de Ciney (Epasc). En effet, dorénavant les 820 élèves que compte cette école peuvent retrouver ce produit 100 % wallon dans leur cantine. Une manière de s’alimenter saine et durable qui semble avoir convaincu ces agriculteurs en herbe !
Voir plus d'articles