Accueil Economie

200 personnes invitent à ne pas «tomber dans le panneau» de l’agrivoltaïsme à Aiseau

« Des panneaux sur nos hangars, pas sur nos hectares », ont réclamé les quelque 200 participants à une journée d’action mercredi à Aiseau-Presles contre l’agrivoltaïsme et pour l’accès à la terre. Ils dénoncent un projet d’installation de 22.000 panneaux photovoltaïques sur 30 hectares de terres agricoles dans cette commune du Hainaut, soit sur pas moins de 5 % des terres arables de l’entité.

Temps de lecture : 2 min

L’action était organisée par le Réseau de soutien à l’agriculture paysanne (RéSAP) à l’occasion de la journée internationale des luttes paysannes. Les citoyens et agriculteurs qui ont participé à la journée étaient aussi rejoints par des tracteurs du syndicat agricole Fugea.

« Ne tombons pas dans le panneau », enjoignaient des pancartes le long du champ concerné par le projet de centrale photovoltaïque. Les manifestants ont aussi planté des pommes de terre sur cette parcelle, ou encore formé avec leurs corps le message « Non à l’agrivoltaïsme, oui à l’agriculture paysanne », slogan visible des airs et filmé par un drone. Ils voulaient de la sorte insister sur le caractère nourricier de la terre et dénoncer le risque que de tels projets énergétiques augmentent encore le prix des terres agricoles, déjà très onéreuses.

« L’agrivoltaïsme empiète sur l’agriculture. Pourtant, dans un modèle qui dépend déjà des exportations, chaque hectare perdu ici est pris ailleurs et la distance parcourue par nos aliments augmente », explique Marie-Hélène Lefèvre, de l’Ong FIAN Belgique. « Une agriculture paysanne, locale et nourricière participe à la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Agriculture et énergies renouvelables sont complémentaires, elles ne doivent pas être mises en compétition », enjoint-elle dans un communiqué publié mercredi soir.

Des projets d’agrivoltaïsme sont aussi prévus dans d’autres communes wallonnes. À Aiseau Presles, la commune a introduit un recours contre le projet porté par l’entreprise Ether Energy. La Région wallonne se prononcera le mois prochain. Pour l’heure, l’entreprise Ether Energy est en attente du permis d’urbanisme nécessaire à son projet.

L’action à Aiseau, a rassemblé différentes organisations comme la Fédération Unie des Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs, le Mouvement d’Action Paysanne, Agroecology In Action, la Ceinture Alimentaire Charleroi Métropole, la Ceinture Alimentaire Namuroise, la Ceinture Aliment-Terre Liégeoise, Nourrir Bruxelles, Paysans Artisans, le Collectif ou encore le CNCD 11.11.11.

A lire aussi en Economie

Du bœuf wallon à la cantine de l’Epasc!

Conso Manger de la viande provenant directement des élevages ? C’est le pari réussi de l’école provinciale d’agronomie et des sciences de Ciney (Epasc). En effet, dorénavant les 820 élèves que compte cette école peuvent retrouver ce produit 100 % wallon dans leur cantine. Une manière de s’alimenter saine et durable qui semble avoir convaincu ces agriculteurs en herbe !
Voir plus d'articles