Accueil Porcs

Pour améliorer leurs performances, des éleveurs de porcs se regroupent

Employant une soixantaine de collaborateurs sur son site de Malmedy et regroupant plus de 150 éleveurs porcins, Porc Qualité Ardenne (PQA) entend, dans les semaines à venir, dynamiser davantage la filière « porcs de qualité différenciée ». Pour ce faire, la coopérative se lance, avec le soutien du ministre Collin, un nouveau défi : fonder le premier « Groupement de producteurs de porcs de qualité différenciée ».

Temps de lecture : 4 min

Coopérative créée en 1989 par 14 producteurs porcins et un boucher, Porc Qualité Ardenne (PQA) réuni aujourd’hui plus de 150 éleveurs actifs au sein de trois filières de qualité différenciée : porc fermier, porc bio et porc plein air. Grâce à son abattoir situé à Malmedy, PQA maîtrise totalement sa chaîne de production, de la fourche à la fourchette. Élevage, engraissement, transport, abattage, découpe, préparations de viandes et charcuteries sont ainsi aux mains de la coopérative et de ses membres. Son objectif : apporter une rémunération fixe et décente aux agriculteurs-coopérateurs et valoriser aux mieux leur production.

PQA dispose d’une chaîne d’abattage moderne, performante  et, bien entendu, conforme aux normes en vigueur.
PQA dispose d’une chaîne d’abattage moderne, performante et, bien entendu, conforme aux normes en vigueur. - J.V.

« Toutefois, si le nombre de coopérateur n’a cessé de croître au fil des années, cela a malheureusement eu pour conséquence de réduire progressivement le contact entre PQA et ses éleveurs », constate Claudine Michel, directrice de la coopérative.

Répondre à un besoin

Ainsi, la structure a gagné en professionnalisme mais se doit de renforcer sa communication à plusieurs niveaux. D’une part, entre elle et ses coopérateurs en vue de leur relayer toute information relative à l’évolution du marché porcin et aux activités de la concurrence. D’autre part, entre les coopérateurs eux-mêmes afin de les aider à améliorer leurs performances et leur visibilité auprès des consommateurs.

À cette fin, PQA va prochainement fonder le premier « Groupement d’éleveurs de porcs de qualité différenciée ». « Pas moins de 40 coopérateurs ont déjà marqué leur accord sur le projet. D’autres nous rejoindrons bientôt », révèle Jordan Godfriaux qui s’apprête, en tant que président de la coopérative, à remettre le dossier de création dudit Groupement à l’Administration wallonne. Enthousiaste, ce dernier affiche clairement son souhait : rendre la structure opérationnelle dès janvier 2018 !

« Bien que le projet soit porté par PQA, les coopérateurs ne seront en aucun cas obligés d’être membre du Groupement », ajoute Claudine Michel.

Un Groupement, quatre projets

Le Groupement de producteur s’articulera autour de quatre projets principaux.

« En premier lieu, nous souhaitons aider les éleveurs à améliorer leurs performances, tant sur le plan technique qu’économique », détaille M. Godfriaux. Pour y parvenir, PQA prévoit d’organiser des formations, réunions d’information et autres séances d’échanges d’expérience entre les différents producteurs du Groupement. Mais la coopérative ne facilitera pas uniquement les rencontres. Elle souhaite également communiquer sur les besoins de la filière (exigence des marchés, demandes des clients…) tout en veillant au respect des cahiers de charges inhérents à chacune des productions.

Deuxième projet : rechercher et installer de nouveaux producteurs. Le Groupement leur assurera conseil et suivi technique permanents.

« L’échange de bonnes pratiques sera un des piliers du groupement de producteurs », Claudine Michel, directrice PQA

« Par l’intermédiaire de PQA, le Groupement garantira aux éleveurs des débouchés pour leur production mais aussi un revenu décent », poursuit Mme Michel.

Enfin, le circuit de commercialisation valorisera l’image de marque des producteurs en vue de rapprocher ceux-ci des consommateurs. La concrétisation de ce dernier volet passera notamment par la création de publicités et le développement de partenariats avec des artisans restaurateurs mettant en avant les produits issus d’élevage de qualité différenciée.

À terme, cela devrait également permettre d’accroître la productivité et la rentabilité de la chaîne d’abattage de PQA. « Mais aussi d’augmenter le prix payé aux éleveurs », espère Jordan Godfriaux.

Défendre le prix juste

Face au défi qu’ils se sont lancé, les futurs membres du Groupement peuvent compter sur le soutien du ministre wallon de l’Agriculture. Présent lors de la présentation officielle de la structure, René Collin n’a pas manqué de rappeler que « ce type d’initiative permet également aux producteurs de défendre, auprès des consommateurs, la notion d’un prix juste, d’un prix qui doit être à la hauteur des efforts de qualité fournis par les éleveurs et l’abattoir ». « Cela donnera également un coup de projecteur sur ces produits nobles issus de trois filières de qualité différenciée », a-t-il ajouté.

« PQA dispose d’une gamme de produits très variée : lard salé, lard fumé, jambons, pâtés, saucissons... », détaille Jean-Claude Michel (à droite),  responsable commercial et qualité.
« PQA dispose d’une gamme de produits très variée : lard salé, lard fumé, jambons, pâtés, saucissons... », détaille Jean-Claude Michel (à droite), responsable commercial et qualité. - J.V.

Dès qu’il sera opérationnel, le Groupement bénéficiera d’un aide à l’installation octroyée par la Région wallonne. Celle-ci permettra d’engager une personne chargée de construire la nouvelle structure. En outre, chaque éleveur tenté par l’aventure pourra bénéficier d’une aide régionale d’un montant de 2.000 €.

Reste toutefois un défi : construire une véritable filière porcine wallonne. « Nous devons donner à chaque producteur la possibilité de concrétiser les projets qu’il porte, quelles que soient ses filières d’intérêt », prône le ministre Collin. Avant d’ajouter : « Les Groupements de producteurs, entre autres, permettent d’y arriver. C’est pourquoi je soutiens sans réserve la création de celui-ci ! ».

J.V.

A lire aussi en Porcs

Fonds sanitaire: une nouvelle exonération pour la filière porcine?

Porcs Le 19 octobre, le ministre fédéral de l’Agriculture, David Clarinval, a présenté à la commission Santé du parlement fédéral une proposition de loi visant à réduire à 0 €, pour l’année 2022, les cotisations obligatoires au Fonds budgétaire pour la santé et la qualité animale et les produits animaux pour la filière porcine. Une mesure qui s’envisage comme une aide à un secteur en difficulté.
Voir plus d'articles