Le blé français manque d’impulsion à l’export vers les pays tiers

Les débuts difficiles pour les exportations françaises de blé s’expliquerait par une très forte concurrence au départ de la mer Noire mais aussi des États-Unis et de l’Argentine.
Les débuts difficiles pour les exportations françaises de blé s’expliquerait par une très forte concurrence au départ de la mer Noire mais aussi des États-Unis et de l’Argentine. - M. de N.

Les embarquements depuis les ports français n’ont toujours pas accéléré leur rythme, observe l’Unité grains et sucre de FranceAgrimer, jugeant l’export de blé insuffisant par rapport aux fortes disponibilités. À quatre mois de campagne, ils atteignent 2 millions de tonnes (Mt), soit +12 % en glissement annuel (contre +13 % le mois dernier).

Le cap, fixé à 9,9 Mt sur 2017-2018, sera sans doute atteint grâce à la deuxième partie de campagne, comme c’est le cas très fréquemment. Ce laborieux démarrage à l’exportation s’expliquerait par une concurrence...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct