Face aux pressions multiples sur la betterave, la résistance aux maladies devient un critère de choix variétal primordial!

Vue partielle des essais entrepris par l’Institut betteravier à Mazy en 2006 sur une variété non tolérante à la rhizomanie (à gauche de l’image).  Elle est entourée de variétés tolérantes ou résistantes. Dans la parcelle visuellement très affectée, le rendement ne s’élevait  qu’à 13 t/ha à 9,5° de richesse.
Vue partielle des essais entrepris par l’Institut betteravier à Mazy en 2006 sur une variété non tolérante à la rhizomanie (à gauche de l’image). Elle est entourée de variétés tolérantes ou résistantes. Dans la parcelle visuellement très affectée, le rendement ne s’élevait qu’à 13 t/ha à 9,5° de richesse. - Irbab

Le message tenu par André Wauters, spécialiste des questions variétales à l’Irbab, était très clair lors des grandes conférences tenues ces derniers jours par l’Institut de la betterave. « Aujourd’hui, le choix des variétés doit s’orienter vers une vraie recherche d’adaptation aux maladies susceptibles de nuire à la culture pendant la saison. »

Quelles sont les résistances actuellement disponibles sur le marché ? Comment ces résistances sont-elles en mesure de répondre aux besoins des...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct