Le premier migrant est… une dame

Le premier migrant est… une dame

Et comme tous les migrants, elle explique d’où elle vient, son âge, ce qu’elle a fait pour s’intégrer en Europe. En fait, dans son pays d’origine, les Incas l’appelaient « papa » mais depuis qu’elle vit chez nous, elle a pris le genre féminin. Elle a d’ailleurs inspiré le nom à beaucoup de belles européennes : les Charlottes par exemple. Sans elle, on ne parlerait pas des belles de Fontenay. Et Madame de Pompadour, lui doit-elle son nom ? On parle aussi de la Franceline, de Laurette, d’Agata, et, plus tendre, Monalisa ou Manon.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct