Plan Altibiotique : réduire les besoins en antibiotiques par l’adaptation de la conduite d’élevage

La baisse de l’utilisation d’antibiotiques peut être rendue possible par de nombreuses adaptations.  À Anthisnes, la visite s’est principalement focalisée sur l’aménagement des bâtiments d’élevage.
La baisse de l’utilisation d’antibiotiques peut être rendue possible par de nombreuses adaptations. À Anthisnes, la visite s’est principalement focalisée sur l’aménagement des bâtiments d’élevage. - J.D.

Pierre Herman est éleveur à Anthisnes. S’il a rejoint le projet Altibiotique, c’est parce qu’il s’inquiétait du nombre de veaux qui tombaient malades sur son exploitation. « On devait soigner des veaux tous les jours, et je ne trouve pas ça normal. », raconte-t-il. « Je me suis demandé s’il n’y avait pas des améliorations générales, et pas nécessairement sanitaires, à apporter. J’ai donc contacté l’Arsia pour programmer une visite dans mon exploitation. »

François Claine, responsable du projet, contextualise : « Ce qui...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite

Je suis abonné au journal Le Sillon Belge:


j'ai déjà d'un compte en ligne
Je me connecte

Je n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct