Le cri d’Emilie

Le cri d’Emilie

«  Je m’appelle Emilie, j’ai 15 ans et j’ai besoin de vous écrire sur un sujet qui me tient à cœur : ma famille. J’ai envie de l’aider car je ne supporte plus de la voir comme cela. Triste, toujours de mauvaise humeur et parfois même en dépression. Nous avons tout essayé. J’espère vraiment que vous pourrez nous aider car je ne sais plus du tout quoi faire. En tout cas, sachez que les personnes qui nous aideront, je ne les remercierai jamais assez… Je commence en vous disant que nous avons une exploitation agricole dans le Lot-et-Garonne. À côté, nous avons toujours eu des volailles »… Suite à l’obligation d’une mise aux normes, « mon père a dû construire un atelier d’abattage qui a coûté 100.000 euros, que nous avons payés à l’aide d’un emprunt car nous n’avions pas les sous. Mon père était content, il avait gardé le métier qu’il aime et il croyait vraiment que cela allait marcher et que nous réussirions à rembourser. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. On a essayé de tout faire pour rembourser les emprunts, payer les factures, vivre à 5 avec seulement 800 euros par mois, etc. Mais on n’y est pas arrivé… Le juge nous a mis en redressement judiciaire, puis nous a accordé 12 ans pour tout rembourser. Toute l’exploitation est hypothéquée, sans parler de la maison. Cela fait maintenant 3 ans que nous essayons, mais on n’y arrive pas. Si nous ne payons pas ce que le juge veut tous les ans, ils nous fichent à la porte. C’est pour cela que je demande votre aide, déjà que la vie nous ne la supportons plus depuis ces années où nous sommes dans la galère, je n’imagine même pas comment nous allons faire si nous atterrissons dans la rue. Je n’y arrive plus, j’aimerais faire plus pour aider ma famille, mais à 15 ans je ne peux pas faire grand-chose. Mais je sais que si moi en vous écrivant ce texte, j’arrive avec vous à les relever et à les rendre heureux, j’aurai grâce à vous réussi ma mission : les rendre heureux… Même si je n’ai pas de vacances depuis 9 ans, que je n’ai pas les derniers vêtements à la mode et que la vie n’est pas facile tous les jours, je suis heureuse car j’ai la meilleure famille du monde. Je compte énormément sur vous, car mieux vaut une famille nombreuse dans une maison que dans la rue. Je vous remercie de fond du cœur… » Posté par Emilie, 15 ans, à l’insu de ses parents, sur un site de cagnotte en ligne, ce message connaît depuis quelques jour un énorme coup de projecteur – doublé d’un élan de sympathie et de dons – qui explose les timides espoirs de l’adolescente. Alors que le Salon International de l’Agriculture attire la grande foule depuis dimanche à la Porte de Versailles au cœur de la Ville Lumière, les medias français régionaux et nationaux se sont émus de cet appel à l’aide lancé par la fille d’un couple d’agriculteurs surendettés. Une situation tragique, décrite avec des mots d’enfant, que vivent tant de familles dans notre secteur de l’agriculture et de l’élevage, tandis que dans leur tour d’ivoire, des experts de tous poils, spécialistes de tout et surtout de rien, pérorent sur l’agriculture et ses méfaits. Loin d’un « concept déshumanisé », l’agriculture est l’œuvre d’hommes et de femmes, de courage, de passion et d’intelligence ! Notre société l’oublie, ce message vient opportunément le rappeler.

M. de N.

Le direct

Le direct