Betteraves sucrières: secteur sucre en souffrance

Betteraves sucrières: secteur sucre en souffrance

Le groupe à haut niveau sur le sucre, dont les conclusions ont été présentées ce lundi par la Commission européenne aux ministres de l’Agriculture de l’UE, reconnaît que les mesures de marché habituelles n’ont pas permis de faire face aux difficultés rencontrées par le secteur depuis la suppression des quotas. S’ils convergent sur plusieurs points, les experts nationaux sont divisés sur le recours aux aides couplées pour la betterave et aux autorisations d’urgence pour les néonicotinoïdes.

Les pays qui accordent des soutiens couplés pour la betterave – Pologne, Roumanie, Italie, Grèce, Tchéquie, Finlande, Espagne, Hongrie, Lituanie, Slovaquie, Croatie – jugent ceux-ci essentiels, tandis que six qui ne les utilisent pas (Allemagne, Autriche, Suède, Pays-Bas, Danemark, Royaume-Uni) en dénoncent les effets de distorsion de concurrence. Le groupe à haut niveau demande dès lors à la Commission européenne de suivre de près la mise en œuvre de cet instrument en vue d’atténuer ses éventuels effets de distorsion.

Les autorisations d’urgence pour l’emploi de néonicotinoïdes sont défendues par six États membres (Belgique, Tchéquie, Finlande, Pologne, Espagne, Roumanie), alors que la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, qui les ont interdits, en dénoncent, là aussi, les effets de distorsion de concurrence. La Commission souligne que les experts lui recommandent de contrôler de manière stricte ces autorisations et d’engager des procédures judiciaires, si cela se justifie, tout en invitant toutes les parties intéressées à intensifier les activités de recherche et d’innovation en vue de mettre au point des solutions de substitution appropriées.

Le direct

Le direct