Le Boerenbond demande à l’UE de revoir ses sanctions à l’égard de la Russie

Le Boerenbond demande à l’UE de revoir ses sanctions à l’égard de la Russie

Les secteurs fruitiers belges et néerlandais ont perdu un important débouché après le boycott imposé par la Russie en 2014, en réponse aux sanctions économiques infligées par l’Union européenne. La Russie absorbait ainsi 40% de la production belge de poires Conférence et quelque 20% de la néerlandaise. «Cinq ans plus tard, le secteur se remet difficilement de ce revers, malgré des recherches intenses pour trouver de nouveaux marchés, et les mesures de soutien de l’Union européenne sont insuffisantes», selon les deux associations.

Le Boerenbond et...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct