Les vétérinaires, en 1ère ligne contre les zoonoses

Parmi les virus zoonotiques – se transmettant de l’animal à l’être humain –un coronavirus détecté pour la première fois en 2012 en Arabie saoudite est responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). On l’a retrouvé chez des dromadaires dans plusieurs pays, dont l’Arabie saoudite, l’Égypte, Oman et le Qatar.
Parmi les virus zoonotiques – se transmettant de l’animal à l’être humain –un coronavirus détecté pour la première fois en 2012 en Arabie saoudite est responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). On l’a retrouvé chez des dromadaires dans plusieurs pays, dont l’Arabie saoudite, l’Égypte, Oman et le Qatar. - M. de N.

Si les Coronavirus sont des extraterrestres pour 99 % de l’humanité, pour les vétérinaires, ce sont des ennemis bien connus de nos animaux. Chez les oiseaux, ils s’attaquent plus souvent aux voies respiratoires. Chez les mammifères, leur impact est généralement digestif. Parfois bénins, parfois graves, les symptômes d’une coronavirose sont inconstants. Ils peuvent aller d’un simple rhume à une diarrhée mortelle, comme dans le cas quasi unique d’un coronavirus mutant responsable de la Péritonite Infectieuse Féline (PIF)....

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct