Pommes de terre: les tubérisations ont commencé

La pomme de terre, Solanum tuberosum, se comporte généralement mieux face à la sécheresse que d’autres cultures de printemps.
La pomme de terre, Solanum tuberosum, se comporte généralement mieux face à la sécheresse que d’autres cultures de printemps. - M. de N.

Dans certaines zones de culture encore plus sèches que les autres (en « Hesbaye sèche » par exemple), les premières pommes de terre plantées montrent parfois des signes de souffrance – ce qui est inédit aussi tôt en saison – face aux conditions anormales que nous connaissons, indique la Fiwap dans son avis du 3 juin.

Mais en général, la pomme de terre, Solanum tuberosum, est une espèce qui tient mieux face à la sécheresse que d’autres cultures de printemps. Dans les sols bien pourvus en matières organiques et à bonne structure, les plantes se montrent résistantes. Les (faibles) précipitations de ces jours-ci apporteront un certain répit aux cultures.

Les doryphores sont signalés sur de nombreux tas de déchets, parfois aussi en culture, mais de manière anecdotique. De nombreuses parcelles abritent des coccinelles, tant adultes que larves, qui font pression sur les populations de pucerons.

Dans des situations un peu exceptionnelles – absence de précipitations, vent séchant et faible humidité relative –, du mildiou a été identifié sur des tas de déchets (face nord, ombrage de grandes adventices et d’un bâtiment) dans la région d’Eghezée, au centre du pays.

Le direct

Le direct