Au poulailler: réussir l’incubation artificielle des œufs

Après avoir abordé le choix des reproducteurs, la sélection et la conservation des œufs à couver dans notre édition du 11 février, attardons-nous ici sur l’incubation des œufs.

Impact du stockage des œufs sur l’éclosion

La durée de conservation des œufs avant incubation influence l’éclosivité mais a aussi un impact sur la durée totale d’incubation. Celle-ci est allongée à cause du retard du développement embryonnaire – en moyenne 45 à 50 minutes par jour de stockage- et suite à une vitesse de croissance plus faible de l’embryon pendant les 48 premières heures. Pratiquement, on constate des différences de moment d’éclosion pouvant aller de 6 à 18 h entre les œufs de moins de 7 jours et les œufs conservés durant 14 jours. On comprend dès lors aisément qu’il faut incuber en premier lieu les œufs les plus âgés ou qu’il faut leur appliquer un préchauffage. Si aucune correction n’est apportée, les œufs conservés plus longtemps écloront plus tard que les œufs plus frais. Ceci explique que l’incubation des œufs de poules, qui dure théoriquement 21 jours peut être prolongée à 22 ou 22,5 jours. Il est donc préférable d’intervenir avant ou au début de l’incubation si on veut éviter de devoir sortir des poussins de l’éclosoir alors que d’autres commencent seulement à casser la coquille.

Préchauffage

Le préchauffage des œufs permet d’homogénéiser l’éclosion et d’éviter l’introduction d’une masse froide dans l’incubateur qu’on aura laissé préchauffer à vide à 37,7 ºc durant une journée. Il est donc recommandé pour tous les œufs. Le préchauffage consiste à réchauffer les œufs en les plaçant près de l’incubateur et en laissant leur température s’équilibrer avec la température ambiante du couvoir. L’incubateur doit être placé dans un local où les variations de température sont inférieures à 10 ºC, afin d’éviter une répercussion de cette variation sur la couveuse. Une cave pas trop humide et pouvant être aérée convient si la température ne tombe pas sous 10ºC.

Conduite de l’incubation

L’incubation des œufs se fait dans des conditions de température, d’humidité, d’aération et de retournement bien définies.

Température

La température recommandée tout au long de l’incubation des œufs de poules est de 38,3ºC en couveuse statique et de 37,8ºC en couveuse à air pulsé. On se conformera aux recommandations des fabricants d’incubateur pour moduler ces valeurs générales. Précisons aussi qu’une température trop élevée en début d’incubation accélère le développement embryonnaire alors qu’une température basse le retarde. Pour éviter les perturbations de température dans l’incubateur, il convient de ne pas y ajouter des œufs à plusieurs reprises et de s’en tenir aux œufs d’une même espèce. Les œufs de poules naines et de grandes volailles peuvent être incubés simultanément. On veillera à placer les petits œufs au centre du plateau.

Humidité relative

L’hygrométrie optimale durant l’incubation est de 50 à 60 %. L’addition d’eau tiède dans l’incubateur, à partir du 2e jour ou du 8e jour pour certains éleveurs, est faite tous les 2 jours. On estime que le taux d’humidité est adéquat si le fond de la couveuse, sous le tiroir à poussins est légèrement humide, sans pour autant qu’il y ait des gouttes d’eau dessus. Si l’incubateur est vitré, la vitre inférieure ne doit pas être couverte de buée car ce serait un signe d’excès d’humidité.

Retournement

Pendant la couvaison, la poule tourne ses œufs en moyenne une fois par heure à 90 º. On imitera donc ce comportement dans l’incubateur. Le retournement permet d’éviter que l’embryon ne colle à la coquille et empêche l’adhérence du jaune à la membrane coquillière, ce qui perturberait le développement de l’embryon. Il sera effectué deux fois par jour, matin et soir aux mêmes heures. On conseille de ne plus retourner les œufs dans les 3 jours précédant l’éclosion.

Refroidissement et ventilation

Ils sont effectués simultanément au retournement. La durée du refroidissement varie selon la température du couvoir et le stade d’incubation. Plus l’embryon se développe, plus il dégage de la chaleur et plus le temps de refroidissement augmente. Il peut ainsi varier de 10 minutes au début à 15 puis 20 minutes, voire même 30 minutes en été. On estime que le refroidissement est suffisant quand la sensation de chaleur dégagée par l’œuf placé sur la paupière a disparu.

La ventilation se fait en même temps que le refroidissement. Elle est indispensable car durant l’incubation, la consommation d’oxygène par les œufs est importante. Il convient donc de renouveler l’air par une aération adéquate. Les entrées d’air dans l’incubateur ou l’éclosoir doivent cependant être réduites 3-4 jours avant l’éclosion afin d’augmenter la teneur en CO2 de l’air jusqu’à 0,5-0,6 %. Cette augmentation de la teneur en CO2 provoquée par la respiration des embryons stimule le déclenchement de l’éclosion et fragilise la coquille car l’acide carbonique attaque la coquille.

Mirage des œufs

Le mirage des œufs, à partir du 6e jour d’incubation, permet d’observer le développement du poussin et par la même occasion, d’éliminer les œufs clairs (non fécondés) et les œufs où l’embryon est mort ou ne se développe pas correctement. Pratiquement, on pose l’œuf devant une source de lumière afin d’en vérifier le contenu par transparence. Au 7e jour, « l’araignée » observée, qui montre les vaisseaux sanguins, se distingue très nettement. Un second mirage vers le 14e jour (parfois, seul un mirage à ce stade de développement est réalisé) permet d’éliminer les œufs clairs qui auraient échappé au premier mirage ainsi que les embryons morts.