La Belgique soutient l’utilisation des agents de contrôle biologique

Des alternatives aux pesticides chimiques doivent être trouvées dans le cadre de la stratégie «Farm to Fork». L’utilisation d’agents de contrôle biologique en fait partie.
Des alternatives aux pesticides chimiques doivent être trouvées dans le cadre de la stratégie «Farm to Fork». L’utilisation d’agents de contrôle biologique en fait partie. - J.V.

Les mesures phytosanitaires de protection contre les organismes nuisibles aux végétaux et menaçant l’agriculture figuraient au cœur des discussions conduites par la présidence portugaise. Ces échanges interviennent dans le cadre de la mise en œuvre de « l’Année internationale de la santé des végétaux » et du règlement sur la Santé des végétaux, entré en application en décembre 2019. Pour rappel, celui-ci a pour objectif d’améliorer la protection contre l’introduction de nouveaux nuisibles via les importations en provenance de pays tiers.

Le ministre fédéral de l’Agriculture, David Clarinval, a plaidé devant ses homologues pour une meilleure préparation contre l’introduction de ravageurs via des plans d’échantillonnage mieux ciblés et l’harmonisation des inspections au sein de l’UE. Il défend aussi la mise en place d’un programme européen de soutien au développement de nouvelles méthodes de détection, telles que les chiens renifleurs, l’imagerie satellite et l’imagerie par drone.

Il a ensuite souligné « l’importance d’avoir des ressources financières et humaines suffisantes, ainsi que la mise à disposition au niveau européen d’informations techniques solides sur les organismes nuisibles aux végétaux afin que les techniciens du secteur puissent facilement les utiliser ».

« La Belgique, via l’Afsca et la Division « Animal Plant Food » du Service public fédéral Santé Publique, travaille intensivement à l’implémentation du règlement santé végétale », a-t-il encore rappelé.

Sous condition d’harmonisation

L’utilisation d’agents de contrôle biologique – pour lutter contre les organismes nuisibles aux végétaux – a également été débattue. En effet, un des principaux objectifs de la stratégie « Farm to Fork » est de réduire la dépendance, l’utilisation et les risques liés aux pesticides chimiques. Des alternatives sont donc nécessaires, de même que le développement de nouvelles technologies.

La Belgique, par la voix de David Clarinval, soutient l’utilisation d’agents de contrôle biologique comme alternative durable dans le cadre d’une réduction de l’utilisation des pesticides chimiques, et souhaiterait une harmonisation au niveau européen. « Cette harmonisation paraît essentielle étant donné la dispersion naturelle de ces agents biologiques entre les États Membres ainsi que l’existence de différentes règles nationales. »