Ford Kuga FHEV: le paradoxe belge

Sous le capot, on retrouve un moteur essence 2,5l assisté d’un moteur électrique qui, grâce à une petite batterie, peut mettre seul le véhicule en mouvement pour quelques kilomètres.
Sous le capot, on retrouve un moteur essence 2,5l assisté d’un moteur électrique qui, grâce à une petite batterie, peut mettre seul le véhicule en mouvement pour quelques kilomètres.

Actuellement, le monde automobile n’en a que pour l’électrification. La voiture 100 % électrique est la grande vedette du moment et du côté des hybrides, ce sont les versions rechargeables, dotées de grosses batteries promettant plusieurs dizaines de kilomètres d’autonomie, qui attirent l’attention. Mais cette technologie n’est pas donnée, et c’est là que les hybrides simples, auto-rechargeables, ont une carte à jouer. Le Kuga d’aujourd’hui est de cette catégorie.

Piqûre de rappel

Au cas où vous auriez loupé notre première présentation du nouveau Kuga, permettez-nous d’abord de répéter notre avis général. Esthétiquement d’abord, cette génération n’est pas la plus extravertie. Ford fait cette fois le choix de la sobriété, des lignes fluides et discrètes, et d’une présentation qui se veut globalement surtout statutaire. Bref, ce n’est pas un véhicule de frime, et ce n’est pas non plus le SUV qui se donne des airs de tout-terrain. C’est la voiture du bon père de famille.

Famille qui y trouvera bien sa place, puisque l’espace intérieur est franchement généreux, notamment aux places arrière. Cela dit, qui dit hybride dit capacité de chargement un peu amputée, puisque les éléments de l’électrification prennent place sous le plancher de coffre, qui s’en trouve réduit à 411 l sous tablette, contre 475 pour les versions classiques. Au besoin, on peut cependant faire coulisser la banquette pour obtenir jusqu’à 645 l.

Côté équipement, on retrouve un système multimédia connecté complet  et facile à comprendre, et une longue liste d’aides à la conduite
Côté équipement, on retrouve un système multimédia connecté complet et facile à comprendre, et une longue liste d’aides à la conduite

Pour ce qui est de l’équipement, on est évidemment dans les bons standards actuels de l’époque, avec un système multimédia connecté complet et facile à comprendre, et une longue liste d’aides à la conduite, dont certaines sont toutefois un peu irritantes, comme le cruise control qui adapte automatiquement la vitesse en fonction des limites locale ou des panneaux qu’il détecte. Ok, c’est parfait pour rester dans la légalité, mais bon, ne soyons pas plus catholiques que le pape… Enfin, rappelons que chez Ford, on profite toujours d’un rapport prix/équipement assez attractif.

Simple et efficace

Sous le capot de cette nouvelle version, on trouve donc une motorisation hybride simple, très similaire à celle d’un véhicule dont nous parlions récemment, le Toyota Highlander. Un moteur essence 2,5 l est assisté d’un moteur électrique qui, grâce à une petite batterie, peut mettre seul le véhicule en mouvement pour quelques kilomètres. L’ensemble délivre 190 ch, et est vendu en transmission 2 ou 4 roues motrices. À ce propos, on note que la version 4WD est paradoxalement moins adaptée au travail, puisqu’elle annonce une capacité de remorquage de 1,5 t, contre 1,6 t pour la version 2WD.

Le fonctionnement est bien connu : c’est le système qui décide seul de l’utilisation de l’une ou l’autre énergie (ou des deux simultanément), et recharge la batterie à la moindre occasion. On ne fera donc pas 30 km d’affilée à l’électricité, mais ce système est si efficace qu’avec un peu de savoir-faire en matière de conduite anticipative, l’électricité prendra tout même à sa charge (sic) plus de 30 % du kilométrage général (ville, autoroute, réseau secondaire), et plus, beaucoup plus en circulation strictement urbaine. Quant à la moyenne générale, après avoir roulé sur toutes sortes de routes, elle a été de 6,3 l/100 km. C’est franchement remarquable.

Moins attractif

Bref, le Kuga hybride simple livre d’excellents résultats, et a en plus l’avantage de démarrer à 38.650 €, soit quelque 6.000 € de moins que la version plug-in, certes un peu plus équipée. Le problème, c’est que cet avantage n’a aucun intérêt pour vous. Car sur le plan fiscal, l’hybride simple est terrassé par le plug-in.

Le Ford Kuga FHEV n’est donc intéressant que pour les familles qui ne déduisent pas leur véhicule. Et encore, seulement pour les familles flamandes. Car rappelons qu’en Wallonie, le fisc ne tient toujours pas compte des qualités environnementales d’un véhicule. Résultat : 4.957 € de taxe de mise en circulation, contre 45 € en Flandre. Objectif CO2, qu’ils disaient…

Stéphane Lémeret

Le Ford Kuga en quelques chiffres

Moteur (cm³) : 4 cyl., hybride essence, 2.487 ;

Puissance (ch) : 190 ;

Couple (Nm) : 200 ;

Transmission : aux roues avant ;

Boîte : Auto CVT ;

L/l/h (mm) : 4.614/1.883/1.675 ;

Poids à vide (kg) : 1.773 ;

Poids max. tractable (kg) : 1.600 ;

Volume du coffre (l) : 411 – 1.481 ;

0 à 100 km/h (sec.) : 9,1 ;

Vitesse maxi (km/h) : 196 ;

Conso mixte (l/100 km) : 5,4 ;

CO2 (g/km) : 125 ;

Prix (€ HTVA) : 31.942.

Le direct

Le direct