Escourgeon: la pression en maladies est faible

La rouille naine est à surveiller sur les variétés sensibles.
La rouille naine est à surveiller sur les variétés sensibles. - CePiCOP

En tenant compte des circonstances météorologiques et des stades de culture encore précoces (la majorité des parcelles sont au stade BBCH31 (1er nœud) ou au stade BBCH 32 (2e nœud), aucun traitement n’est justifié cette semaine-ci. Seule la pression en rouille naine ou en rhynchosporiose sur variétés sensibles pourrait être préoccupante et nécessiter un premier traitement. Si une pression importante d’une maladie est observée sur variété sensible, un traitement peut être envisagé au stade montaison. Il convient donc d’observer l’état sanitaire des parcelles et de traiter uniquement là où les maladies sont bien visibles sur les étages foliaires supérieurs, ceci pour éviter que les maladies ne s’installent sur les dernières feuilles en formation dès leur apparition et prolonger ainsi leur activité photosynthétique.

Pour rappel, pour lutter contre les maladies fongiques de l’escourgeon, un traitement unique au stade dernière feuille étalée (BBCH 39) est la solution généralement la plus adaptée. Un traitement de montaison ne se justifie qu’en présence significative de symptômes de maladies sur les trois derniers étages foliaires supérieurs sur variétés sensibles. En pression faible de maladies, une dose réduite de fongicide peut être suffisante à ce stade sur ces variétés.

A. Legrève, H.Wera,

Groupe « maladies »

Le direct

Le direct