Froment: des conditions favorables aux infections

Les conditions humides et pluvieuses sont favorables aux infections de rouille jaune et de septoriose. Il est donc possible qu’un traitement fongicide pour freiner la propagation de ces maladies pendant la montaison soit recommandé cette année.
Les conditions humides et pluvieuses sont favorables aux infections de rouille jaune et de septoriose. Il est donc possible qu’un traitement fongicide pour freiner la propagation de ces maladies pendant la montaison soit recommandé cette année. - M. de N.

Les conditions humides et pluvieuses sont favorables aux infections de rouille jaune et de septoriose. Il est donc possible qu’un traitement fongicide pour freiner la propagation de ces maladies pendant la montaison soit recommandé cette année. Les conditions humides et pluvieuses rendent néanmoins difficile l’accès aux parcelles et il ne convient pas de traiter pendant les précipitations pour assurer l’efficacité des produits et éviter le lessivage des produits de contact. Une amélioration des conditions climatiques devrait se ressentir d’ici la fin de la semaine avec une augmentation des températures et une diminution des précipitations. Ces conditions faciliteront les interventions utiles.

Nous vous invitons donc à aller observer vos parcelles et recommandons de traiter, lorsque les conditions le permettent, en présence de pustules de rouille jaune sur variétés sensibles et/ou en présence de septoriose sur variétés sensibles et lorsque l’infection est supérieure à 20% des feuilles observées. Pour les traitements réalisés pendant la montaison, il est conseillé de privilégier les triazoles. La dose de fongicide peut être modulée en fonction de la pression de ces maladies et du traitement relais réalisé ultérieurement, une fois que le stade dernière feuille étalée sera atteint.

Pour le traitement réalisé une fois le stade dernière feuille étalée atteint, un traitement complet intégrant le contrôle de la septoriose mais aussi de la rouille brune si la variété est sensible à cette maladie sera réalisé pour protéger les dernières feuilles formées qui sont responsables du remplissage du grain. C’est en général à ce stade que les mélanges de fongicides intégrant les SDHI sont préconisés. Pour le traitement une fois la dernière feuille étalée, il est prudent de ne pas attendre trop longtemps après le stade dernière feuille si aucun traitement fongicide n’a encore été réalisé. Dans le cas où un premier traitement a déjà été réalisé sur la parcelle, le second traitement sera réalisé 3 à 4 semaines après le premier. Ce second traitement prendra en compte l’ensemble des maladies susceptibles de se développer sur le feuillage et sur les épis. La modulation de la dose dans le cadre d’une stratégie de gestion de la septoriose ne se fera qu’en tenant compte de la sensibilité de la variété à la rouille brune.

Faire le bilan

des risques sanitaires

Le CePiCOP vous conseille de vérifier l’état phytosanitaire de vos parcelles. Pour décider d’une stratégie de protection fongicide, il est préférable d’effectuer le bilan des risques sanitaires encourus par la culture et de classer les pathogènes par ordre d’importance. Le nombre de traitements et leur positionnement seront fonction des pathogènes les plus importants. Si plusieurs possibilités se présentent, le choix s’orientera alors pour lutter également contre les pathogènes secondaires.

Pour rappel, d’une manière générale, l’ensemble des maladies peut être contrôlé par une ou deux applications de fongicide. Si la rentabilité économique d’un seul traitement bien positionné est très souvent avérée, celle des doubles applications «à doses pleines» l’est moins fréquemment. Trois types de schéma de protection pour de programmes fongicides envisageables pour contrôler la septoriose: le double traitement aux stades 2e nœud et épiaison (BBCH32/55), le traitement unique au stade dernière feuille (BBCH39), le double traitement aux stades dernière feuille et floraison (BBCH39/65).

Fertilisation

Dans les parcelles ayant atteint le stade dernière feuille étalée (BBCH 39). Si ce n’est pas déjà fait, la dernière fraction de la fumure azotée peut encore être appliquée. A ce stade, cet apport devra être réalisé sous forme solide afin de ne pas endommager les dernières feuilles.

Dans les froments au stade dernière feuille pointante (BBCH 37), la dernière fraction d’azote peut également être envisagée. A ce stade, il est encore possible d’opter pour une application sous forme solide ou liquide. L’engrais sous forme solide peut être appliqué jusqu’au stade dernière feuille étalée (BBCH 39). A l’inverse, si on opte pour une application sous forme liquide, il convient d’être prudent afin de ne pas brûler les feuilles supérieures de la culture. Les précautions suivantes doivent être prises :

– Ne pas réaliser cette intervention en plein soleil et lorsque le vent vient du nord et de l’est;

– Utiliser des jets adaptés (jets droplet ou filet par exemple) qui permettront à l’engrais liquide d’atteindre le sol;

– Il est souhaitable que la culture reçoive des précipitations même légères dans les jours qui suivent l’application;

– Ne pas appliquer l’engrais liquide en mélange avec des produits phytosanitaires.

Pour rappel, la dose de référence à appliquer à la dernière feuille est de 65 kg N/ha pour une fumure en trois fractions et de 95 kg N/ha pour une fumure en deux fractions. Cette dose doit être modulée en fonction des conditions culturales au niveau de la parcelle, des apports déjà réalisés et de l’état de la culture.

A. Legrève, H. Wera,

CePiCOP, Groupe «maladies»

B. Van der Verren et B. Dumont,

CePiCOP, Groupe «phytotechnie»