Les recommandations pour bien démarrer la culture du colza d’hiver, dès les semis

Intéressant pour les insectes, le colza l’est aussi pour les agriculteurs  vu la demande et les prix élevés observés actuellement sur les marchés.
Intéressant pour les insectes, le colza l’est aussi pour les agriculteurs vu la demande et les prix élevés observés actuellement sur les marchés. - J.V.

Après une moisson perturbée et retardée par les nombreuses pluies incessantes en juillet et août, les divers travaux des champs vont se succéder rapidement après la récolte des céréales et avant l’implantation du colza (enlèvement de la paille, apport d’engrais de fonds et de ferme).

Pour le travail du sol, il faudra s’adapter aux conditions du sol qui a récemment été saturé en eau suite aux records de précipitations reçues ces dernières semaines. Les conditions sont nettement différentes et plus humides que les années précédentes, caractérisées par une sécheresse extrême avec des sols très secs lors des semis de colza. On peut donc s’attendre à une levée plus rapide des plants, assurant un bon départ de la culture.

Amélioration du potentiel de rendement et de la résistance au phoma

Le choix variétal est important, avec des nouveautés chaque année. De nombreuses variétés de colza d’hiver sont disponibles pour les prochains semis. Depuis quelques années, il s’agit essentiellement d’hybrides restaurés au potentiel de rendement élevé ; il reste une seule variété lignée proposée en 2021. Certaines variétés dédiées au bio existent également sans désinfection de semences.

L’amélioration du potentiel de rendement s’accompagne également d’une amélioration des variétés vis-à-vis d’une maladie qui peut être préjudiciable – le phoma – avec une résistance basée sur un ou plusieurs gènes. Les variétés possédant de la résistance exclusivement quantitative (Groupe I) ont un comportement stable. La nouvelle résistance RmlS confère à ce jour un très bon niveau de résistance au champ. Les variétés possédant les gènes Rml3 ou Rlm7 peuvent, dans certains, cas présenter un niveau de résistance variable (de peu sensible à très peu sensible) selon les années, secteurs et variétés.

La sensibilité à l’élongation automnale est une caractéristique variétale. D’autres facteurs, tels que la date de semis, la fourniture d’azote via l’apport d’engrais organique et les conditions météo à l’automne, influencent l’installation du colza avant l’hiver. Avec le retard pris par la moisson à cause des nombreuses pluies, les semis de colza d’hiver ne seront pas précoces cette année. Il y aura donc moins de risque lié à la date de semis. En cas d’implantation avec des couverts associés, il vaut mieux choisir une variété avec un faible risque d’élongation de tige car la densité des plantes va stimuler la concurrence.

Les variétés qui présentent une élongation de tige sont plus sensibles au gel hivernal qui peut survenir aussi bien en décembre qu’en février. En cas de froid intense sans couverture neigeuse, des dégâts peuvent apparaître.

Faire face aux conditions météo

Les variétés actuelles sont fortement améliorées au niveau de leur résistance à la verse. Cependant, en 2021, les orages intenses survenus en fin de végétation ont entraîné de la verse aussi bien en colza qu’en céréales. Les variétés les plus précoces à maturité ont été les plus touchées.

Pour s’adapter au mieux aux changements climatiques, il est bon de choisir des précocités de floraison différentes car on ne peut aujourd’hui prévoir la météo du printemps 2022 (arrivée précoce des méligèthes ? gel tardif ? ensoleillement ? sécheresse ?). Les variétés actuelles présentent une large gamme de précocité.

Avant la récolte, le colza d’hiver peut être soumis à des dégâts de grêle, souvent très localisés. En 2018, l’essai variétal situé dans le Condroz avait été grêlé et avait mis en évidence de grandes différences variétales. Avec le renouvellement rapide des variétés en colza d’hiver, seules 10 variétés disponibles aujourd’hui étaient présentes dans l’essai grêlé en 2018. Il n’y a pas de référence pour les autres variétés disponibles. La sélection génétique travaille sur une meilleure résistance à l’égrenage.

La taille du colza d’hiver varie selon les variétés et les conditions de l’année. Ces dernières années avec des printemps secs ou froids, le colza était de taille plus limitée.

La qualité de la récolte sera également dépendante de la variété et des conditions de fin de végétation. Les teneurs en huile et en protéines sont importantes pour améliorer la production d’huile par ha et la production de protéines végétales non-OGM. Toutes les variétés disponibles en 2021 sont « double zéro », c’est-à-dire sans acide érucique dans l’huile et à faible teneur en glucosinolates dans le tourteau, ce qui permet l’utilisation de l’huile en alimentation humaine et du tourteau en alimentation animale et, bientôt, en alimentation humaine avec les premiers débouchés qui vont arriver sur le marché.

Du neuf en 2021 en matière de désinfection de semences

Face à la problématique posée ces dernières années par les insectes d’automne, aussi bien par les adultes que par leurs larves, plusieurs solutions existent.

Pour lutter contre les altises qui arrivent en premier lieu dans la jeune culture de colza d’hiver, la lutte par la désinfection de semences avec les néonicotinoïdes a été interdite depuis 2013, suivie par celle du Mesurol à base de mercaptodiméthur. Depuis lors, plus aucun traitement insecticide n’avait été appliqué sur les semences. Seule une désinfection avec un biofongicide à base de bactéries Bacillus amyloliquefaciens est appliquée au colza : Integral Pro, sans effet sur les insectes.

Cette année, quelques variétés sont proposées à la vente en Belgique avec une nouvelle désinfection insecticide complémentaire à la protection avec l’Integral Pro. Il s’agit des variétés Ambassador, LG Aviron et Feliciano KWS Insect +, avec du Lumiposa à base de cyantraniliprole. On retrouve également les variétés DK Expectation et DK Excited avec du Buteo Start, à base de flupyradifurone, combiné au Scenic Gold, une nouvelle désinfection fongicide à base de fluopicolide et de fluoxastrobine. Ces nouveaux insecticides sont déjà autorisés dans quelques pays européens où la forte pression des insectes pose de nombreux soucis au développement de la culture à l’automne.

Lutter contre les insectes

Depuis le lancement en 2017 des premières variétés de type TuYV (LG Architect, LG Angelico), c’est-à-dire tolérantes au virus de la mosaïque jaune du navet, d’autres variétés se sont ajoutées chez plusieurs sélectionneurs. Elles représentent aujourd’hui la moitié des variétés proposées. Elles sont intéressantes pour lutter contre les pucerons transmettant cette virose, mais n’ont aucune action sur les altises.

Ces dernières seront donc surveillées attentivement dès la levée du colza, à l’aide d’un bassin jaune à moitié enterré dans le sol et rempli à moitié d’eau savonneuse. Les avertissements issus d’un réseau de piégeage qui sera remis en place par le Cepicop permettront d’être informé chaque semaine de l’évolution de la situation des insectes ravageurs en colza d’hiver.

Pour déjà préparer la lutte contre les insectes apparaissant au printemps, surtout les méligèthes qui attaquent les boutons floraux avant la floraison, il est possible de mélanger aux semences d’une variété choisie, une variété « piège à méligèthes » qui fleurira plus tôt que la variété principale : ES Alicia ou une variété très précoce à la floraison. Une nouveauté cette année : la variété Es Capello est commercialisée sous forme d’un mélange prêt à l’emploi avec la variété Es Alicia.

Quelles que soient les variétés choisies, la surveillance des méligèthes sera réalisée au printemps 2022, par une observation régulière de leur arrivée et de leur présence dans la culture.

En raison des conditions de sol humide , il faudra cette année être très attentif aux limaces car elles peuvent faire d’importants dégâts si on n’y prend pas garde. Ces dernières années, elles n’ont pas posé de problème à cause de la sécheresse.

Veiller à la propreté des parcelles

Depuis quelques années, des couverts associés sont proposés en mélange au semis du colza. Essentiellement composées de légumineuses, celles-ci sont soit gélives (vesce, trèfle d’Alexandrie, fénugrec, gesse, féverole) c’est-à-dire qu’elles se développent à l’automne et seront détruites naturellement par le gel de l’hiver, soit pérennes que l’on va retrouver lors de la récolte du colza (trèfle blanc, trèfle violet, lotier corniculé). Cette technique est à utiliser sur des terres relativement propres, sans gaillet, sans matricaire, sans laiteron ni autres vivaces car le ressalissement peut être important en fin de végétation, s’il n’y a eu aucun traitement herbicide.

La propreté de la parcelle est primordiale pour assurer au colza un bon développement et éviter la concurrence d’adventices qui amènent aussi des impuretés à la récolte.

Il reste à espérer une météo stable et propice au semis du colza d’hiver pour que la culture puisse regagner des surfaces perdues et répondre au marché très demandeur en bénéficiant de prix élevés pour les graines.

Christine Cartrysse

Cepicop