«Les pommes de terre bio, c’est mon choix»

Pour soutenir la filière de la pomme de terre bio en Wallonie, l’Apaq-W mène, tout au long du mois d’octobre, une campagne d’information sous sous le nom : « Les pommes de terre bio, c’est mon choix ».
Pour soutenir la filière de la pomme de terre bio en Wallonie, l’Apaq-W mène, tout au long du mois d’octobre, une campagne d’information sous sous le nom : « Les pommes de terre bio, c’est mon choix ».

E n Wallonie, la pomme de terre bio séduit de plus en plus de producteurs certifiés en agriculture biologique. Même si la surface dédiée à cette culture reste encore limitée (696 ha d’après Biowallonie, 2021), ils sont 132 exploitants agricoles à la cultiver.

Avec le développement de l’agriculture biologique ces dernières années, la surface dédiée aux pommes de terre bio s’est accrue de 15 % en Wallonie entre 2019 et 2020. La province de Hainaut occupe la première place (31 % de la production), suivie de près par celles de Liège (26 %) et de Namur (19 %), au coude-à-coude avec le Brabant wallon (18 %) et enfin la province du Luxembourg (7 %).

La surface moyenne dédiée par exploitation aux pommes de terre bio en Wallonie représente quant à elle 9,6 ha (allant de 0,25 à 60 ha). Et 74 % de la production bio wallonne est dédiée au marché du frais (ventes en vrac ou en sac/filet).

Le label bio, un gage de transparence

Pour obtenir et conserver le label bio, les producteurs suivent une réglementation européenne (UE 2018/848) et respectent un cahier des charges strict. Certifiés par un organisme de contrôle indépendant, tous les opérateurs (producteurs, transformateurs, points de vente…) de la filière doivent montrer patte blanche plusieurs fois par an, lors de contrôles rigoureux.

Ils garantissent ainsi la non-utilisation de produits chimiques de synthèse ; l’utilisation d’engrais organiques ; l’absence d’OGM ou de produits dérivés, la préservation de la biodiversité.

Ces producteurs s’orientent vers la culture de variétés dites « robustes », c’est-à-dire capables de résister aux maladies et particulièrement au mildiou, le principal ennemi de la pomme de terre dans notre région ; résister à la sécheresse et à la chaleur ; s’accommoder d’une faible fertilisation, et avoir une production qualitative et quantitative. En 2020, les variétés robustes représentaient 50 % des surfaces dédiées aux pommes de terre bio en Wallonie.

Une marge de progression potentielle

Les pommes de terre bio représentent seulement 2,7 % des dépenses réalisées par les consommateurs Wallons pour l’achat de produits alimentaires bio (3,1 euros sur les 115 euros dépensés en moyenne annuellement).

Selon des données récentes du secteur, la production locale en pommes de terre bio peut assez facilement s’adapter à la demande des consommateurs via la vente en circuit court à la ferme, en supermarché, ou encore en magasin bio.

« Où trouver vos produits bio » sur le site www.biomonchoix.be.

Au travers de cette nouvelle campagne, l’Apaq-W souhaite mettre le focus sur les pommes de terre bio et locales, issues d’un des 132 producteurs certifiés bio en Wallonie. Pour les identifier, rien de plus simple : l’Apaq-W a mis au point un moteur de recherche « Où trouver vos produits bio » sur le site www.biomonchoix.be. Celui-ci permet au grand public de trouver, en un seul clic, les producteurs et distributeurs de pommes de terre bio situés près de chez eux.

Le direct

Le direct