Semaine de la transmission: agriculteur recherche cédant désespérément

Valoriser le travail de toute une vie, tel est l’objectif poursuivi par l’initiative du RwDR.
Valoriser le travail de toute une vie, tel est l’objectif poursuivi par l’initiative du RwDR.

En 25 ans, la Wallonie a perdu la moitié de ses agriculteurs et de ses fermes. C’est pour tenter de remédier à cette situation, aussi dramatique qu’inquiétante que le RwDR a initié cette démarche.

La disparition des fermes wallonnes, au rythme moyen de 43 fermes par semaine, ainsi que l’agrandissement constant des exploitations existantes (57 hectares en moyenne), semblent répondre assez peu aux besoins sociétaux actuels. Concentration accrue, modèle agricole qui semble s’intensifier, pyramide des âges vieillissante, taux de renouvellement très faible,

… Tous ces constats rendent urgent le besoin de s’intéresser à la question de la transmission des exploitations agricoles, afin de pérenniser un paysage agricole dense et diversifié en Wallonie.

En outre, la transmission de ferme relève aujourd’hui du parcours du combattant : il n’existe pas de réel dispositif qui accompagne les candidats cédants lors de la transmission de leur ferme.

C’est sur base de ces nombreux constats que le Réseau wallon de Développement Rural, en partenariat que Terre en Vue, la Fugea, la FJA, Agricall, le GAL Pays des Condruses, le GAL Pays de Herve, le Ratav, la HEPL La Reid, la Sowaccess, le Credal ainsi que Créajob se sont unis afin de lancer un appel à manifestation d’agriculteurs souhaitant préparer la transmission leur exploitation.

L’objectif de cette campagne ? Faire comprendre que le travail de toute une vie, s’il n’est pas repris par une personne au sein de la famille, comme c’est souvent le cas en agriculture, peut-être valorisé et transmis à un·e jeune agriculteur·trice. Il s’agit alors de donner un second souffle, ou une nouvelle impulsion, à ces fermes dont l’exploitant est proche de la fin de carrière, mais aussi d’empêcher la disparition accélérée des fermes wallonnes.

Tou·te·s ces fermier·e·s intéressé·e·s seront ensuite contacté·e·s afin de leur proposer de participer à un « Café transmission », un dispositif qui permet de soulever toutes les questions qui taraudent les agriculteur·trice·s en termes de transmission, que ce soit du point de vue du candidat cédant ou du candidat repreneur. Car une reprise, ça se prépare, notamment du côté du cédant : analyse des comptes, estimation du patrimoine, état de la ferme… sont autant de facteurs qui peuvent rendre une exploitation plus facilement transmissible.

Le direct

Le direct