Groupement Betteravier: pour parler d’une seule voix!

Groupement Betteravier: pour parler d’une seule voix!

S ur son site officiel, l’Union Européenne parle « de l’amélioration du pouvoir de négociation des agriculteurs » et dit ceci : « L’UE compte 11 millions d’agriculteurs, dont un grand nombre travaille sur des exploitations familiales relativement petites qui fonctionnent indépendamment les unes des autres. En comparaison, la concentration est beaucoup plus élevée chez les transformateurs et les détaillants. Cette asymétrie des positions de négociation fait que les agriculteurs peuvent difficilement défendre leurs intérêts lorsqu’ils négocient avec d’autres acteurs de la chaîne d’approvisionnement ».

Quelle triste réalité pour des instances officielles de constater les injustices mais ne pas mettre en œuvre les solutions pour les résoudre. Vous nous direz tel est notre destin car plus aucune instance ni même nos syndicats ne nous défendent. Chaque jour dans nos fermes, c’est un peu plus de précarité et de détresse, mais quoi de plus simple, quand chaque jour on nous divise un peu plus pour mieux nous « manger » !

Le secteur de la betterave n’échappe pas à cette logique, il n’est même plus nécessaire de le démontrer tant les interrogations sont présentes dans les exploitations et si vous en doutiez encore, le résumé de la situation présenté dans l’édition de Le Sillon Belge du 25 novembre peut sans doute vous éclairer.

L’Europe nous dit que pour rétablir l’équilibre, il faut s’unir et parler d’une seule voix. Nous avons donc décidé de le faire par le biais d’un groupement. Tous ensemble pour défendre une même cause : retrouver notre place de maillon fort dans la production de nourriture et non plus être fournisseurs de matière première au rabais pour enrichir les industriels en place qui chaque année nous imposent un peu plus de précarité.

Stop aux menaces, au chantage (fermeture d’usines, délocalisation, surproduction…) ! Si notre agriculture n’est plus rentable, il vaut mieux prendre ses responsabilités en être conscients et changer de métier plutôt que de s’endetter, se tuer à la tâche, s’engouffrer dans un tunnel dont on nous dit depuis des années que la sortie n’est pas loin… Et pourtant, toujours pas de lumière à l’horizon !

Le principe du groupement

À l’image de ce qui se fait dans l’énergie – à la différence près qu’aucune rémunération n’est demandée en échange de ce service !- nous vous proposons de donner mandat pour vous faire représenter lors de négociations, acceptations et conclusions des contrats de fourniture de betteraves pour la campagne 2022. Il s’agit d’une proposition visant à obtenir votre engagement sans contraintes ni pression mais en toute connaissance de cause.

Le groupement sera constitué de chaque planteur qui signera le mandat. Un planteur égal un droit de vote et ce, peu importe le tonnage. Personne n’a de pouvoir exclusif mais c’est bien l’ensemble des adhérents qui prennent les décisions à la majorité.

De manière générale, les modalités de négociations seront discutées lors de l’assemblée et votées à la majorité des personnes présentes. Les négociations seront ensuite portées par un négociateur désigné accompagné de 3 personnes du Groupement. Si les modalités sont acceptées, les planteurs pourront alors signer leur contrat. Dans le cas contraire, des contre-propositions seront soumises à l’acceptation de la majorité et présentées. En cas de refus, la stratégie et les sanctions votées lors de la détermination des modalités de négociations seront mises en application. Notez qu’un vote de la majorité annulant tous les mandats et libérant le planteur des contraintes le liant à ce mandat fait partie des possibilités.

La base de négociations

Vu la proximité de l’emblavement 2022, une base de négociation a été proposée pour gagner du temps mais, elle pourra faire l’objet d’une réflexion collective lors d’une future assemblée. Cette base est la suivante : Négociation d’un prix rémunérateur pour la betterave fixé à 38 euros/tonne pour des conditions similaires au contrat 2021, sinon pas d’emblavement pour la campagne 2022.

Il est clair que la mise en œuvre de ce groupement nécessite que quelques personnes agissent dans l’ombre afin d’éviter que d’éventuelles pressions ne viennent les décourager. Sachez, néanmoins, qu’aucun d’entre nous n’a d’intérêt personnel. Il s’agit bien d’une volonté collective de rassembler un maximum de gens dans un bref délai (documents à rendre pour le 15 janvier). Nous restons à votre disposition via groupementbetteravier@gmail.com pour des échanges plus précis.

L’union fait la force

Par ce mandat, il est possible, certainement pas obligatoire, de s’unir pour se faire entendre et se faire respecter. Et même si cela remet notre quotidien en question voire le fondement même de nos fermes c’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu ! Montrons-leur que la solidarité peut exister ! Discutons-en, ouvrons le débat ! Vous restez quoi qu’il en soit entièrement libre de votre décision.

Faites passer le message même s’il vous est impossible de souscrire à ce mandat. L’action menée par ceux qui le peuvent sera profitable à tous.

Le Groupement Betteravier

Le direct

Le direct